13/10/2011

Gyöngyöspata - Le laboratoire-test du néo-fascisme

thimage.aspx.jpegLe village Hongrois de 2'800 âmes se trouve à moins de 100 km de Budapest au Nord du pays, bourgade qui  donne froid dans le dos. Il est devenu un laboratoire-test  des méthodes fascistes du Jobbik qui a gagné l' élection municipale  partielle grâce au coup de force des milices qui ont tout simplement installé, Oszkár Juhász, en poussant l'ancien maire à démissionner.

Ce village aux allures de carte postale revêt un manteau d'un brun douteux, après les défilés des milices fascistes de Magyar Garda et des Véderö (Forces de défense pour un avenir meilleur ) issus de l'ancienne faction interdite Magyar Garda,  après l'installation d'un camp d'entraînement en mars  de ces  milices en bottes noires qui défilent en chantant des chants militaires, voilà revenu le temps du "STO", Service du travail obligatoire qui vise principalement les Rroms contraints de travailler et qui rappelle les pires heures de l'histoire.

Ce petit village est devenu le symbole de la montée de l'extrême-droite qui a su imposer ses méthodes. Le travail par la coercition des Rroms tenus de travailler sous la menace de ne plus toucher les allocations sociales durant trois ans. Ces mêmes rroms exclus qui vivent dans des maisons délabrées au milieu des chemins de terre battue qui à la moindre pluie se transforment en torrent de boue.

Des "camps de protection de l'ordre public" sont prévus. Les Rroms seront tenus d'y présenter un laisser-passer pour entrer et sortir du camp sous menace de ne plus en sortir à vie en cas de non-respect de ces règles.

Crânes rasés, uniformes noirs, insignes fascistes, des milices provoquent les villageois Rroms, urinent  devant leur maison sous le regard amusé des policiers complices. Ces milices sont,  aujourd'hui, parties et de nombreux rroms aussi.

Il est urgent de se poser la question : Qui pourra arrêter ces manoeuvres d'intimidation et de violence à l'encontre des Rroms ? Le Jobbik fait oeuvre de rouleau compresseur que plus personne ne peut arrêter et qui ne craint plus personne.

 

L'exemple de Gyöngyöspata pourrait s'étendre aux 700'000 rroms de Hongrie et faire taches d'huile sur le reste de l'Europe.

Nous sommes en droit de nous poser la question : la Hongrie est-elle encore un pays civilisé ? Où sont donc les voix qui s'élèvent face à cette situation, ou alors plus fort, s'il vous plaît,  car on ne les entend plus sous ce bruit de bottes. Comment les Hongrois peuvent-ils accepter qu'un groupe d'extrême-droite offre au regard du monde un tel paysage de désastre et de monstruosité à l'égard d'une minorité ? Faudra-t-il après les presque camps de travail, attendre les camps de la mort pour qu'enfin cette nation se réveille et les autres Européens avec, eux,  qui semblent profondément assoupis face à une situation d'urgence qui ne fait qu'empirer tous les jours ?

Il est temps de se révolter et de s'indigner:  ce qui se passe en Hongrie est inacceptable, odieux et inadmissible !

"Quand ils sont venus chercher les Rroms, je n'ai pas protesté , parce que je ne suis par Rrom"..........vous connaissez la suite............

 

En savoir plus sur Jobbik avec l'article suivant : Jobbik un parti "pornopolitique" qui donne des leçons de citoyenneté :   http://www.hu-lala.org/2011/10/13/jobbik-un-parti-pornoli...

"Le parti d’extrême droite Jobbik a déposé mardi au Parlement un projet de loi électorale inédit. Il s’agirait de restreindre le droit de vote à ceux qui ont un niveau minimum d’éducation, comme l’a annoncé son leader Gabor Vona, lors d’une conférence de presse." Devinez qui est dans le viseur ?

 

 

 

 

 

 

 

00:03 | Tags : gyöngyöspata, jobbik | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |