18/09/2011

HISTOIRE DU PEUPLE RROM EN COLOMBIE -Chronique d'une violence sur un peuple invisible

 

COPIA1.jpg"Nous, les Rroms n'avons qu'une seule  religion : La liberté

Pour elle, nous renonçons à la richesse, au pouvoir, à la science et à la gloire.

Nous vivons chaque jour comme s'il était le dernier ."

Loin d'être étrangers ou récemment arrivés, les Rroms (Gitans) habitent dans ce pays  appelé aujourd'hui  Colombie, depuis l'époque de la domination hispanique de nombreux  siècles avant l'établissement de l'actuelle République. Originaires du nord de l'Inde, vers l'année mille de notre ère, les Rroms représentèrent la plus grande diaspora de nos jours qui n'en finit plus et que les a disséminés par les cinq continents.

L'arrivée  des Rroms vers l'Amérique s'est simultanément réalisée  avec l'invasion de ce continent par les Européens. On a pu  établir  que Christophe Colomb dans son troisième voyage en Amérique (1498) a inclus dans  son équipage quatre Rroms - identifiés à l'époque comme Egyptiens. Ils fuyaient la condamnation à mort ou la prison à vie en Espagne en acceptant le travail forcé dans les galères en route vers ce qu'on croyait être les  Indes en réalité l'Amérique.

De cette  époque à aujourd'hui le peuple Rrom dérange. Un peuple qui s'est trouvé confronté violemment au conflit armé interne de la Colombie. Des reporters de la Colombie, dans un partenariat avec la "Revista Numero", a voulu contribuer à la mémoire collective nationale, le vécu d'un peuple, souvent invisible aux yeux des Colombiens, mais qui a subi les effets du conflit armé comme des  millions d'entre eux.

 

Une mémoire et une résistance

Le peuple Rrom construit sa mémoire à partir des événements qui revêtent une signification pour son groupe propre. Dans des cas exceptionnels, il se remémore un fait historique d'un pays pour autant qu'il ait une répercussion sur sa propre histoire et qui permet de retracer une période de sa vie constitutif de son monde culturel et familier.

Par exemple un Rrom relate le fait qui serait arrivé il y a dix ans en se souvenant de la noce son fils mineur, alors qu'un autre Rrom pour se rapporter aux événements similaires pourrait prendre comme référence la réalisation d'une Kriss Romani (tribunal propre aux Rroms) à travers lequel a été jugé le cas d'un parent impliqué.

Chaque groupe familial Rrom tisse sa propre  histoire en faisant appel presque exclusivement aux référence qu'il a construites au cours de sa vie culturelle et familial , et en accordant aux mêmes événements des interprétations différentes selon un événement familial, tel que tel père a marié son fils et tel  grand-père qui a participé à une Kriss.

La mémoire des Rrom est sélective et malléable, dirigée pour le temps présent de façon fonctionnelle, ce temps présent dans lequel ils vivent et rêvent. Comme tout peuple nomade qui se  concentre que sur ce qui est réellement indispensable dans l'instant présent. Ils ne se surchargent pas de façon additionnelle pour être bien là ici et maintenant.

Aussi ce qu'il advient du  souvenirs qui permettent de  donner une forme et un contenu à sa mémoire, les Rroms ne peuvent pas s'offrir le luxe de s'attacher aux morts dans un lieu sédentarisé. Après avoir accompli les rituels que la tradition ordonne d'accompagner ses défunts de vie à trépas, les Rrom laissent définitivement derrière eux les morts pour éviter de créer un pont entre le monde des morts et des vivants et créer ainsi un déséquilibre dans le monde culturel des Rroms.

Face à ses morts, les Rros déploient un sentiment ambivalent qui va de  la crainte ouverte qui les envahit devant l'éventualité que ces esprits décident de revenir pour dévoiler un déshonneur passé ou présent, jusqu'au respect profond que l'on garde pour  les êtres intimes de la famille.

Sur la relation que les Rroms établissent avec leurs morts émerge deux questions. La première est que en pratique, les cimetières sont convertis en lieux tabou, et la deuxième, est qu'il n'y a pas  pire offense pour un clan familial  Rrom que ses morts soient dérangés par la colère d'un membre vivant d'un autre clan. Ils évitent ainsi de déranger la mémoire des morts et empêcher que leur présence vienne interférer dans le cours normal de la vie culturelle, sociale et économique.

A cette particularité du rapport aux morts, d'autres craintes sont enracinées, celles que les Rrom ont  pour  les institutions de la société majoritaire et surtout par la manière qu'on les Gadge (non rroms) de résoudre les conflits et controverses, des  scène d'hostilité de l'époque suffisent à inciter les Rroms à évoquer des faits violents dont ils ont été  victimes dans le contexte du conflit armé interne colombien.

Tableau désolant. Nous avons affaire à un groupe collectif qui ne veut pas surcharger sa mémoire avec des souvenirs douloureux, et qui ne lui plaît pas d'éveiller et moins d'en parler à propos de ses morts et qui sentent  que les gadge fouillent toujours dans  les vies de façon qu'on ne saurait décrire.

Malgré cela , à travers  PRORROM, le Processus Organisationnel du peuple Rrom, s'est établi un contact avec quelques membres de la communauté Rrom qui craignent de diffuser des fragments d'histoire  vécues de très de près ou relayées par  d'autres Rrom de cas de victimes du conflit armé.

 

Un peuple nomade subissant les assignations à résidence

mama_de_Lupe2.jpgEstebo, Carmenza et Yenni **, les trois Rroms qui ont offert leurs témoignages afin que ces fragments d'histoires de violence ne se perdent pas avec le passage inexorable du temps, constatent d'une même voix que le peuple Rrom est sorti de l'invisibilité coutumière dans laquelle il était plongé par un fait des plus paradoxal : c'est « grâce » au conflit armé interne qu'ils se sont rendu visibles, et c'est de cette même façon que les acteurs armés - légaux et illégaux - avec le gouffre de violence politique qu'ils ont déclenché, ont fini par affecter à ce conflit une telle importance qu'il n'y a jamais eu d'antécédents pareil dans l'histoire du pays.

C'est ainsi qu'un peuple traversa sans encombres toutes les multiples guerres civiles bipartisanes qui annoncèrent l'arrivée du XXe siècle.  Transcendant sans difficultés les actions armées de « Chulavitas » et de « Pajaros » perpétrées pendant l'époque nommée « Violence » des années cinquante, celui-ci supporta sans grands problèmes l'émergence et la consolidation de différentes organisations de guérilla. Le peuple trouva également le moyen d'esquiver les conséquences des guerres du narcotrafique du milieu des années 80, sans échapper pour autant au scénario de terreur générale provoqué durant des décennies par le phénomène des paramilitaires dont le pays n'a toujours pas réussi à se débarrasser.

Dans une communication envoyée le 25 juin 2006 de la « kumpania » de Bogota  à monsieur Walter Kalin, rapporteur  spécial des Nations Unies pour le Déplacement Interne, qui se trouve  dans des missions en Colombie,  Ana Dalila Goméz Baos, Coordinatrice  Generale de PRORROM, a écrit ceci : «  à la suite du conflit armé, on configure des territoires du pays où les Rroms exerçaient leurs activités économiques traditionnelles, lesquels par peur - soit dérivées de facteurs objectifs ou subjectifs - ne se font plus ou du moins pas avec la même fréquence et la même intensité qu'auparavant. Cette situation a été assumée par certaines kympeniyi (groupes familiaux différents faisant alliance pour vivre ensemble et partager les rituels de deuil) comme une sorte de confinement, qui, en empêchant la mobilité, a affecté leurs activités économiques, actuellement à des niveaux de précarisation jusque là jamais vu. Paradoxalement, alors que le nombre de personnes déplacées dans le pays a grandi ostensiblement depuis quelques temps, les Rroms qui, part leur nature se déplacent d'un lieu à l'autre, n'ont pu le faire comme autrefois. »

Estebo, loquace par excellence, a les mots précis pour décrire avec éclat la réalité que son peuple vit. Face à la question qui fut pour les Rroms la conséquence directe du conflit armé interne, il médite un moment et nous livre cette affirmation simple mais accablante : "notre pays s'est rétréci".

(Un grand merci à Julia Chraïti-Martin pour l'aide à la traduction du deuxième paragraphe)

 

PROCHAINEMENT SUITE LE TEMPS DE CONTINUER LA TRADUCTION

El fin de la kumpania de Itagüí

 

SOURCE :

http://www.revistanumero.com/index.php?option=com_content&view=article&id=725

 

 

 

 

 

11:18 | Tags : rrom de colombie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

14/09/2011

Sommet des maires sur les Rroms - bâtir la confiance mutuelle sur le terrain

image_gallery.jpegCommuniqué de presse du Conseil de l'Europe CG015(2011)

Strasbourg - Le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe organisera un Sommet des Maires,  le 22 septembre 2011 à Strasbourg (France) pour traiter de la situation des Rroms et des Gens du voyage, dont le nombre est estimé entre 10 et 12 millions. Ce premier sommet des maires est une réponse à la discrimination croissante à l'encontre des Rroms en Europe et à leur marginalisation économique et sociale. La Déclaration de Strasbourg sur les Rroms, adoptée par la Réunion de haut niveau des Etats membres du Conseil de l'Europe, le 20 octobre 2010, a insisté sur l'importance de l'action locale et régionale pour améliorer leur situation.

Les débats porteront essentiellement sur les relations entre les collectivités locales et régionales et les communautés rroms, l'objectif étant d'apporter des solutions concrètes et novatrices aux problèmes rencontrés. A long terme, il s'agit de créer un réseau paneuropéen, qui fournira une information sur le nombre croissant d'initiatives locales et régionales et servira de cadre de coopération pour les différents acteurs de terrain.

Le Sommet des Maires sur les Roms, sur le thème « Bâtir la confiance mutuelle sur le terrain », est organisé en coopération avec le Représentant spécial du Secrétaire Général du Conseil de l'Europe pour les questions relatives aux Rroms, Jeroen Schokkenbroek, et en partenariat avec la Ville de Strasbourg et le réseau de villes du Club de Strasbourg. Il réunira des représentants des communes, régions et réseaux traitant activement de la situation des Rroms ou qui souhaitent s'y intéresser plus activement, des organisations et des élus rroms, ainsi que d'autres institutions concernées par ce sujet.

Le Sommet sera ouvert dans l'hémicycle du Palais de l'Europe par le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe Thorbjørn Jagland, le Président du Congrès Keith Whitmore, le Président de l'Assemblée parlementaire Mevlüt Çavusoglu, un représentant du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe et le maire de Strasbourg et Président du Club de Strasbourg Roland Ries.

Le Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe Thomas Hammarberg et le Représentant Spécial pour les questions relatives aux Rroms dirigeront la séance plénière sur les obstacles à l'inclusion des Rroms, séance qui sera suivie par des ateliers sur l'intégration par l'éducation, la lutte contre les préjugés, la gestion de la diversité culturelle et l'égalité d'accès au logement, à la santé et à l'emploi où les participants pouront échanger leurs expériences et exemples de bonnes pratiques.

Le Sommet se conclura par des débats sur la volonté des collectivités locales et régionales de s'engager dans une action en faveur des Rroms et sur le financement des activités d'intégration. Parmi les personnalités invitées à s'adresser aux participants figurent notamment les commissaires européens László Andor et Viviane Reding, le président du Forum européen des Rroms et Gens du Voyage Rudko Kawczynski et le vice-président de l'Union internationale rrom Nicolae Gheorghe, les députées européennes Lívia Járóka et Hélène Flautre, ainsi que des représentants de la Banque de développement du Conseil de l'Europe et de l'Open Society Found.

 

Les thèmes abordés par le « Sommet des maires sur les Rroms-Bâtir la confiance mutuelle sur le terrain » :


- Les actions institutionnelles en faveur de l'inclusion des Roms
- Inclusion des Roms : quels obstacles ?
- L'égalité du droit à l'éducation
- Lutter contre les préjugés, gérer la diversité
- Egalité de traitement dans l'accès au logement, aux soins médicaux et à l'emploi
- Un engagement local et régional pour le futur
- Financement des activités pour l'inclusion des Roms

 

Et si Genève y participait pour trouver ensemble des solutions concrètes et novatrices ? Je viens de recevoir la réponse, un délégué pour Genève partira à Strasbourg. Bravo !

 

 

 

 

19:51 | Tags : sommet des maires sur les rroms | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

03/09/2011

UN TRAMWAY NOMMÉ DÉRIVE

lesconvoisdec83f-3bed6.jpgMercredi dernier à 6h30 , un camp rrom a été évacué puis dirigé vers  une rame de la RATP afin d'évacuer des rroms illégalement installés en Seine Saint-Denis. Une manière de réguler le trafic, justifie très embarrassée la direction. Les forces de l'ordre auraient ensuite escorté la centaine de personnes évacuées jusqu'à la gare RER de Noisy-le-Sec.  On dénombrait autant de CRS et de policiers  que de rroms, 9 cars de CRS les suivront sur tout le trajet.  C'est bien sous contrainte que les Rroms ont effectué ces  3 heures de convoyage, séparant les familles qui se sont perdues ainsi, des enfants traumatisés et séparés de leurs parents qui  ne pouvaient monter que par groupe de 10 dans le tramway.

L'idée émana d'un cadre RATP en mal de promotion qui proposa la solution du  "convoi" estimant qu'elle permettait de ne pas engendrer de retard. Des employés de la compagnie ont été choqués par cette scène et qui rappelle que la gare de Bobigny a déjà été le théâtre de déportations durant la seconde guerre mondiale. La CGT a dénoncé ces "méthodes scandaleuses et inhumaines" invitant ses membres à refuser toute collaboration avec ce type de pratiques et qu'ils ne deviennent" pas les supplétifs des  sales besognes" . D'autres voix en colère  rappellent que la RATP n'a pas à faire le travail de la police.  Une triste affaire qui rappelle les plus sombres heures de l'histoire et qui prouve une fois de plus que le danger est toujours là , les monstres d'hier ont leurs héritiers assurément.

Ces scènes ont été assimilées aux trains transitant par Drancy vers les camps de la mort, la rafle du Vel d'Hiv, le triste rôle de la SNCF dans le convoyage des déportés  "Amalgames scandaleux" dénoncés par le Ministre de l'Intérieur Claude Guéant pour qui la déportation  dérangeait moins que l'amalgame. . Le vrai scandale réside surtout dans la multiplication des scènes qui permettent la comparaison peut-on répondre à cette géhenne de Guéant, réputé pour ses discours proches FN, ce sacré  vieux cheval qui murmure à l'oreille de Sarko des inepties. Et que ne ferait-on pas et que n'accepterait-on pas au nom de la politique sécuritaire ?

Fortes dénonciations de tous les organismes engagés contre le racisme.

"Cette traque inhumaine menée par l'Etat contre les plus précaires est inacceptable", écrit la LDH dans un communiqué.

SOS Racisme a dénoncé "les dérives anti-républicaines à répétition des plus hauts responsables de l'Etat et exige qu'une enquête soit menée sur les conditions de cette odieuse opération aux relents xénophobes".

Le MRAP a déploré que "la RATP renoue avec ces périodes honteuses où des agents de services publics, avec excès de zéle, se mettaient au service de l'ignoble" lors d'un épisode qui "illustre la dérive xénophobe et raciste qui gangrène la société".

 

Je m'indigne, tu t'indignes, il/elle  s'indigne, nous nous indignons, vous vous indignez, ils/elles s'indignent.

 

L'heure est à l'indignation !

Photo Agoravox . Une parodie du film "Les convois de la honte" signé Nicolas Sarkozy

 

321115_245114045526731_244107782294024_651207_6291354_s.jpg

 

Concernant l'utilisation d'un tramway de la RATP pour expulser des Roms, la présidente du FN a estimé qu'il s'agissait là "d'une polémique stérile". "Parce que ce serait mieux en camion ?", a-t-elle ironisé, déplorant qu'on ne s'attache qu'à la forme et pas au fond des problèmes d'immigration en France.

Source facebook La Voix des Rroms

 

10:39 | Tags : ratp, claude guéant, rroms, crs | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | | |

01/01/2011

Baxtalo Nevo Bersh! Bonne Année!

_DSC0348.jpg


Merci à Eric Roset pour cette photo

12:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/12/2010

LE PEN ET LA PENETTE - I NUOVI MOSTRI

 

Medium_marine-le-pen.jpg- Dis, Papa, et si on faisait des voix sur le dos des Musulmans

- C'est bien ma fille, j'en ai fait sur le dos des Juifs, ça rapporte gros aussi,  en France. Si on les additionne, ceux qui détestent les Juifs et ceux qui détestent les Musulmans, on aura toute la France à nos pieds couchée par terre à entraver la circulation:  c'est notre fonds de commerce.

- Et les Rroms, t'en penses quoi  ?

- Laisse tomber ! Sarkon s'en occupe déjà, ça ramène rien  à part des problèmes ! Ma fille, je suis fière de toi, tu ressembles bien à ton Papounet chéri !  Dans Paris-Match t'as fait fort. Gentille Maman, joli caniche, jolie petite chatte abandonnée et recueillie par tes bons soins en Espagne, ça fait pleurer les gens d'émotion, des photos comme ça.

- Papa ! Ces journalistes ce sont des sacrés salauds, y en a un qui m'a traitée de "gentille petite chèvre" ou la "fille du Diable"

- Ben ! Qui c'est le Diable ?

- Ben,  toi !

- Des cons ces scribouillards !  Mais je peux bien être fier de toi, on sait bien que des chiens ne donnent pas des chats, t'es une sacrée chienne comme ton chien de père ! On peut être fiers tous les deux d'avoir offert cette sacrée portée de molosses à la France, aux mâchoires tenaces, et quand on tient le morceau on ne le lâche plus ! Allez ma fille, viens que j't'embrasse, continue comme ça sur les traces de ton père !

- Et après les musulmans, je fais quoi ?

- T'inquiètes mon chou !  y a les homos, les handicapés, les Africains,  y a assez pour voir venir, on a du pain sur la planche toi et moi  avec tous ces gens qui occupent la France !

images-1.jpg

 

 

Chantons en choeur  : Vive la France libérée !

 

19:10 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

15/12/2010

DESSINE-MOI L'EUROPE FASCISTE DE 2010 - "Le racisme de l'extrême-droite révèle son manque de "modernité"

skinhead.jpg  "A celles et à ceux qui seraient tentés par ce chemin, il faut rappeler avec force et insistance qu'au bout de ce chemin-là, il n'y a que des drames. Qu'ils s'épargnent donc ce qui pourrait devenir la plus désagréable et la plus tenace de leurs expériences : le réveil hébété et honteux de ceux qui, après avoir failli, n'ont plus que leurs remords pour seul viatique."

Maurice Bardèche, le premier propagateur français, avec Paul Rassinier,  du négationnisme de la Shoah, aimait se référer à la Révolution française afin de convoquer au service de son abjecte théorie une page glorieuse de notre histoire.

C'est la même mécanique que Marine Le Pen vient d'employer en associant à l'"Occupation" la présence des musulmans dans notre pays. Se référant à la laïcité et en appelant à la République, Marine Le Pen opère un renversement de la pensée qui serait comique s'il n'avait pour but de camoufler, sous la "Résistance" à laquelle elle convie implicitement, une pensée raciste et liberticide.

La ficelle paraît un peu grosse, venant d'une des figures majeures du Front national dont le président, Jean-Marie Le Pen, qualifiait en 2005 l'Occupation nazie que subit la France de "pas si inhumaine que cela". Le même Jean-Marie Le Pen qui - sans même remonter à ses multiples condamnations pour apologie de crimes de guerre, apologie de crimes contre l'humanité, racisme, antisémitisme et négationnisme, pas plus qu'à l'éloge funèbre qu'il fit de Maurice Bardèche - riait au premier rang du spectacle de Dieudonné lorsque ce dernier offrit au négationniste Robert Faurisson un écrin scabreux au Zénithe de Paris.

Désormais lestée de cette sortie au racisme patent, l'extrême droite "respectable" dont Marine Le Pen était censée incarner la naissance vient de se fracasser sur l'autel des ressorts politiques profonds de cette partie de l'échiquier politique. Tout comme elle se fracassa lorsque, en Italie, le magistère institutionnel et la tribune publique qu'offrit Silivio Berlusconi à la Ligue du Nord créèrent dans la Péninsule une ambiance de pogroms et permirent que fussent avancés au niveau gouvernemental des projets - tels que le tatouage des Roms - que l'on croyait ensevelis sous les décombres du mussolinisme. Et l'ambiance créa, comme souvent lorsqu'elle s'abat avec une durée suffisante sur un territoire, des passages à l'acte, en l'espèce des crimes racistes.

En Italie comme en France, l'extrême droite porte en elle le crime. C'est de cette famille politique dont Marine Le Pen brigue le leadership. Il est utile de rappeler cette triviale réalité, tant elle se trouve brouillée concernant cette femme dont les journalistes et les adversaires encensent et redoutent la modernité. Moderne, Marine Le Pen ? Sans doute au regard d'un père ringardisé autant par son âge que par des références datées. Mais, pour celle qui ne renie rien de l'héritage paternel, la logique reste la même : trouver l'ennemi intérieur qu'il faudra expulser ou exterminer pour sauver la patrie en danger. Italiens, Polonais, Juifs, Portugais, Espagnols, Africains, Maghrébins... Tous ont eu à connaître les diatribes d'une extrême droite qui leur promettait la vindicte publique.

Et là où Marine Le Pen manque encore un peu plus de "modernité", c'est qu'elle n'est finalement pas si éloignée que cela des haines recuites et des hantises mal camouflées de son père. Il n'y a, dans la sortie de Marine Le Pen, aucune volonté de défendre une laïcité que les composantes catholiques intégristes du Front national vomissent et qui ne s'accommode en aucun cas d'une stigmatisation des origines qu'elle repousse philosophiquement.

En réalité, la corde sur laquelle joue Marine Le Pen, c'est celle, en une réminiscence de la rupture qu'engendra la guerre d'Algérie, de la crainte de l'inversion du rapport colonial.

Ça n'est pas tant le musulman que Marine Le Pen exècre que l'image de l'ancien colonisé dont les enfants s'affirment progressivement comme des citoyens à part entière dans notre société. Car, à n'en point douter, la sortie de Marine Le Pen ne concerne pas les prières dans la rue qu'elle prétend contester. Cette sortie concerne la présence sur notre territoire de personnes d'origine maghrébine qui revendiquent leur statut de Français là où cette femme politique d'extrême droite ne peut voir que des citoyens accidentels et illégitimes dont il faudrait révéler l'usurpation. D'ailleurs, si ces populations "occupent" la France, n'est-ce pas parce qu'elles sont, aux yeux de Marine Le Pen, composées d'étrangers à bouter hors du sol national ?

BOUC ÉMISSAIRE

L'envoi de ces messages plus ou moins subliminaux par Marine Le Pen n'est pas très dur à démonter. Ce qui l'est plus, par contre, c'est le ressort sur lequel joue Marine Le Pen, et qui renvoie à la fonction et à la stratégie de l'extrême droite : libérer les individus de l'impératif moral sur lequel les civilisations modernes et démocratiques ont fondé leur dynamisme et assuré la paix civile, à savoir la nécessité pour chacun de considérer l'Autre comme son égal.

Et cette libération, dans une approche tout aussi classique pour l'extrême droite, s'opère avec une admirable constance par la désignation d'un bouc émissaire que l'on demandera aux populations déstabilisées par la crise économique et sociale d'haïr, faute, pour elles, d'avoir la certitude suffisante de pouvoir agir sur les causes réelles de leurs malheurs.

Il est en effet plus facile de s'attaquer à son voisin d'origine étrangère qu'aux mécanismes de la finance internationale. Plus facile mais aussi plus minable ! D'où la convocation de la thématique de l'"Occupation" qui permet de faire passer pour du courage ce qui n'est que lâcheté puisque le bouc émissaire, c'est celui qui est suffisamment faible dans la société pour ne pas pouvoir se défendre à armes égales face aux agressions dont il est la cible désignée. En décrétant cette "Occupation" comme une réalité, Marine Le Pen espère s'adjoindre la cohorte des lâches qui sublimeront leur poltronnerie - qu'ils n'acceptent pas comme leur propre reflet - en un acte glorieux de résistance aux Arabes.

A celles et à ceux qui seraient tentés par ce chemin, il faut rappeler avec force et insistance qu'au bout de ce chemin-là, il n'y a que des drames. Qu'ils s'épargnent donc ce qui pourrait devenir la plus désagréable et la plus tenace de leurs expériences : le réveil hébété et honteux de ceux qui, après avoir failli, n'ont plus que leurs remords pour seul viatique.

Dominique Sopo, président de SOS-Racisme

Source

09:35 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | | |

05/12/2010

ANNEMASSE -MAIS OUVREZ LES SALLES DE TOUTE URGENCE !

sdf-1.jpgAnnemasse : Samedi- 23h15- La température affiche entre -8 et - 10 degrés. Un froid glacial sibérien qui  vous pénètre dans les os et  qui vous glace l'âme.  On emprunte un passage le long de l'immeuble de la Banque Laydernier, proche de l'église St-André, un couloir sombre à travers lequel s'engouffre le vent. Une dizaine de matelas sont parterre à même le sol gelé, une quinzaine de rroms se préparent à dormir dehors.  Ils sont emmitouflés:  gants, bonnets, couvertures, sacs plastique. Ils ne bougent plus pour ne pas laisser entrer l'air dans leur lit de fortune. Parmi eux des enfants, des personnes âgées. Ils passeront assurément la nuit dehors, et les températures ne feront que baisser pour atteindre - 12 - 15 degrés.

Ils arrivent encore à nous saluer tandis que nous passons devant eux. On leur souhaite bonne nuit  avec cette gêne au fond de la voix.   C'est étonnant de voir ce campement improvisé derrière une banque, un contraste entre la devanture élégante de l'entrée de l'immeuble et derrière des pauvres qui se blotissent les uns contre les autres pour affronter la nuit glaciale.

La salle Martin Luther king n'est pas bien loin, cette salle qui porte le nom d'un grand défenseur des droits de l'homme qui rêvait d'un monde équitable et qui s'est battu pour les Droits sociaux.  On se dit que la commune aurait pu l'ouvrir pour accueillir ce groupe  ou le diriger vers d'autres salles.

Il ne reste plus qu'à espérer qu'aucun d'eux ne mourra de froid dans la nuit. Parce que le froid tue et chaque hiver apporte son lot de SDF qui meurent dans ces basses températures .

Mais ouvrez donc les salles !!  Comment peut-on accepter de laisser dormir des gens dans la rue ?  C'est vrai qu'à Noël on adore faire la charité mais pour là-bas, ailleurs, pour tous ceux qu'on ne voit pas et qui soulagent nos consciences tandis que des hommes, des femmes et des enfants dorment dans la rue sous nos yeux au risque de ne jamais plus se réveiller .

 

 

23:04 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

24/11/2010

SARKON ET BERLUSKON I NUOVI MOSTRI - Coup bas à Basescu

927447-1099216.jpgMon petit Nicolino, come stai ? Dis-donc tu l'as vu le Rrom ?

- Mais qui,  Silvio ?

- Mais Traian Basescu ! Il est venu me casser les pieds. Je lui ai dit t'es pas fou de venir nous emmerder à Lisbonne avec tes Rroms ? Sei pazzo ?  Ma che cazzo !   Il a insisté, j'ai fini par le virer.

 

 

 

 

sark.jpgEt moi Silvio,  après un journaliste que j'ai traité de pédophile, voilà pas que le Roumain se ramène pour me parler des Rroms. J'te jure il m'a énervé, il ne voit même pas que j'étouffe entre Bettencourt, Clearstream et Karachi. J'ai été ferme : "Casse-toi le Roumain avec tes Rroms ou je te pète la gueule.  La France est déjà dans le jus jusqu'au cou et moi avec".  Et ce "pédophile" de journaliste qui venu me demander si j'avais un problème avec Basescu et y en même un qui a osé me dire  que s'il y avait un problème de taille en France, c'était moi.   Ces gens qui viennent tout le temps vous poser des questions alors qu'on a jamais de réponses précises à donner. Silvio, mon pote, t'as bien fait de l'avoir aussi éjecté . Et toi tu t'en sors comment mon grand? La petite mineure marocaine t'as pas trop plombé ?

 

- Non ti preoccupi mon p'tit Nico, moins que ton affaire avec Bettencourt. Les Italiens ont la mémoire courte et c'est mieux  comme ça,  y a trop de scandales en Italie, mieux vaut les oublier rapidement, sinon la tête elle va exploser.

 

 

22:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

10/11/2010

TOURISME DURABLE - La leçon des Rroms

roms.JPG

 

Un grand merci à

Eric Roset, Photographe RP
9 rue Guillaume de Marcossay
Case Postale 9
CH - 1211 Genève 4
Tél. : +41 79 273 81 72
http://www.eric-roset.ch

 

09:07 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

06/10/2010

LES ROMS A GENEVE - un temps de partage et d'échange

Rom1.jpg

JEUDI 7 OCTOBRE 2010, PAROISSE DU SACRE-COEUR

18, Rue Général-Dufour

18h

LES ROMS  A GENEVE : UN TEMPS DE PARTAGE ET D'ECHANGE

 

Photo Eric Roset

 

 

 

 

 

 

 

 

Rom2.jpg

01:08 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook | | | |

17/09/2010

“La discrimination des minorités ethniques est inacceptable»



La discrimination des minorités ethniques est inacceptable» rappelle Barroso qui a eu un échange "mâle et viril" avec Nicolas Sarkozy selon le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, tandis que son homologue bulgare a évoqué un "échange très violent", "Les éclats de voix étaient si forts qu'on entendait tout à l'autre bout du couloir", a raconté un diplomate européen.

Quoiqu'il en soit pour la Commission, elle reste sur ses positions et considère toujours que la France ne respecte pas la législation européenne sur la liberté de circulation des citoyens européens et maintient d'engager des poursuites devant la justice européenne. Sarkozy, lui, martèle et maintient " nous continuerons à démanteler les camps illicites."

Quant à Viviane Reding, a qui on a reproché des commentaires exagérés - saluons en passant une femme qui a enfin des "c....illes!" et qui ose appeler un chat, un chat et dénoncer ouvertement l'attitude très controversée de la France - ce courage du franc-parler au pays de la langue de bois, qu'il faut féliciter et encourager. Elle s'est fait fortement taper sur les doigts et ramenée à l'ordre comme une gamine impertinente qui aurait dit vrai, sans s'embarrasser des précautions oratoires qui ont pour seuls prétextes de noyer le poisson et le pêcheur avec !

Bref, ambiance électrique au sommet européen de Bruxelles, durant lequel toutefois il été rappelé à la France que les discriminations contre les minorités ethniques sont "inacceptables" et qu'il est nécessaire de garder le respect absolu des valeurs humaines .

08:44 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

14/09/2010

Expulsions de Rroms : " honte " sur une France en infraction et blâmée

347615_Viviane_Reding__original_imagen.jpgLes expulsions de Rroms par la France: une "honte", selon la commissaire européenne à la Justice Viviane Reding qui consternée, se prépare à déclarer la guerre à  la France et  à la poursuivre  devant la cour de Justice européenne par le biais d'une procédure pour infraction à la législation européenne.

Pour montrer sa colère elle était tout de rouge vêtue. Selon Mme Reding  "la discrimination sur base de l'origine ethnique ou de la race, n'a pas sa place en Europe. Elle est incompatible avec les valeurs sur lesquelles l'Union européenne est fondée. Les autorités nationales qui discriminent à l'encontre de groupes ethniques lors de l'application de la loi de l'Union européenne violent aussi la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, dont tous les États membres sont signataires, y compris la France. Je trouve donc extrêmement troublant que l'un de nos États membres, à travers des actes de son administration, remette en question, de manière aussi grave, les valeurs communes et le droit de l'Union européenne ».

 

"Je suis personnellement convaincue que la Commission n'aura pas d'autre choix que de déclencher une procédure d'infraction contre la France" pour "application discriminatoire" de la directive européenne sur la libre circulation des citoyens et transposition insuffisante de ce texte. Les services de la Commission vont procéder à une analyse juridique de la situation avant qu'une décision soit prise, a-t-elle précisé au cours d'une conférence de presse.

La commissaire européenne a déploré que le gouvernement français n'ait pas pas mentionné lors de ses explications fin août à l'UE l'existence d'une circulaire du ministère de l'Intérieur, en date du 5 août, ciblant explicitement les Roms. "Je ne peux qu'exprimer mes plus profonds regrets que les assurances fournies par deux ministres français soient maintenant ouvertement contredites", a-t-elle ajouté, en parlant du ministre de l'Immigration Eric Besson et du secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Pierre Lellouche.

Eric Besson a déclaré lundi ne pas avoir eu connaissance de la consigne donnée par le ministère de l'Intérieur aux préfets, ajoutant ne pas être destinataire de cette circulaire.

"Je donnerai bien entendu aux autorités françaises le droit de soumettre leurs observations au cours des prochains jours. Mais je voudrais dire clairement que ma patience a des limites: ça suffit", a lancé Viviane Reding.

"J'ai été personnellement consternée par la situation qui a donné l'impression que des gens sont expulsés d'un Etat membre de l'Union européenne simplement parce qu'ils appartiennent à une minorité ethnique. C'est une situation dont je pensais que l'Europe ne serait pas témoin après la deuxième guerre mondiale", a-t-elle ajouté.

"Après 11 ans d'expérience à la Commission, j'irai même plus loin: c'est une honte. Que les choses soient claires, la discrimination sur la base de l'origine ethnique ou de la race n'a pas de place en Europe", a déclaré Mme Reding.

Jeudi 9 septembre, le Parlement européen à Strasbourg s'est déclaré "vivement préoccupé par les mesures prises par les autorités françaises et les autres Etats membres" et rappelé que "les expulsions collectives violent le droit européen car elles constituent une discrimination fondée sur la race".

Le Parlement a rappelé que la loi européenne sur la liberté de circulation "stipule qu'en aucun cas, l'absence de revenus ne peut justifier une expulsion automatique des citoyens de l'Union", et que les restrictions à la liberté de circulation et de séjour ne peuvent se fonder "que sur un comportement individuel et non sur des considérations générales relevant de la prévention ni sur l'origine ethnique ou nationale".

Les députés européens ont en outre regretté dans une résolution adoptée jeudi la rhétorique "provocatrice et discriminatoire" de certains décideurs politiques, ainsi que le manque d'engagement du Conseil (représentant les Etats membres) et de la Commission dans cette affaire.

L'Elysée n'a pas souhaité réagir aux propos de la commissaire européenne à la Justice. "Nous avons pris connaissance avec étonnement des déclarations de Mme Reding", a de son côté commenté Bernard Valero, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

"Nous ne pensons pas que c'est avec ce type de déclaration que nous pourrons améliorer le sort et la situation des Roms qui sont au coeur de nos préoccupations et de notre action. L'heure n'est pas à la polémique, n'est pas aux déclarations de ce type. L'heure est au travail en faveur de la population Rom", a-t-il ajouté lors d'un point de presse.

"C'est dans cet esprit et avec cet objectif que nous coopérons très étroitement avec les autorités de Bucarest. Comme l'a illustré il y a quelques jours à peine la visite en Roumanie de M. Besson et Lellouche. C'est un travail que nous entendons mener avec nos partenaires roumains et avec la Commission européenne", selon M. Valero.

"Le gouvernement ne peut plus rester sourd à ces critiques", a estimé le Parti socialiste dans un communiqué, en notant la "sévérité inédite" de la condamnation de Mme Reding. Le PS "exige" que le gouvernement "revienne au respect de la légalité, mais aussi au respect des valeurs de la République en mettant immédiatement un terme à sa politique de stigmatisation systématique des Roms".

Sources :  AP et Libération

 

19:15 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |

13/09/2010

UNE CIRCULAIRE ? QUELLE CIRCULAIRE ?

ALeqM5graRbaFJIxy8W7QBWNzwojHikInA.jpgUne circulaire du ministère de l'Intérieur datée du 5 août 2010 a été envoyée à tous les préfets pour leur demander d'engager une démarche systématique de démantèlement des camps illicites, en priorité ceux des Roms. Eric Besson, le ministre de l'immigration, a déclaré ne pas être au courant de cette circulaire. Bévue ou mensonge?

Une circulaire embarrassante et qui visait spécifiquement les Rroms et le démantelement des camps illicites,  signée Michel Bart, directeur de cabinet,  le 5 août, que Eric Besson ministre de l'immigration jure  n'avoir jamais vue. " Cette circulaire, je ne la connaissais pas, je n'en étais pas destinataire et je n'avais pas à la connaître» a indiqué Eric Besson, renvoyant la patate chaude au Ministère de l'intérieur : « Je ne sais pas si c'est une maladresse, c'est au ministère de l'Intérieur et plus exactement au directeur de cabinet d'en répondre», a-t-il ajouté. «Nous ne connaissons pas le concept de minorités ethniques, on ne connaît pas autre chose que des étrangers en situation illégale». Pour lui la seule valable est celle du 24 juin et qui ne mentionne pas les Rroms.

Du coup Hortefeux en signe une nouvelle et qui prouve que la précédente était contre les valeurs de la République qui stigmatise un groupe de citoyens européens et viole de ce fait le principe de non-discrimination.

Vous l'aurez compris,  la patate brûle, on se la renvoie, on ment, on bafouille, on s'étrangle, on sue à grosses gouttes, une circulaire immorale et illégale qui en fera certainement plonger plus d'un. Dis t'as pas vu passer une circulaire ? quelle circulaire, non je n'ai rien vu passer ? Pourquoi, y a un problème. Oh ! Oui ! Et le problème est de taille.  Une circulaire discriminatoire qui fera trembler le gouvernement Sarkozy déjà gravement ébranlé.

Le PS et d'autres organisations demandent le retrait du texte incriminé.

 

 

18:55 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

10/09/2010

SARKON ET BERLUSKON I NUOVI MOSTRI - LA DISEUSE DE BONNE AVENTURE

berlusconi_4.jpg

sarkozy_176.jpg

-  Silvio, j'en suis encore tout tourneboulé, j'en ai les cheveux tout raides sur la tête  de ce que m'a dit une diseuse de bonne aventure rrom qui est stationnée, tous les jours,  devant l'Elysée. Elle ne m'a pas reconnu, elle ne savait pas que j'étais le Président de la République. Alors, elle a parlé vrai, sans déguiser, sans mentir, sans détour. D'une voix rauque et profonde, elle me décrivait une scène effarante au-dessus du ciel de Paris et de la France.

- Et alors, mon Nicccolino, qu'elle-ce qu'elle t'a raconté sur ta vie cette  voyante qui puisse te mettre dans un tel état ?

- Elle a vu un grand oiseau noir voler au-dessus de la France, un rapace, au long bec crochu et aux griffes acérées  ? A côté de lui on croyait voir une blanche colombe mais en réalité c'était aussi  un rapace, une harpie dévoreuse d'hommes surtout riches et puissants, cachée sous une blancheur immaculée. Tandis qu'ils tournoyaient dans un  ciel menaçant, zébré d'éclairs comme des lames d'épée,  le peuple en bas les pointait du doigts, furieux, craignant d'être dévoré tout cru par  ces deux oiseaux étranges avec toute leur clique qui leur ressembait étrangement et les suivait de près, puis ils   ont tous  fini par plonger dans le vide et s'écraser à terre !!

- OH !  Mon p'tit  Nico, quelle tableau terrible, que penser de ça ? Elle a l'air bonne de ta voyante, tu l'as payée combien ?

- 300 euros, c'est l'argent qui lui permettra de partir en Roumanie, elle m'a dit que comme elle ne pouvait pas se mettre dans la file pour recevoir cet argent offert par le gouvernement car elle  s'affairait sur mon avenir,  elle me les a  demandés  directement.

- Mais non ! Tu ne vas pas la laisser partir, laisse-la devant l'Elysée, il faut au moins une personne qui y voit clair, qui soit soit capable de prévoir le futur, au moins une personne à l'Elysée pour dire ce qu'il adviendra de la France.   Je passerai aussi incognito  pour qu'elle lise mes lignes de la main.

- Mais Silvio, mon pote, tu n'en as plus de lignes, elles sont passée à la trappe à la dernière chirurgie esthétique me semble-t-il ?

- Tu crois, Nico, que j'ai perdu mon futur à force de vouloir rester jeune  ?

-Mais  rassures-toi ! Elle partira et reviendra aussitôt avec les siens, tu la retrouveras devant l'Elysée en moins de trois semaines. Il paraît que lire dans les  lignes des pieds ça marche aussi . Mais vraiment, Silvio, ce qu'elle a dit, m'inquiète, de qui peut-elle bien parler ainsi ?, Mais  qui est ce drôle d'oiseau et sa pseudo blanche colombe ?? Elle a dit que derrière ce grand charognard pouvait se déguiser un  tout petit homme qui se croit très grand et très fort.   Comment interpréter cela ?? Mais qui ça peut bien être ??

09:17 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

09/09/2010

Le Parlement européen demande à Paris de suspendre les expulsions de Rroms

Le Parlement européen a adopté jeudi une résolution demandant à la France et aux autres Etats de l'UE de «suspendre immédiatement» les expulsions de Roms, qui ont suscité une vive controverse ces dernières semaines.

Cette résolution présentée par les socialistes, les libéraux, les verts et les communistes a obtenu 337 voix contre 245.

Le Parlement se déclare «vivement préoccupé par les mesures prises par les autorités françaises ainsi que par les autorités d'autres Etats membres à l'encontre des Roms et des gens du voyage prévoyant leur expulsion».

La résolution adoptée demande à Paris et aux autres autorités «de suspendre immédiatement toutes les expulsions de Roms».

Une autre résolution présentée par la droite du Parti populaire européen, principal groupe politique dans l'institution, et les élus eurosceptiques de l'ECR, qui ne condamnait pas la politique française à l'égard des Roms, a été rejetée par le Parlement.

Le texte adopté critique également la récente réunion sur l'immigration et la libre circulation organisée à Paris à l'initiative du gouvernement français. La résolution relève notamment que ces sujets relèvent, selon elle, «de la compétence de l'UE».

«Cette attitude est allée de pair avec une vague de stigmatisation des Roms et de dénigrement général des Tziganes dans le discours politique», déplore le texte.
«Le droit de tous les citoyens de l'Union et des membres de leurs familles de circuler et de séjourner librement dans toute l'Union constitue un pilier de la citoyenneté de l'Union telle qu'elle est définie par les traités», souligne la résolution.

La France soutient pour sa part que tous les démantèlements de camps et les reconduites se déroulent dans le cadre des lois de la République et des règles européennes.

La Commission s'est dite mardi globalement satisfaite des garanties apportées par la France, même si elle entend surveiller de près la situation.

(Source AFP)

13:42 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |