10/09/2010

SARKON ET BERLUSKON I NUOVI MOSTRI - LA DISEUSE DE BONNE AVENTURE

berlusconi_4.jpg

sarkozy_176.jpg

-  Silvio, j'en suis encore tout tourneboulé, j'en ai les cheveux tout raides sur la tête  de ce que m'a dit une diseuse de bonne aventure rrom qui est stationnée, tous les jours,  devant l'Elysée. Elle ne m'a pas reconnu, elle ne savait pas que j'étais le Président de la République. Alors, elle a parlé vrai, sans déguiser, sans mentir, sans détour. D'une voix rauque et profonde, elle me décrivait une scène effarante au-dessus du ciel de Paris et de la France.

- Et alors, mon Nicccolino, qu'elle-ce qu'elle t'a raconté sur ta vie cette  voyante qui puisse te mettre dans un tel état ?

- Elle a vu un grand oiseau noir voler au-dessus de la France, un rapace, au long bec crochu et aux griffes acérées  ? A côté de lui on croyait voir une blanche colombe mais en réalité c'était aussi  un rapace, une harpie dévoreuse d'hommes surtout riches et puissants, cachée sous une blancheur immaculée. Tandis qu'ils tournoyaient dans un  ciel menaçant, zébré d'éclairs comme des lames d'épée,  le peuple en bas les pointait du doigts, furieux, craignant d'être dévoré tout cru par  ces deux oiseaux étranges avec toute leur clique qui leur ressembait étrangement et les suivait de près, puis ils   ont tous  fini par plonger dans le vide et s'écraser à terre !!

- OH !  Mon p'tit  Nico, quelle tableau terrible, que penser de ça ? Elle a l'air bonne de ta voyante, tu l'as payée combien ?

- 300 euros, c'est l'argent qui lui permettra de partir en Roumanie, elle m'a dit que comme elle ne pouvait pas se mettre dans la file pour recevoir cet argent offert par le gouvernement car elle  s'affairait sur mon avenir,  elle me les a  demandés  directement.

- Mais non ! Tu ne vas pas la laisser partir, laisse-la devant l'Elysée, il faut au moins une personne qui y voit clair, qui soit soit capable de prévoir le futur, au moins une personne à l'Elysée pour dire ce qu'il adviendra de la France.   Je passerai aussi incognito  pour qu'elle lise mes lignes de la main.

- Mais Silvio, mon pote, tu n'en as plus de lignes, elles sont passée à la trappe à la dernière chirurgie esthétique me semble-t-il ?

- Tu crois, Nico, que j'ai perdu mon futur à force de vouloir rester jeune  ?

-Mais  rassures-toi ! Elle partira et reviendra aussitôt avec les siens, tu la retrouveras devant l'Elysée en moins de trois semaines. Il paraît que lire dans les  lignes des pieds ça marche aussi . Mais vraiment, Silvio, ce qu'elle a dit, m'inquiète, de qui peut-elle bien parler ainsi ?, Mais  qui est ce drôle d'oiseau et sa pseudo blanche colombe ?? Elle a dit que derrière ce grand charognard pouvait se déguiser un  tout petit homme qui se croit très grand et très fort.   Comment interpréter cela ?? Mais qui ça peut bien être ??

09:17 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

09/09/2010

Le Parlement européen demande à Paris de suspendre les expulsions de Rroms

Le Parlement européen a adopté jeudi une résolution demandant à la France et aux autres Etats de l'UE de «suspendre immédiatement» les expulsions de Roms, qui ont suscité une vive controverse ces dernières semaines.

Cette résolution présentée par les socialistes, les libéraux, les verts et les communistes a obtenu 337 voix contre 245.

Le Parlement se déclare «vivement préoccupé par les mesures prises par les autorités françaises ainsi que par les autorités d'autres Etats membres à l'encontre des Roms et des gens du voyage prévoyant leur expulsion».

La résolution adoptée demande à Paris et aux autres autorités «de suspendre immédiatement toutes les expulsions de Roms».

Une autre résolution présentée par la droite du Parti populaire européen, principal groupe politique dans l'institution, et les élus eurosceptiques de l'ECR, qui ne condamnait pas la politique française à l'égard des Roms, a été rejetée par le Parlement.

Le texte adopté critique également la récente réunion sur l'immigration et la libre circulation organisée à Paris à l'initiative du gouvernement français. La résolution relève notamment que ces sujets relèvent, selon elle, «de la compétence de l'UE».

«Cette attitude est allée de pair avec une vague de stigmatisation des Roms et de dénigrement général des Tziganes dans le discours politique», déplore le texte.
«Le droit de tous les citoyens de l'Union et des membres de leurs familles de circuler et de séjourner librement dans toute l'Union constitue un pilier de la citoyenneté de l'Union telle qu'elle est définie par les traités», souligne la résolution.

La France soutient pour sa part que tous les démantèlements de camps et les reconduites se déroulent dans le cadre des lois de la République et des règles européennes.

La Commission s'est dite mardi globalement satisfaite des garanties apportées par la France, même si elle entend surveiller de près la situation.

(Source AFP)

13:42 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

06/09/2010

SARKON ET BERLUSKON I NUOVI MOSTRI - UNE SACREE GUEULE DE BOIS !

berlusconi_4.jpg

sarkohm8.240x320.jpg-       CAVALIERE, OUPS! C'est moi, ton petit Nico, Oups ! Excuse-moi, j'ai trop forcé sur le Rrom, j'ai une de ces gueules de bois d'enfer, le réveil a été dur.

-       Nico ubriaco, tu disais quoi, langue de bois ?

-       Non, gueule de bois.  Tu ne le croiras jamais, je me suis payé un Rrom, deux Rroms, ils avaient l'air si petits, si insignifiants, si inoffensifs. Puis, à force de m'en payer, j'ai eu des visions, je me suis pris pour un roi, pour un guerrier, pour un invincible. Des témoins me disent m'avoir vu, baver, éructer, injurier, agiter les bras dans tous les sens comme un pantin. Je m' serais jamais cru capable de tout ça. Au réveil, j'étais juste misérable, juste bon à jeter à la poubelle.

-       Ah ! Mon Nico, je sais de quoi tu parles. L'été passé, je m'en suis mis plein la panse, je les engloutissais les petits Rroms à grands lampées, ça m'a donné des aigreurs d'estomac, j'en dormais plus la nuit. Moi par contre, je me suis aussi pris pour un visionnaire, ivre à mourir, je me suis même pris pour Dieu tout puissant qui allait sauver toute l'Italie, l'Europe, voire le monde. Je crois même m'être pris pour un extra-terrestre.

-       Non, non Silvio! Je n'y touche plus ! Je ne sais pas ce qu'il y a dans ce Rrom, ça paie pas de mine, ça a de la ténacité, de la ferveur, c'est fort, ça vous plonge dans une confusion mentale. Oups ! je dessaoûle et je te promets que ça fait mal. Promis, juré, j'y toucherai plus à ces petits Rroms.

-       Eh ! Oui, mon Niccolino, ce n'est plus de notre âge les excès, il est temps de devenir sages et raisonnables.

-       Ouais, t'as raison, me voilà au fond du trou, dans un chaos épouvantable, y a toute la France qui gueule, et je suis encore grisé,  il va falloir se remettre d'aplomb pour les retraites. Oups !! ça coûte combien un vieux ?

 

 

20:37 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

05/09/2010

SARKON ET BERLUSKON I NUOVI MOSTRI -"NOUS SOMMES LES MEILLEURS !"

 

berlusconi_4.jpg

sarkozy_176.jpg

Allô, Silvio, je n'ai pas pu attendre une minute de plus pour t'annoncer la grande nouvelle . Toi et moi, nous sommes cités en  exemples.

-       Mon p'tit Nico, tu as l'air très excité ? Reprends donc ton souffle

-       Ah ! Je n'en peux plus, je te le dis nous sommes les meilleurs, pris comme modèles à suivre : toi pour l'Italie, moi pour la France. En Hongrie, on ne parle que de nous.

 

- Mais c'est parce que t'es un peu Hongrois mon Sàrközy !

- Mais non, Silvio, ça n'a rien à voir  !  c'est parce qu'on leur insufflé la meilleure idée du monde . Le candidat Gabor Staudt  du Jobbik impressionné  par notre excellente politique sécuritaire  a décidé l'instauration de camps pour  Rroms et il nous a cités, Silvio !

-       C'est génial, on devient des stars partout en Europe. Je te l'ai dit mon Niccolino, nous sommes les meilleurs ! Il suffisait d'y penser, on a pensé à l'extermination, à l'exclusion, à la déportation  mais l'idée des camps est encore meilleure.

- On forme un sacré club entre Le Pen, toi et moi, et maintenant Jobbik, notre influence fait tache d'huile,  de vraies loco- motives qui traînons les wagons européens !

- Des trains ? Des locomotives ?  tiens ça me rappelle ............. une bonne idée ! Mince, j'ai un blanc....... Je me souviens qu'on utilisait des wagons pour .................???????    Alzheimer me guette, décidément, dès que je me souviendrai de ce que je voulais te dire je te rappelerais, mon p'tit Nico ! Un bacio, amore !!

 

 

00:05 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

31/08/2010

Sarkon et Berluskon I nuovi mostri - Tous à la mer !

 

sarkozy_176.jpg

berlusconi_4.jpg

kadhafi.jpg- Pronto, Nico, je t'appelle pour te dire que j'ai une solution pour nous  avec nos Rroms

 

- Silvio, c'est à mon tour de te faire le baise-main.

- Tu te souviens de mon ami Kadhafi ? Celui qui est venu avec sa tente à l'Elysée chez toi , tu sais le berger des Syrtes qui a laissé ses moutons derrière ? Cette fois-ci il a laissé ses moutons et a  engagé une escorte de nos plus beaux mannequins en Italie pour distribuer le Coran, j'avais une peine folle à me concentrer, avec toutes ces nanas autour de nous. Du coup , je lui ai baisé la main. Puis nous avons inauguré une nouvelle ère, il se propose de faire rempart contre l'Afrique, un mur infranchissable et de récupérer tous les indésirables.

 

- Silvio, tu dis quoi, tu ne manques pas d'air ?

- Non, nouvelle ère !!! Alors voilà mon idée, pour marquer la fin du colonialisme, on lancera la nouvelle ère, celle  de l'esclavagisme. On établit un pont entre l'Italie et la Libye et on y envoie tous les indésirables, on appelera ça le contrôle de l'immigration.  On versera 5 milliards à  la Libye. Je te propose qu'on regroupe  toi et moi, tous les immigrés clandestins d'Europe et tous ceux qu'on veut pas. On les installe dans des camps en Italie et on les envoie direct là-bas, on exigera  ensuite 8 milliards des  autres pays européens. Je propose qu'on n'en versera  que 5 au barbare, AH ! excuse ma langue a fourché, je voulais dire au barbelé libyen et  on se partage la différence !!

-  C'est cher pour balancer des gens à l'eau et les laisser être bouffés par les poissons.  Notre  copain pense s'y prendre comment ?

- C'est simple, il empoche l'argent et il les balance tout de suite à la mer, rapidement. selon lui, ça coûte moins cher que de les nourrir.  C'est peut-être la meilleure solution pour résoudre notre problème fratello mio ! Mais, il paraît qu'il y a déjà trop d'Africains balancés dans l'eau et qui flottent et que même les poissons en font carrément des indigestions tellement y en a . Mais en s'y prenant bien et en organisant ça de façon méthodique: les Africains déversés dans l'eau la nuit, les Rroms le matin, et tous les autres l'après-midi ça devrait le faire. T'en penses quoi , NIco, mon chou ? c'est-y pas une bonne idée de ton bon pote qui pense toujours à toi ?


- T'es vraiment le meilleur, Silvio, t'es un surdoué "nonno"


19:05 | Tags : sarkozy, berlusconi, kadhafi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

28/08/2010

Sarkon et Berluskon I nuovi mostri- Un problème d'arithmétique

 

berlusconi_4.jpg

sarkozy_176.jpg

- Silvio, toi qui c'est si bien compter, tu pourrais peut-être m'aider sur ce coup-là

- Attends, mon p'tit Nico,  je sors  ma calculatrice

- Ben voilà mon problème, je dois renvoyer 8'000 rroms vers la Roumanie, on calcule 300 euros par adulte et 100 euros par enfant qu'on leur octroie pour l'aide au départ. Cela fait  environ 4'000 adultes et 6'000 enfants , donc 1'200'000  + 600'000 euros, tu me suis ? Donc un total  de 1'800'000 euros

- C'est exact mon p'tit Nico !  Jusque là, je te suis, je suis très très con-centré

- Ben voilà , quand  on a commencé à distribuer  l'argent sur un mois , on a compté 24'000 rroms ? J' sais pas pourquoi ?

- Allez un effort, amico mio, tu vois vraiment pas pourquoi ?  Tu donnes ta langue au chat  ? Ils sont partis et ils sont revenus se mettre deux fois de suite dans la file !

- Je le crois pas ! Ils oseraient pas faire ça !

Oh ! Si, si crois-moi, en Italie, on les a déjà renvoyés et sans argent, ils sont partis, ils ont vu qu'ils n'arrivaient même pas à nourrir leurs poules en Roumanie et ils sont revenus aussitôt construire des camps, mais les Italiens ne le savent pas encore, il rêvent  que leur Cavaliere a trouvé The Solution.  Faut  laisser croire  le peuple,  c'est ce qu'y a de mieux à faire surtout pour les sondages  !! .  Si les  Français apprennent ça,  mon Nicolino,  ils finiront aussi par te demander 300 euros pour les aider à partir en vacances en Roumanie, voyage payé et revenir à temps pour la rentrée  ! C'est quand même eux, les contribuables  qui payent le voyage des Rroms avec leur propre argent. T'as de sacrées idées mon vieux Nico, tu m'en réserves  une aussi bonne pour la prochaine fois.  Aïe on se marre !

 

00:45 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

25/08/2010

SARKON ET BERLUSKON I NUOVI MOSTRI -DEUX CERVEAUX REPTILIENS

berlusconi.jpgsarkozi[1].jpg - Silvio, comment va, mon vieux ! Ici, ça pourrait aller mieux, tu sais ce que c'est la rentrée en France.  Ils m'attendent tous au tournant. Les rentes, le chômage, les restrictions budgétaires. Les Rroms, voilà pas que l'Eglise s'y met, elle aussi.  Je repars direct au Cap Nègre en vacances.   En plus mon docteur a demandé un scanner de mon crâne, ils ont identifié une anomalie.

- Managgia ! Et ils ont trouvé quoi,  mon p'tit Nico ?

- Tu devineras pas Silvio, c'est surprenant ! mon docteur dit que j'ai le cerveau reptilien surdéveloppé alors qu'il devrait être plutôt réduit et qu'il écrase le né-cortex et le limbique.

- Poverino ! Et ça fait quoi au juste d'avoir un gros cerveau reptilien qui mange toute la place dans la tête  ?

- Ben le médecin, il me dit que c'est un cerveau primitif, archaïque et primaire qui aurait environ 400 millions d'années. Il remonterait à l'époque des poissons. Que c'est un cerveau rigide et compulsif, il n'aime ni la nouveauté, ni le changement.

- Alors mieux vaut être un requin qu'un poisson rouge, t'es pas d'accord,  mon p'tit Sarko ? Est-ce que tu souffres ?

- Pas du tout, mais la Faculté précise qu'on ne souffre pas personnellement  mais qu'on est toujours sur la défensive, la protection du territoire et de l'espèce et que ce cerveau reptilien mal vécu serait à l'origine des pogroms et des génocides, de la xénophobie et de la haine raciale. Ce sont des cases vides qu'on remplit avec nos peurs ancestrales et primaires.

- Oh  Dio mio ! Le diagnostic est sérieux.   Heureusement que ça ne te touche pas personnellement, fratello mio, si toi tu te sens bien, c'est le principal !  En y réfléchissant bien, je me demande si moi aussi, je n'aurais pas un cerveau reptilien surdéveloppé, c'est aussi le cerveau des oiseaux, n'est-ce pas ?

- Des oiseaux et des serpents, Silvio !

- Parfois, je me sens comme un petit moineau, tout m'effraie et je finis par ramper comme un serpent devant la Lega :  les Noirs, les jaunes, les Roumains, ma femme, du moins mon ex.....  , tout m'effraie. C'est fou, c'est pour cela qu'on s'est tout de suite entendus, toi et moi,  nous sommes sur la même longueur d'ondes de nos cerveaux reptiliens.  Tu vois, je n'ai même pas besoin d'un scanner, je le sens vraiment là, présent qui prend toute la place :  Piou ! Piou ! Piou !

 

 

 

18:20 | Tags : sarkozy, berlusconi | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

24/08/2010

Sarkon et Berluskon I nuovi mostri - Aiuto, Silvio ! Je suis déchu de ma nationalité française

berlusconi_4.jpg

sarkozy_176.jpg

- Silvio, la France est devenue un pays épouvantable. J'ai été déchu de ma nationalité française pour corruption. C'est un apatride que t'as au bout du fil.

- Mon pauvre Nico ! Mais qui est l'imbécile qui a fait passer cette "bella cretinata":  la loi de destitution de la nationalité française appliquée aux criminels d'origine étrangère  ?

- Moi ! Mais les Français n'ont rien compris,  c'était destiné aux Rroms et à tous les autres naturalisés français ou à des français nés en France de parents étrangers, mais pas leur Président, bordel !  Ils pigent rien ces gens dans ce pays, ma parole, faut lui faire un dessin à ce peuple.

- Courage, mon vieux ! Fais comme moi, en Italie,  les voleurs sont considérés comme  criminels pour des vols allant  jusqu'à 500'00 euros après ce n'est plus du vol, c'est du business, c'est avoir le sens des affaires. Crois-moi si je m'étais laissé faire, ils auraient déjà réussi à me mettre au clou depuis des années pour corruption.  Suis mon exemple, tu fais changer les lois avec effet rétroactif, tu demandes l'immunité avec quelques entourloupes législatives. L'immunità !  L'immunità !  Y a que ça de vrai en Italie comme en France, du reste.  Quant aux journalistes, un conseil de ton "nonno" , cette engeance, ces fouineurs toujours à farfouiller dans tes affaires, tu leur cloues  immédiatement le caquet, avec la censure.   Idem pour   l'opposition, broyée, réduite au silence.

-  Et si je n'y arrive pas. Je deviendrai un de ces gars du voyage, à errer en Hongrie ou ailleurs dans une roulotte , chassé de partout. Quel cauchemar !

- Ma non ti preoccupi !  "Nonno" t'accordera le statut de réfugié à toi et à Carlita en Padanie, mon futur  royaume indépendant. Mes copains de la ligue du Nord apprécient beaucoup ta politique du kärcher, ils t'ont même félicité récemment, je crois. Il paraît que ton nom Sàrkozy désignait les  bannis pour grave délit et condamnés à vivre dans la boue.  Ce ne sera que la deuxième fois, mon p'tit Nico. Tu verras avec les fangeux de la Padanie, tu te sentiras comme chez toi.

- T'es trop bon avec moi, Silvio, j'ai une sacrée dette à ton égard.

- Tout le plaisir est pour moi,  quant à la dette , notre Carlita en passant fera largement l'affaire, amore mio, Nico. Tu dois bien ça  au futur royaume de Padanie et à son roi.  Ah ! Padania, notre royaume, notre réserve à nous, un Paradis sans noirs, sans rroms, sans bougnouls, être seulement entre Italiens, blancs et bons  catholiques en paix avec le Bon Dieu.   Enfin !  Exception faite de toi, on t'appelera Niccolo il Francese, ma scusi ex-francese. T'apprendras rapidement l'Italien et t'oublieras ton accent,  faire oublier que t'es un étranger et presto, on n'aime pas  les étrangers en Padanie, tu comprends ça, hein, toi qui viens de France, on aime rester entre nous !!!

 

23:53 | Tags : sarkozy, berlusconi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

23/08/2010

Rroms esclaves en Roumanie- Les Rroms continuent à payer le "prix fort de la liberté"

Sclavi_Tiganesti-1.jpg

"J'appartiens à une race orgueilleuse qui dit non lorsqu'il le faut" prévient l'auteur Matéo Maximoff.  Les rroms ont été esclaves en Roumanie du XIII ième siècle à 1864, des esclaves vendus, joués aux cartes, semblables à leurs frères noirs dans les états du Sud d'Amérique.  Les rroms sont vendus et achetés à des foires aux esclaves, le prix, au 19ème étant généralement d'une pièce d'or par kilo, sans égard pour les liens familiaux qui unissent des Roms entre eux (malgré une loi de 1757 qui interdit de vendre les enfants séparément de leurs parents), le plus souvent » par lot « . Dans son  roman, Matéo Maximoff " Le prix de la liberté " traite justement d'une révolte rrom au 19ème siècle en Roumanie . Lui-même était un écrivain tsigane, né en 1917 à Barcelone d'un père Rom Kalderash venu de Russie et d'une mère Manouche de France. Matéo Maximoff s'inspira de l'histoire de son arrière-grand-père, ancien esclave en Roumanie.

L'auteur retrace au XIXème siècle, l'épopée de Rroms évadés qui se regroupent dans les montagnes, les Carpates, anciens esclaves qui pour conserver leur liberté livrent une guerre de guérilla à l'encontre des barons qui veulent les récupérer.  Poursuivis par leurs anciens maîtres, , ils se battent pour conserver leur liberté. Ecrit dans la tradition des histoires racontées, oralement, de génération en génération, ce livre permet de donner une idée de ce que fut l'esclavage en Transylvanie, et du combat mené pour s'en libérer.

 

 

Petite leçon d'histoire pour ceux qui auraient la mémoire courte.

 

L'esclavage en Valachie et Moldavie [1]

 

Partis d'Inde entre l'an 800 et 950, on estime que les Roms [2] arrivent dans le sud-est de l'Europe dans le dernier quart du 13ème siècle. Arrivés comme des hommes libres dans la principauté de Valachie, ils apportent avec eux des savoirs-faire artisanaux (en particulier dans le travail du fer) d'Inde et de l'Europe byzantine. Cette venue de travailleurs qualifiés est alors une bénédiction pour les seigneurs valaches et moldaves qui ont besoin d'une force de travail. Les seigneurs féodaux, tout d'abord en dehors de toute base légale, commencent à réduire en esclavage ce peuple. Des mesures de plus en plus sévères sont alors prises par les propriétaires terriens, les seigneurs et les monastères pour obliger cette force de travail à rester sur place. Il est à noter que face à l'esclavage, des Roms ont tenté de fuir vers l'Allemagne ou la Pologne, mais, à cause de leur teint mat, on les considérait comme des « musulmans » et, face aux cruautés qu'on leur infligeait, ils sont repartis se cacher vers les montagnes des Carpates, où ils sont retombés entre les mains des esclavagistes. Les premières traces écrites de cet esclavage date du règne de Rudolf IV en 1331-1355, où les Roms sont décrits comme étant la propriété de monastères et de propriétaires terriens. Mais ce n'est que sous le règne de Basile le Loup de Moldavie (1634-1654) qu'est instituée une loi en quarante points concernant les esclaves Roms. A partir de 1500 d'ailleurs, le terme roumain tsigan devient synonyme d'esclave.

 

Les esclaves sont alors divisés en tsigani de ogor, esclaves des champs, et tsigani de casali, esclaves de maison, ces derniers se subdivisant en sclavi domnesti, les esclaves des nobles, sclavi curte, esclaves de la cour, sclavi monastivesti, esclaves de l'Eglise, etc... Les esclaves sont alors soumis à différents travaux, comme laboureurs, chercheurs d'or, forgerons, serviteurs, cuisiniers, montreurs d'ours ou musiciens. Il est à noter que, si certains Roms étaient utilisés comme musiciens, il était interdit à ceux qui avaient un autre travail de posséder des instruments de musique. Le passage de la Moldavie et de la Valachie sous administration turque au 16ème siècle (tout en conservant une autonomie relative), puis sous domination ottomane directe au 18ème siècle, ne change pas grand chose pour les esclaves romani.

 

Au 19ème, le code de Basile le Loup est oublié, si bien que de nouvelles réglementations apparaissent. Ainsi, en 1818, le code pénal de Valachie inclut les articles suivants :

» Section 2 : les tsiganes naissent esclaves. Section 3 : tout enfant né d'une mère esclave est esclave Section 5 : tout propriétaire a le droit de vendre ou de donner ses esclaves Section 6 : tout tsigane sans propriétaire est la propriété du Prince. «

 

Quant au code pénal moldave de 1833, il précise :

 

» Section II.154 : des mariages légaux ne peuvent avoir lieu entre des personnes libres et des esclaves. Section II.162 : Les mariages entre esclaves ne peuvent avoir lieu sans le consentement de leurs propriétaires. Section II.174 : Le prix d'un esclave doit être fixé par le tribunal, selon son âge, sa condition et sa profession. «

 

A ce propos, Kogalniceanu, tsiganologue roumain du 19ème siècle, écrit : « Quand j'étais jeune, je voyais dans les rues de Iassy des êtres humains aux mains et pieds enchaînés, certains même portant des anneaux de fer autour du cou et de la tête. Des peines cruelles de fouet, de privation de nourriture, d'enfumage, de maintien nus dans la neige ou dans la rivière gelée, tels étaient les traitements infligés aux Gitans. La sainteté de leurs mariages et de leurs liens familiaux n'étaient pas respectés. On arrachait la femme à son mari, la fille était séparée de force de sa mère, on arrachait les enfants des bras de leurs parents, on les séparait et on les vendait aux quatre coins de la Roumanie. Ni les hommes, ni les lois n'avaient pitié de ces malheureux êtres humains«

Les » mariages » entre roms sont le plus souvent arrangés entre les propriétaires pour de simples questions de reproduction, un prêtre officialisant l'union avant qu'on les force à se reproduire. Si le code de Basile le Loup prévoit que « un tsigane qui viole une blanche doit être brûlé vif « , les propriétaires ne se gênent pas pour violer des esclaves, si bien qu'au 19ème siècle, le journaliste français Félix Colson note que de nombreux esclaves roms sont blonds. Pour avoir une idée des conditions de vie des esclaves de maison, on peut citer Félix Colson qui, en visite chez un baron roumain, indique dans ses mémoires que » la misère se lit tellement sur leurs corps qu'à les regarder, on risque de perdre l'appétit « . Il est à noter que si la loi n'autorisait pas un baron à tuer son esclave, cette pratique était néanmoins courante (la loi n'interdisant pas de toute façon les châtiments corporels qui pouvaient se terminer par la mort de l'esclave).

 

Vers la Desrrobireja (émancipation) ?

Bien souvent, l'histoire d'un peuple opprimé n'est écrite que comme la succession des oppressions qu'il subit, sans qu'il soit question de résistance. Cette façon d'écrire l'histoire, même si cela est fait dans un but progressiste, peut toutefois faire passer l'idée que les opprimés seraient » naturellement » soumis. Il est donc important de souligner que tous les Roms ne subissaient pas l'esclavage passivement. C'est ainsi que dans les Carpates, des Roms affranchis ou évadés, parfois liés aussi à des gadjé [3], ont formé des communautés semi-nomades, les Netoci. Considérés par l'idéologie dominante comme » les plus dépravés » des Roms, accusés de cannibalisme [4], ils sont vus comme des héros par le peuple romani soumis à l'esclavage. D'ailleurs, lorsque au début du 19ème, les barons tentent de les réduire à nouveau en esclavage, les Netoci se lancent dans une guerre de guérilla qui ne cessera qu'avec l'abolition de l'esclavage. De nombreux soulèvements d'esclaves contre leurs propriétaires ont également eu lieu [5].

 

Dans la société roumaine aussi, les idées progressistes se développent et des voix commencent à se faire entendre pour dénoncer l'esclavagisme. C'est ainsi que Kogalniceanu écrit en 1837 : « Les Européens organisent des sociétés philanthropiques pour l'abolition de l'esclavage en Amérique, alors que sur leur propre continent 400.000 Tsiganes sont maintenus en esclavage « . De plus, le passage du mode de production féodal au mode de production capitaliste rend l'esclavage de plus en plus dépassé. Des propriétaires terriens et l'Eglise commencent à affranchir leurs esclaves, préférant une force de travail salarié. C'est ainsi qu'en 1844, l'Eglise Moldave libère ses esclaves, imités en 1847 par l'Eglise de Valachie. La révolution démocratique-bourgeoise de 1848 est menée par les » bonjouristes « , des patriotes radicaux, contre l'empire ottoman. Les leaders révolutionnaires proclament que » Le peuple roumain rejette la pratique inhumaine et barbare de la possession d'esclaves, et annonce la libération immédiate de tous les tsiganes appartenant à des propriétaires privés « . Mais, dès 1849, les forces turques au sud et russes au nord réoccupent les deux principautés, et réintroduisent les anciennes lois, dont l'esclavage. Les barons arrivent sans trop de peine à récupérer leurs anciens esclaves. Cependant, malgré la réaction, la lutte pour l'abolition de l'esclavage continue, et l'esclavage devient illégal le 23 décembre 1855 en Moldavie et le 8 février 1856 en Valachie.

 

En 1856, le traité de Paris reconnaît l'autonomie des deux provinces roumaines dans le cadre de l'empire ottoman. Le nouveau dirigeant des provinces, qui s'appellent Roumanie à partir de 1861, le Prince Ioan Alexandru Couza, instaure à nouveau l'esclavage pour les Roms et le servage pour les paysans. Ce n'est qu'en 1864, suite au coup d'Etat mené par Koglniceanu, que l'esclavage et le servage sont définitivement abolis en Roumanie. Représentant de l'aile la plus radicale de la bourgeoisie, Koglniceanu prévoit même une réforme agraire qui, en théorie, devrait profiter aux serfs et esclaves libérés.

--------------------------------------------------------------------------------------------

Notes de bas de page

1 Le terme officiel de Roumanie n'apparaît qu'en 1861, après l'unification des principautés de Valachie et de Moldavie. La Valachie est la région de Bucarest, tandis que la Moldavie celle de Iasi. Le pays qui aujourd'hui s'appelle Moldavie est par contre né de l'unité de la Bessarabie et de la Transnistrie.

 

2 "Rom" signifie "homme" en langage romani, et c'est par ce terme qu'ils se désignent eux-mêmes. Comme en roumain le terme "tsigan" est devenu synonyme d'esclave, nous n'employons le mot français "tsigane" que pour traduire des textes d'esclavagistes et/ou de racistes.

 

3 Gadjé : pluriel de "gadjo", terme désignant pour les Roms tous ceux qui ne sont pas originaires des "peuples du voyage".

 

4 Cette accusation se retrouve encore dans un article de 1929 sur les descendants des Netoci !

 

5 Un roman de Matéo Maximoff "Le prix de la liberté" traite justement d'une révolte romani au 19ème siècle en Roumanie (édition Wallâda).

 

Sources  Histoire des Rroms - Sept siècles d'oppression in De HOBOCTb (n° 10 - décembre 2002)

A ce sujet :    Ian Hancock, « Roma Slavery »

 

 

 

23:11 | Tags : solidarité, sclavi tiganesti | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

17/08/2010

Sarkon et Berluskon I nuovi mostri - la guerre des escargots

 

berlusconi_4.jpgsarkozy_176.jpg-       Salut mon p'tit Nico ! come stai. T'as passé des drôles de vacances mon vieux, j'ai lu la presse  !

-       Tu parles Silvio, entre Grenoble, les "bougnouls", les "Africains"  et les "Rroms", c'est du délire. Heureusement qu'il y a Cap Nègre pour oublier les pauvres, c'est le seul nègre en France qui ne me dérange pas. J'y suis allé avec ma Carlita en Falcon 7 X

-       Tu dis quoi, vidéo X ?

-       Non Falcon

-       Falcone le juge ?

-       Mais non !  Mon avion ! Tu deviens dur d'oreille "nonno"

-       Et les "Zingari"  vers la  Roumanie, t'en as exporté combien ?

-       Bah ! Jamais assez, on a rasé leurs camps.

-       Che bravo !  Si au moins on pouvait les brûler, ce serait plus simple et moins coûteux.

-       Les Tsiganes de Roumanie, ils  veulent se venger sur les élevages d'escargots français. Je suis dans la merde, Silvio ! En France, on en bouffe 30'000 tonnes par an vivants. C'est comme si on t'explosait la pasta en Italie.

-       Porca miseria, poverino Nico !

images.jpg-       Après la crise, le chômage, l'affaire Bettencourt me voilà coulé vivant dans la bave d'escargot en Roumanie. Quand ils viennent pas te bouffer ton pain en France, ils te bousillent  tes mollusques.

-       Et comment ils comptent s'y prendre ?
-     Les virés de France vont jeter tous leurs déchets et toutes leurs misères sur nos  escargots d'élevages français à  Alba Iulia ! Y en même qui prévoient de leur balancer leurs excréments pour se venger ! On finira en plus par bouffer du Tsigane sans le savoir .....

-    Les pauvres ont de ces drôles d'idées !! Tu diras quoi aux Français ?

-   Que la baguette n'augmentera  que d' 1 Euro, ça détournera leur attention des limaçons et il faut chercher l'argent là où on peut, je profite de l'embargo russe pour faire du pognon. Les caisses de l'Etat sont vides

-   Meraviglioso, tu m'as donné une idée de génie. J'en profite aussi et j'augmenterai le prix de la pasta. Un Bacio, fratello mio, nous sommes des génies et n'oublie pas, tu peux compter sur ton Silvio. Comme d'habitude une bise sur le grain de beauté de Carla- bellissima, fesse gauche.  Un cadeau à l'Italie, tu lui dois bien ça  pour ses bons conseils !

 

 

 

 

20:21 | Tags : sarkozy, berlusconi | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

14/08/2010

De Sárközy à Sarkozy - c'est la musique et les accents qui changent

sarkozy-priere.jpgLe Sarkozy qu'on connaît, c'est celui qui s'est défait de tous ses accents, qui les a extirpés de sa vie comme des verrues qui dérangent, il les  arrachés  à son nom comme une honte pour oublier et faire oublier ses origines.  Donc le nom du Président français en réalité s'écrit  bien Sárközy et se trouve être d'origine hongroise. Il s'est présenté sous un faux nom aux présidentielles, gênant pour un Président, vous avouerez, n'est-ce pas ?

Nom courant aussi chez les Rroms de Hongrie, de là à ce que notre Sarkozy à nous soit un rrom il n'y a qu'un pas.  En l'occurrence, j'ai identifié un musicien Sárközy qui joue dans les  Cigánski diabli / Les Diables rroms.  Et  si le nôtre était l'un d'eux ?  Un endiablé qui a oublié ses accents, le rythme et la chanson, il ne nous offre plus que de la cacophonie bruyante et qui de surcroît nous fait une crise d'identité en s'attaquant particulièrement aux Rroms. Mais pardi ! ceci explique cela. Vieille nostalgie enfouie dans l'inconscient de notre "Sárközy" , il a épousé une chanteuse, pour  rester tout près, très près, si près  de la musique. D'autres signes de cette quête identitaire à l'aveugle , son ex-femme portait le nom de Cécilia Ciganer,  son  grand-père était  roumain et tzigane de Transylvanie, Ciganer vient de Zigeuner qui veut dire tzigane en allemand.

Et il n'empêche qu'on ne  m'aurait pas dit que ce petit-là  était le président de la République française, je vous jure, je l'aurais pris pour un rrom et je lui aurais même donné la pièce s'il me l'avait demandée   !!! C'est quand même fou la ressemblance, à s'y méprendre.

En attendant que le nôtre  améliore ses gammes et assume ses accents accolés à son nom d'origine,  faisons un dernier petit exercice  pour l'oreille :  prononcer Sárközy en Hongrois  - Le S proche du SH anglais -Le á désigne un a long - Le ö comme le eu français - Donc  SHAAAARKEUZI !

Signé Djemâa Chraïti - du circonflexe au tréma, pas besoin d'être hongrois, ni président  pour habiller  si joliment son nom .......

 

Ecoutons de la vraie musique d'un Sárközy qui a encore l'oreille musicale, lui !

 

et encore écoutons le fameux et inoubliable Sárközy József

 

 

 

 

19:08 | Tags : sárközy, sarkozy | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

13/08/2010

HONTE A LA FRANCE ET A CEUX QUI SE TAISENT !

1300284048.JPG

LEURS CARAVANES ONT ETE DETRUITES ET VOILA TOUT LE MONDE EST SATISFAIT , MISSION ACCOMPLIE !!!

22:25 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |

08/08/2010

ARLES : expo ROMNIA, femmes gitanes, roms, yénisches et sinti


visuelarles.jpg

22:08 | Tags : arles, expo romnia | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

03/08/2010

UN P'TIT COUP DE POUCE SARKO ?

IMG_0020.JPG

QUE CHACUN BALAIE DEVANT SA PORTE ! 

08:39 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

30/07/2010

Sarkon et Berluskon : I nuovi mostri

 

 berlusconi_4.jpgsarkozy_176.jpg

 

 

  • - Ciao Nicolas, fratello mio ! Come stai?
  • - Silvio, je suis dans la merde avec Bettencourt
  • - Ma dai! Non ti preoccupi. Fais comme moi, l'année passée quand on est venu m'emmerder pour des affaires de blanchiment, d'escort girls, de détournement de mineure et tout ce " casino", je prends un Rrom, je le secoue très fort et enivre le peuple avec ça! Il n'y voit que du feu.
  • - Mais Silvio, quand tu les as renvoyés en Roumanie, les Rroms, ils ont fait quoi après?
  • - Nicolas, t'inquiètes pas, ils partent deux ou trois mois et ils reviennent. Qu'est-ce que tu veux faire avec la pauvreté, rien,  on leur paie des vacances en Roumanie en quelque sorte, des congés payés par le gouvernement.  Pendant ce temps le peuple est content, il a l'impression qu'on a réglé tous ses problèmes et surtout il oublie nos petites affaires.
  • - Ah! Silvio, t'es vraiment un pote. Merci pour le tuyau, je te jure que je te revaudrai ça.
  • - Fratello mio, mon p'tit Nico, tu peux toujours compter sur moi, nous sommes de vrais frères jumeaux, petits mais avec de grandes idées  et n'oublie pas une petite bise de ma part  sur la fesse gauche de Carla, sur le grain de beauté. Ttu dois bien ça à l'Italie!

12:35 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |