26/09/2008

Le sourire de Georges Soros pour le week-end

IMG_0012.jpg






Le financier George Soros s'est fait le hérault des Rroms au cours de la conférence à Bruxelles.
. "Je suis sérieusement préoccupé par le fichage des Rroms en Italie. Je crains que cela ne devienne une norme de facto dans l'Union européenne", a-t-il dénoncé."


Il a été fait "citoyen Rrom" par un représentant de la communauté d'où l'éclatant sourire.




Le texte intégral du speech
"An Unacceptable Reality": The Situation of Roma in the European Union
Keynote Address to the EU Roma Summit
OSI
George Soros
September 16, 2008
On Tuesday, September 16, 2008, more than 400 leaders from across Europe gathered in Brussels for the first-ever EU Roma Summit. Convened by the French Presidency of the EU and the European Commission, the summit ended with a call by EU President José Manuel Barroso to put the plight of the more than 10 million Roma on the EU’s agenda. George Soros, chairman of the Open Society Institute, gave the following keynote address.

The European Union is, in my opinion, today perhaps the world’s best example of an open society, guided by the principles of democracy, tolerance, and international cooperation. An open society, in my definition, is an imperfect society that holds itself open to improvement. In no other area is the need for improvement as great as it is in the treatment of the Roma minority.

I won’t elaborate on the picture that President Barroso painted about the plight of the Roma in Europe today. To say that they do not enjoy equal opportunity is an understatement.

I can testify from personal knowledge that many Roma families and communities live in sub-human conditions. An unacceptable reality gives rise to a negative stereotype and the negative stereotype makes the situation of the Roma worse. The net result is the worst case of discrimination and social exclusion based on ethnicity in the European Union.

Most of the Roma population is concentrated in the new member states of Eastern Europe and the Balkans. Their living conditions have deteriorated from what they were during the communist regimes. No wonder that many of them migrate to the West. This has aroused racial prejudices in other member states, as the recent events in Italy demonstrate.

Such incidents should be of concern to the European Union and its individual member states, and they must develop strategies aimed at avoiding a recurrence of such events. This is why we are meeting here today.

I should tell you that I am deeply troubled by the precedent set by Roma profiling in Italy and worry that this could become a de facto European standard. I believe the targeted fingerprinting of Roma is a case of ethnic profiling and it should be illegal. I hope the European Court of Justice will establish this fact. But that should not be the main topic for discussion today. The challenge before us is to improve the situation of Roma.

I have been personally engaged in the Roma problem for more than 20 years. As a believer in the open society, I established a network of foundations to promote open society principles in Eastern Europe starting in Hungary as early as 1984. The foundations took up the case of the Roma from their inception. We took a comprehensive approach.

On the one hand, we sought to protect the human rights of the Roma. We founded the European Roma Rights Centre which engages in strategic litigation. Perhaps its greatest achievement to date is the ruling this year by the European Court of Human Rights on a case in Ostrava, Czech Republic, which established the principle that the segregation of Roma children in schools constitutes unlawful discrimination.

On the other hand, we sought to improve the capacity of the Roma people to participate in society on equal terms. Our main focus has been on education, and after 20 years we have some positive results to show. There is now a growing number of well-educated young Roma, who are proud of being Roma, and are willing and able to argue their case. I consider this a major breakthrough because it breaks the prevailing stereotype about the Roma.

In the past, when individual Roma made their way in the world, they tended to shed their Roma identity. So the stereotype that gypsies are uneducated and dangerous remained unchanged. Now well-educated young Roma are arguing their own case.

With the help of these young activists and the World Bank and the European Commission, we inaugurated the Decade of Roma Inclusion, beginning in 2005. The Decade brings together governments and nongovernmental organizations. Initially, there were eight participating countries, five of them members of the European Union. More recently, Spain, Bosnia, and Albania also joined. Each country draws up a national action plan for improving education, healthcare, housing, and employment opportunities for Roma, and the Roma organizations themselves, in true civil society fashion, review progress toward achieving the goals that have been set. Together with our partners we have established a Roma Education Fund, managed by the World Bank, which builds on education programs developed by my foundations and applies them on a larger scale.

The European Commission played a crucial role in the success of the Decade. In my opinion, the European structural funds are providing the main motor that keeps the Decade going, because these funds offer an incentive for the national governments to devote some effort and resources to improving the situation of the Roma. It has to be admitted that these efforts are not popular with the electorates of the countries concerned because of the negative stereotype that prevails. To overcome this resistance, the affirmative programs are designed to apply to socially excluded people in general—and not just the Roma—and this is as it should be. But, let’s not make any mistake about it; most of the socially excluded people in these countries are Roma. In these circumstances the financial support provided by the structural funds are indispensible for improving the situation of the Roma.

The Decade of Roma Inclusion provides a good foundation on which further efforts could be built. But for these efforts to be successful they need the support of the European Union and all its member states, both in form and in substance. I very much hope that the Commission will endorse the Decade and reinforce it.

I should like to take up President Barroso’s idea of a European Platform for Roma Inclusion. In my opinion, this could be a valuable extension of the Roma Decade and bring on board the member states that do not have a large enough Roma population to develop national action programmes on their own.

One of the main advantages of the Decade is that it brings together countries with large Roma populations, whether they are inside the European Union or outside. If the EU really wants to address the Roma problem on its roots it should take advantage of the existence of the Decade and build on it. Doing so the EU would really be true to its potential as an open society.

My foundations, the civil society organizations supported by my foundations, and I, personally, remain firmly committed to correcting one of the European Union’s most glaring deficiencies as an open society. I hope that the EU will, as President Barroso said, exercise political leadership to accomplish this goal. It will require far more than ten years to achieve our goals. But the Decade of Roma Inclusion has made a good start and it deserves the full support of the European Union and its leadership.

http://www.soros.org/initiatives/roma/articles_publications/articles/roma_20080916
















Crédit photo : Bienvenue chez les Rroms

18:11 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Un camp rrom part en fumée en Seine-Saint-Denis




Le camp qui a pris feu dans la nuit de mercredi à jeudi est situé sous la bretelle de l’autoroute A 86 en Seine-St-Denis et a fait deux blessés. Il abrite environ une centaine de personnes réparties dans plusieurs caravanes et bicoques faites de bric et de broc. C’est un des plus anciens campements rroms de France, appelé le camp du Hanul - qui signifie le caravansérail en rromani - et établi sous le pont routier depuis 2000.


Selon une source "La piste d'origine accidentelle de l'incendie se confirme" vraisemblablement une bougie. Les policiers enquêtent.
Le 9 juillet, la police distribuait 106 « obligations de quitter le territoire français » (OQTF). Originaires de toute l’Europe et pour la plupart de Roumanie, ils bénéficient depuis le 1er janvier dernier du droit de libre circulation au sein de l’Union européenne. Une fois rapatriés en Roumanie, nombre d’entre eux font le chemin inverse et regagnent la France. Le ferraillage est une de leur principale activité.

Par l'entremise du service social de la municipalité de Saint-Denis, le Secours populaire a fourni à l’Association « La voix des Rroms » quelques couvertures et des vêtements, qui ont été distribués en fin de matinée. D'autres opérations de ce type sont prévues dans les heures qui suivent, afin de répondre au maximum aux besoins des familles qui ont tout perdu dans l'incendie. Le relogement d'urgence des familles s’est organisé grâce à la solidarité des habitants du terrain.



09:11 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

25/09/2008

LE RROMANI : UNE LANGUE PAUVRE ET NUE?

IMG_0017-2.jpg

Marcel Courthiade
Professeur à l'INALCO,
responsable des études linguistiques Rromani,
Commissaire à la langue et aux droits linguistiques de l'union Rromani internationale, Paris





LE RROMANI : UNE LANGUE PAUVRE ET NUE ?

« Achever une libération sans la restauration d’une culture collective semble […] une insupportable carence ; restaurer une culture sans sa langue de base, une absurdité » Albert Memmi.
« Ces gens qu’on a cru incultes parce qu’ils étaient illettrés ont élaboré une nouvelle façon d’être au monde, exploré un autre versant des possibles de l’homme » Véronique Schiltz (sur les Scythes)

L'échec de cinquante ans de politiques sociales appliquées aux Rroms : tel est le bilan de l'erreur radicale qui a été de traiter un peuple européen comme "du vent le jouet, du monde le rebut" – comme l'écrivait Rajko Đurić . Dans ce malentendu destructeur qui a tout du cercle vicieux et refuse aux intéressés l'autonomie, la responsabilité et l'égalité, on constate que la langue rromani, ou plutôt sa négation, joue un rôle essentiel. En effet cette langue n'est autre que le levier pouvant faire basculer du négatif des identités (a)sociales avec tout le cortège de leurs tares au positif de l’identité culturelle nationale avec tous les trésors de son patrimoine –– et inversément.

Etat actuel du rromani en Europe
D’après le réseau européen Mercator sur les langues, il y aurait plus de neuf millions de locuteurs de rromani en Europe (sur dix à douze millions de Rroms au sens large – incluant Kalés et Sintés). Une estimation entre sept et huit millions semble plus réaliste . Il faut préciser ici que le rromani en tant que tel (rromani ćhib) est le patrimoine des Rroms au sens strict (c'est-à-dire de ceux qui se désignent eux-mêmes du nom de "Rroms" – donc Sintés et Kalés non compris), soit plus de 85% de ce chiffre total. Parmi les autres 15%, plus des deux tiers ont perdu de manière collective l’usage du rromani en raison de persécutions historiques : c’est le cas du million de Gitans ibériques ou Kalés qui n’ont recours qu’occasionnellement à quelques douzaines de mots rroms dans leurs échanges effectués en catalan ou espagnol, mais aussi celui des Gypsies britanniques disposant d'un vocabulaire encore plus limité ; ce type de parlers est connu sous le nom de *paggerdilecte .

*Paggerdilectes
En Espagne et Grande-Bretagne, les Rroms ont renoncé il y a plusieurs siècles à l’usage familial du rromani sous l’influence de brutales politiques locales antitsiganes, ceci pour protéger leurs enfants des châtiments auxquels l’usage public de la langue ancestrale les exposait. Toutefois les jeunes, après avoir grandi dans une variante populaire de la langue du pays, étaient exposés dès leur entrée dans le monde du travail et des adultes aux échanges de ceux-ci en rromani. Ils pouvaient ainsi acquérir quelques mots rrom isolés, qu’ils utilisaient ensuite dans la langue majoritaire (catalan, euskara, espagnol ou anglais), mais non les structures grammaticales du rromani. Les idiomes ainsi constitués portent le nom de kaló dans la péninsule ibérique et de paggerdi en Grande-Bretagne (d’où l’appellation de paggerdilecte pour ce type de parlers) ; ils concernent en tout un peu moins de 10% de l’ensemble des Rroms d’Europe.)

Enfin les derniers 3 ou 4% parlent diverses formes très influencées par les langues majoritaires (allemand, alsacien, italien, finnois etc.) et leurs parlers, dits périphériques, ne sont pas non plus compréhensibles aux locuteurs de rromani. C’est à ce dernier groupe qu’appartiennent les Sintés (souvent appelés Manouches en France). Au delà des chiffres cependant, il y a une constatation que chacun peut faire : c'est que du métro parisien aux vallées du Prekmurje slovène et du milieu des businessmen rroms de Pologne aux théâtres en rromani des Balkans, la langue est bien vivante, avec créativité, pittoresque, humour et poésie du quotidien local ou des rencontres entre Rroms de pays divers.

La structure dialectale du rromani proprement dit (celui des 85%)

L'un des malentendus les plus coriaces sur le rromani est celui des « innombrables dialectes ». Bien sûr le mot dialecte est pris là au sens du 19ème siècle avec sa part de sauvagerie inquiétante, porteur donc de connotations condescendantes de type colonial et non d'information scientifique, car la réalité est bien plus simple : des Rroms qui savent bien leur parler maternel arrivent le plus souvent à se comprendre assez vite, tandis que ceux qui l'ont en grande part oublié n'y parviennent pas – ce qui n'a rien de spécifique.
D'un point de vue strictement dialectologique, la langue se divise en deux « superdialectes » (dits "O" et "E"), qui se distinguent au niveau de deux formes de la conjugaison au passé, dans le pluriel de l’article défini et par quelques lexèmes. C'est dire qu'il n'y a guère entrave à la communication. Par ailleurs, une évolution phonétique très systématique, appelée mutation, sépare dans chacun de ces superdialectes les parlers qui l’ont subie et ceux qu’elle n’a pas touchés, constituant de la sorte quatre dialectes. Ces différences non plus n’empêchent pas l’intercompréhension, même si on y ajoute les spécificités locales de prononciation que l’oreille apprend très vite à « filtrer » pour extraire de la chaîne sonore le message pertinent. En effet, la compréhension orale, qui est un phénomène naturel, dispose d’un tel système de « filtres » pour rétablir les messages déformés par des traits dialectaux ou des défauts de prononciation des interlocuteurs, ce que ne possède pas la compréhension écrite (lecture), qui est une opération artificielle.
Lors de leur arrivée dans les Balkans, les Rroms, pourtant héritiers d’une très haute culture en Inde, puis traumatisés par la déportation et la migration jusqu'à l'Europe, se sont souvent trouvés rejetés parmi les populations les plus fermées (c’est à dire les milieux appelés palanka par les sociologues yougoslaves), ce qui a entraîné une perte qualitative sévère de leur langue – réduite au niveau des basilectes locaux. Lorsqu’à partir du XIXème siècle les parlers des autres peuples des Balkans se sont développés et enrichis – au moins parmi les élites locales, rien n’a été fait pour le rromani, qui est resté avec les ailes coupées. Les attitudes méprisantes des pouvoirs locaux et la conscience de ce décalage ont fait naître chez de nombreux locuteurs de cette langue, surtout en milieu urbain, un véritable discrédit vis-à-vis de leur patrimoine ancestral – contrastant avec la fierté d’être Rrom. Ceci a conduit à l’oubli progressif du vocabulaire, surtout celui relatif à des réalités disparues de la vie moderne mais aussi aux sentiments et mouvements affectifs – moins souvent discutés de nos jours que la technique et la consommation. Bien entendu, les lacunes ont été compensées par des emprunts de plus en plus nombreux aux langues locales.

Les réponses des chercheurs rroms

Dès le XIXe siècle, des observateurs avaient reconnu le principe profond d’unité qui sous-tend une grande variété apparente de formes. Par exemple le Polonais Anton Kalina dans la préface de sa grammaire publiée en 1882 à Poznań, décrivait la langue rromani « comme une, homogène et ayant les mêmes droits que toutes les autres. Il est du devoir de la science, écrivait-il, de connaître cette langue dans la forme qui lui est propre, d’extraire de tous les dialectes le fonds commun, de débarrasser le pur métal de tout l’alliage qui s’y était accumulé ». Ce n’est que cent ans plus tard qu’un réseau d’une vingtaine de professionnels, presque tous Rroms, ont élaboré, en s’appuyant sur la décision d’égalité en droit et dignité des divers parlers rrom proclamée par le premier Congrès mondial des Rroms réuni en 1971 à Londres, une graphie commune permettant à tous les usagers d’écrire d’une manière quasi unique et facilement compréhensible d'un bout de l'Europe à l'autre, tout en laissant à chacun[e] la liberté de lire tout texte écrit de la manière dont il ou elle parle. Comme il a été dit plus haut, le « filtre » existant dans l’intercompréhension orale naturelle fait défaut dans la lecture, laquelle est un acte artificiel comme l’écriture. C’est donc au moment d’élaborer la graphie et d’écrire que l’on doit choisir la lettre qui assurera une lecture facile au récepteur, c’est-à-dire qui peut revêtir d’une forme graphique unique les diverses prononciations dialectales. Cette graphie, adoptée par le Congrès mondial des Rroms en 1990, est en usage dans de nombreux pays. Elle est même officielle en Roumanie où grâce à elle près de 26.000 élèves bénéficient chaque année d’un enseignement en rromani.

En ce qui concerne les lacunes de vocabulaire, il a été décidé de remettre en large circulation tout le patrimoine lexical encore gardé ça et là, afin de le sauver de l’oubli et lui rendre la vie, grâce à des stratégies pédagogiques efficaces et une création littéraire dynamique – en particulier pour les mots se référant à des réalités rares de nos jours. L’usage figuré de mots anciens est également recommandé (comme on le voit en français avec galère, bouffon, navette etc.). Pour certaines notions de base dont « le mot manque », la néologie se révèle indispensable. Les locuteurs doivent donc accepter certains mots étrangers pour des réalités dites modernes et s'ouvrir à ces réalités. Cependant il ne faudrait considérer que les techniques, l'administration et la consommation sont le nec plus ultra de la civilisation et de la communication humaine ou qu’une langue qui n’a pas le vocabulaire correspondant n’en est pas une. Ce vocabulaire représente dans la vie moins de 1% des échanges mais l'erreur est couramment commise de focaliser toute l'attention sur ce 1% et d'oublier tous les autres types de conversation avec toute leur densité émotionnelle et humaine.
Toutes ces questions sont désormais bien cernées d’un point de vue strictement linguistique et les réponses apportées consolident le principe de respect vis-à-vis des diverses variétés de rromani, même si certains pouvoirs locaux, notamment des pays de cultures germanique et scandinave, ont du mal à comprendre qu’un standard puisse être commun et en même temps flexible et respectueux des différences dans la mesure où l’intercompréhension n’est pas menacée. Le système choisi a rejeté dès le départ à la fois la séparation des divers parlers en entités distinctes, chacune avec une graphie différente et un vocabulaire forcément sommaire , et l’imposition d’une norme unique et rigide, qui aurait supplanté les variétés vivantes . Au contraire l’écriture commune permet de respecter les diverses prononciations, le vocabulaire rromani des quatre dialectes est intégré à la langue dite du rassemblement et tout locuteur peut choisir, selon les circonstances de sa communication, une forme de langue soit plutôt proche de son parler natal, soit plutôt voisine de la langue commune, elle-même flexible comme nous l’avons vu ; certaines formes de création littéraire préfèrent celle-là et les écrits émotionnellement plus neutres (textes encyclopédiques ou politiques) optent plutôt pour celle-ci.
Il faut bien entendu une ferme volonté politique de promotion du rromani – ce qui est possible, comme le démontre la Roumanie, accompagnée d'un vrai désir de création littéraire et de ressources techniques pour la diffusion, notamment dans les écoles. Il faut aussi que l'apprenant accepte d’apprendre ce que l’on ne sait pas – comme le font les élèves de toutes les autres langues, ce qui peut sembler un truisme mais il est fréquent que l'on nous dise "l'enfant rrom ne peut pas apprendre ce mot car il ne le sait pas". Il faut enfin et surtout qu’il n’y ait pas d’obstacles institutionnels, même s’ils sont travestis en soucis démocratico-paternalistes. C’est pourtant ce qui se passe. Et ce qui bloque.




H&M Karikatura .jpg











(prochaine suite : Tsiganophobie et négation de l’identité rromani)

21:13 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

24/09/2008

La langue rromani : soeur ou fille du sanscrit?

IMG_0017-2.jpg

Marcel Courthiade
Professeur à l'INALCO,
responsable des études linguistiques Rromani,
Commissaire à la langue et aux droits linguistiques de l'union Rromani internationale, Paris






La langue rromani n’est ni la sœur ni la fille du sanscrit – lequel n’a eu ni sœur ni fille. En effet le sanscrit était une langue savante, d’une richesse et d’une logique stupéfiantes, et donc considérée comme « parfaite », qui avait été élaborée par les érudits de la haute antiquité indienne, à partir des parlers indo-aryens populaires d’il y a quelque 3000 ans.
Le sanscrit n’a pas évolué mais il n’a cessé d’enrichir toutes les langues indo-aryennes issues au long des siècles des parlers populaires, que ce soit spontanément ou par intervention humaine. Il a aussi influencé fortement de nombreuses autres langues d’Asie, étrangères à la famille indo-aryenne. Plutôt qu’à une « langue mère », il vaut mieux le comparer à une « langue tante célibataire ».

Le rromani, lui, s’est formé à partir des parlers indo-aryens populaires de la moyenne vallée du Gange, détachés au début du XIème siècle de leur région de formation par la déportation des artistes et artisans qui les parlaient. Hindouistes pour la plupart, ceux-ci furent conduits comme esclaves en Afghanistan puis au-delà, essentiellement dans la très riche et très civilisée province persophone du Khorassan (Iran oriental). L’influence des autres langues indiennes sur le rromani a donc cessé à cette époque. En tout état de cause, outre le profil grammatical du rromani qui est largement indien, cette langue compte plus de 800 racines indiennes. Ces déportés indiens participèrent ensuite à un mouvement qui les conduisit, sous la férule des Seljukides, jusqu’en Asie mineure (Ani 1064, Manzikert 1071 etc.) où la plupart d’entre eux demeurèrent au moins deux siècles dans le sultanat seljuk de Roum (capitale Konya) de langue officielle persane mais où l’on parlait aussi le grec, l’arménien, le géorgien, le kurde, l’alain (ou vieil ossète) et vraisemblablement des formes de turc oghouz. Le rromani compte environ 70 racines persanes (dont plus de 10 ossètes)


Nous remercions Marcel Courthiade pour sa contribution et continuerons dans les prochains jours de vous faire bénéficier de ses publications sur la langue rromani

23:02 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Le gouvernement italien est prévenu !

cotidianul.jpg




Sécurité et minorités:

Bruxelles met en garde le gouvernement italien


BRUXELLES - Plusieurs mesures prises par le gouvernement italien en matière d'immigration et de sécurité, notamment l'expulsion automatique des citoyens de l'UE, sont contraires au droit communautaire et pourraient entraîner des sanctions, a averti mardi la Commission européenne.

"Les règles sur l'expulsion automatique des citoyens de l'UE posent des problèmes de compatibilité avec le droit communautaire", a annoncé le commissaire européen en charge de la Justice et des Libertés, le Français Jacques Barrot.

"L'examen de compatibilité juridique sur le paquet sécurité italien se poursuit entre la Commission et les autorités italiennes", a précisé M. Barrot dans un communiqué.

Le gouvernement italien a soumis à la Commission une série de mesures pour lutter contre l'immigration illégale et assurer l'ordre public à la suite de délits commis par des membres des communautés Roms.

Parmi ces mesures figurent l'expulsion immédiate en cas de condamnation à une peine supérieure à deux ans de prison et des restrictions au regroupement familial.

"La Commission européenne garde bon espoir de parvenir dans un délai très proche à une solution conforme avec le droit communautaire. A défaut, elle devrait entamer les procédures d'infractions prévues par le traité", a averti M. Barrot.

"La Commission restera vigilante sur la mise en oeuvre de l'ensemble de ces textes", a-t-il conclu.

(©AFP / 23 septembre 2008 17h40)


Lire aussi l'excellent article
http://nord-sud.blog.tdg.ch

15:08 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

22/09/2008

Viktòria Mohàcsi - Une Cléopâtre Rrom

IMG_0015.jpg


La belle Viktòria ne se fatigue jamais de dire qu'elle n'est pas d'accord, elle finit toutefois ses phrases par un soupir en soulevant légèrement les épaules.
34 ans, Rrom de Hongrie, au Parlement européen depuis quatre ans, elle est une des rares dans cette glorieuse assemblée europarlementaire à ne pas tenir la langue de bois. Elle se bat pour le peuple Rrom, pour son peuple, pour ces dix millions d'Européens qui ne sont pas prévus dans le paquets des mesures sociales de l'Europe pendant les dix prochaines années encore.
De sa voix chaude, de son ton énergique qui attaque le sujet, Son regard triste se pose sur vous comme un voile de velours noir. Elle ose les mots qui vont droit au but et les pose sur la table d'une traite comme un paquet trop lourd. Ses mots, c'est son armée, elle les sort comme des armes tranchantes, et les grenaille , courts et efficaces.
De ce corps frêle se dégage une force intense qui nous interpelle, qui force l'admiration.
Après ses visites éclair des camps Roms en Italie, elle lâche son verdict :
“The situation of the Roma people in Italy is horrible. It is hard to believe that in a democratic country there are people who are deprived of rights. There is a need for an urgent integration programme, especially for the people arriving from new EU Member States. Elle était la première à les visiter, en mai déjà , dont celui de Casilino 900. Témoin d'une persécution, elle dénonce le génocide qui se prépare sous nos yeux.
"Dosta !" répète-t-elle, "Dosta" - ça suffit en Rromani. Souhaitons-lui de finir, à force d'insistance, par se faire entendre.


pour l'écouter lors du sommet à Bruxelles
http://mefeedia.com/entry/vikt-ria-moh-csi-about-the-summit-on-roma/11617368/



IMG_0021.jpg


Lors du sommet sur les Rroms qui s'est tenu le 16 septembre à Bruxelles, une deuxième femme s'est notamment distinguée, Soraya Post, suédoise, qui d'emblée s'affirme sans détours. Présidente du Réseau international des femmes rroms, femme solide, bien campée sur ses jambes. Qui la cherche, la trouvera et plus vite qu'on l'imagine. Quand elle vous regarde, ses yeux bleus vous farfouillent jusque dans l'âme.
Elle a dénoncé la politique de «fichage ethnique» prônée par les autorités italiennes, inspirée selon elle par «l'idéologie fasciste des années 1930». sur sa lancée, elle insiste : "J'espère que le sommet européen de décembre verra se concrétiser l'illégalité du fichage ethnique en Europe".


Ses deux femmes assises quasi côte-à-côte, si différentes et si proches dans leur combat, avec cette même passion, cette volonté de convaincre, de défendre la cause des plus faibles et la cause des justes. Admirable !

21:14 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

21/09/2008

Même Dieu, fâché contre le cancre Maroni !

Rome, le 19 septembre- Maroni n’a pas de chance, après avoir dû envoyer sa copie à Bruxelles qui est assurément mauvaise comme on s’y attendait tous, la maîtresse – Madame la Commission européenne- lui a demandé de la corriger et rectifier le tir.
De surcroît, on vient voir sur place comment il traite exactement ses camarades, les rroms. Il paraît qu’il les malmène selon les dires des uns et des autres.

Le jour où la délégation européenne débarque dans un des plus grands camps de Rroms, voire d’Europe, Casilino 900 où y vivent 600 personnes. La pluie se met à tomber, sans relâche pendant cinq heures.

Le camp n’est plus que gadoue, on y patauge. Dieu semble verser toutes les larmes qu'il peut pour mettre en évidence toute cette misère. La montrer aux hommes, la révéler sous son vrai jour. Et il y est parvenu.

Le chef de la délégation de la Commission liberté civile, justice et affaires internes du Parlement européen, Gérard Deprez s’est écrié . “Une situation simplement absurde et désastreuse. "Aucune parole ne peut décrire ce que j’ai vu : une situation qui insulte la dignité humaine. “Certains eurodéputés sont surpris de ne pas trouver les monstres décrits par l’Italie, mais des hommes, des femmes qui travaillent, des gens de bien, qui malgré les conditions dans lesquelles ils vivent, parviennent à s’intégrer.

Maroni promet, qu’après trente-cinq ans de présence des Rroms dans ce camp vivant sans électricité et sans eau, il allait remédier à cela . Il se fait tout gentil, s’adresse aux Rroms sur place comme le meilleur ami du monde. Mais qui a dit que je traitais mal mes camarades ? – Mais regardez-moi, combien je les aime. Mais quel recensement ? quelle aggravation du cas en cas de clandestinité ? mais quelle expulsion ? Maroni tente de la jouer premier de classe.

A croire qu’avec la pluie, Dieu nous a envoyé l’ange Roberto Maroni.

Il promet pas de violation des normes communautaires. Il a déjà dépensé 3 millions d’euros pour le recensement et pas un sous pour l’amélioration des conditions sociales. La maîtresse va lui expliquer encore une fois où mettre l’argent. Elle a accepté de lui donner un cours privé. Il faut expliquer longtemps les choses à Maroni, il faut être très patient avec cet élève pas très brillant, ça finira bien pas lui rentrer dans la caboche, à force de le faire répéter :

Plus d’intégration, plus d’anticipation, plus d’humanité, plus d’empathie, plus de cohérence, plus de vision politique à long terme, plus d’écoute, plus de tolérance, plus d’ouverture. Et surtout, je ne battrai plus mes camarades plus faibles que moi.

Allez Maroni ! écrivez-moi encore une fois tout ça sur le tableau noir, s'il vous plaît.




pour mémoire :
roms.blog.tdg.ch/archive/2008/08/04/le-cancre-maroni-envoie-sa-copie-a- bruxelles.html - 4

23:02 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

De Rom en Rrom - Rrrrrrrrrrr.... qui peut !

Pourquoi deux r à Rrom ?

Les roues de la roulotte qui inlassablement roulent sur les routes. Rondes, rassurées d'emmener ceux qui ont ravi au ciel sa musique qui rayonne sur terre. Chasseurs de mélancolie, ils roulent, roulent encore, depuis, que le roi de Perse les invita dans son royaume pour y enseigner la musique et repousser la mélancolie vers ses refuges les plus lointains.


Plusieur explications :

Pour Samir Mile - enseignant et président de l'Association la Voix des Rroms

Dans toutes les langues, il y a des mots empruntés. Le mot « Rrom » en est un, tant en français qu’en anglais et bien d’autres. Il vient du rromani, c’est-à-dire la langue du peuple rrom. En rromani, il prend deux « r » et se distingue donc du « r » simple, qui existe aussi. En phonologie, on appelle cela une opposition. Par exemple « rani » veut dire « dame », alors que « rrani » veut dire « branche ». Depuis les débuts de la littérature rrom dans l’Union soviétique des années 1920, ce son particulier était transcrit en double « r », transcription reprise dans l’alphabet du rromani adopté en 1990 par l’Union rromani internationale.

L’apparition du mot en français, mais aussi dans d’autres langues, est très récente. Jadis, et encore aujourd’hui d’ailleurs, on parle de « tsigane », de « romanichel », de « bohémien » etc. Parce que ces mots portent souvent à confusion, il est préférable et de plus en plus préféré d’utiliser le mot « rrom », qui est emprunté donc au rromani, et cela de fraîche date. Ainsi, comme pour tous les emprunts récents, on utilise l’orthographe de la langue d’origine et on décline selon les règles de la langue d’arrivée : un rrom, deux rroms.
(source Café Babel)

Autre explication-

L’explication du double r, c’est simplement une question de phonétique. Quand un Rrom roule le “r” comme dans “baro”, qui signifie “grand”, on écrit le r “r” tout seul, mais quand il ne le roule pas comme dans “Rrom” (cf. quand un Parisien dit “Paris”), on écrit deux rr pour distinguer les deux prononciations. D’accord, c’est bizarre que le r simple roule et le rr double ne roule pas, on attendrait plutôt le contraire : un grand Rrom= jekh barrrrro Rom, bon ce sont les mystères de la phonétique. (source le correcteur, le Monde)


20:49 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

18/09/2008

UE- Sommet sur les Rroms- Mais que veulent les Rroms ?

IMG_0003-1.jpg

Marcel Courthiade
Professeur à l'INALCO,
responsable des études linguistiques Rromani,
Commissaire à la langue et aux droits linguistiques de l'union Rromani internationale, Paris
Sur la photo, il tient entre ses mains un seau en plastique inscrit dessus, "Colle de haute qualité pour couvrir le mensonge pour une surface de 10 m2- Et sur le pinceau - malheureusement - désolé!"


Impossible de discuter de choses importante avec 350 personnes qui se connaissent ou qui ne se connaissent pas, qui n'ont pas de liens entre elles. Il faut créer une articulation entre nous , faciliter des moyens de communications plus efficaces, favoriser un vrai networking, créer des bureaux locaux qui permettent d'échanger entre nous, tout au long de l'année. Les demandes de fonds exigent un cadre très rigide qui correspond davantage aux attentes de la Commission qu'à nos véritables besoins.

Ce qu'on craint c'est de renforcer le regard social, c'est le refrain social qui nous a mis dans des situations de dépendance depuis 50 ans au moins. Il Il y a des programmes sociaux qui ne font qu'empirer notre situation. Tant qu'on est dans le social, on est dans la mendicité, dans la compassion, dans l'humanitaire. Nous ne sommes pas et ne devenons pas de véritables partenaires. On est associé à des animaux en voie de disparition qu'il faut sauver, une espèce de mouche venue d'on ne sait où.


Il est plutôt indispensable de reconnaître notre identité, notre patrimoine qu'on doit respecter. Ce n'est pas parce qu'on a pas de territoire qu'on est éparpillé dans le monde entier qu'on existe pas, Ce n'est pas parce qu'on est pas dans des schémas classiques avec des frontières, des ministres qu'on existe pas. Il y a une autre façon d'être européen, une autre alternative, pendant que les Européens vont vers la pluralité, on nous pousse vers la négation de cette pluralité.

En 2000, nous avions proposé des statuts-cadre suite à la demande du parlement belge qui voulait ainsi contrer la montée du racisme en montrant que des efforts seraient faits pour nous donner une chance de mieux nous présenter. Donc, nous avons fait des propositions comme la reconnaissance de notre langue, de notre culture, de notre contribution économique à l'Europe. Et deuxièmement , définir qu'il y a une entité Rrom qui n'est pas seulement liée à la misère, à la mendicité. Il y a des réalisations positives de projets intéressants en Europe mais qui ne sont pas pérennes. Elles peuvent disparaître du jour au lendemain en fonction du gouvernement en place. Le vent peut tourner. Les statuts-cadre ont pour but d'assurer une continuité des programmes qui réussissent. Rédigés en 2000 en vue de l'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l'Union européenne, aujourd'hui , nous les avons mis à jour en août 2008.


IMG_0005.jpg

Saimir Mile -Président de l'Association La Voix des Rroms

Le fait que la France lors du Sommet de Bruxelles (dans la bouche de Boutin) dise qu’il y a environ 400.000 Rroms en France, est une avancée. Jusqu’ici, elle ne reconnaissait que des « gens du voyage », définis donc par référence à une mobilité soit inexistante soit limitée, et déconsidérait tout aspect historique, culturel ou linguistique de l’identité rromani. C’est la première fois qu’on appelle les choses par leur nom, et c’est un bon signe. C’est aussi un bon signe que Christine Boutin dise qu’elle s’engage pour la suppression des titres de circulation et pour que tout le monde ait une carte d’identité de droit commun.
Je suis rassuré dans une certaine mesure, mais je reste très vigilant.
Les dernières semaines de l’année 2008 seront déterminantes, avec les deux réunions préparatoires du Conseil européen de décembre. Si la France apprend à tirer bénéfice du potentiel rrom qui existe sur son sol et se poser en leader de cette initiative européenne pour les quelques semaines qui lui restent dans la présidence, nous pourrons encore espérer.
Quand je dis « potentiel rrom », je parle notamment de l’INALCO, seul établissement universitaire dans le monde à délivrer une licence, et bientôt un master de langue et civilisation rromani, ou encore du fonds documentaire exemplaire des Etudes tsiganes, ou encore du travail accompli par l’ancien Centre de recherches tsiganes à l’université Paris 5, dont a hérité le Groupe d’Etudes pour l’Europe de la culture et de la solidarité (GEPECS) au sein de cette même université, mais aussi, du point de vue historique, de la place qu’a eue la France dans la naissance et le développement d’un mouvement rrom au niveau international : c’est une initiative de Rroms de Montreuil qui a abouti à la création de l’Union rromani internationale, ONG reconnu aujourd’hui par l’ONU, où elle a un statut consultatif.

En conclusion, si la France oriente l’action européenne vers une reconnaissance de l’identité rromani comme une composante intégrante de l’Europe, comme un apport et comme un potentiel, par opposition à un regard exclusivement social sur la question, nous aurons gagné un combat qui dure depuis des décennies. Et avec nous, l’Europe aura gagné le pari qu’elle a fait et la France aura gagné la place qui devrait être la sienne sur la scène européenne : celle d’un pays qui ne reconnait pas formellement les minorités, mais qui par son action mets celles-ci sur un pied d’égalité avec toutes les autres populations, dans une Europe où le concept même de minorité devient caduque.






22:01 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

L'Italie déférée devant la Cour de justice européenne

IMG_0022.jpg



Le gouvernement italien proteste auprès de l' UE

Le représentant permanent d'Italie près l'UE, l'ambassadeur Nell Feroci, a adressé une lettre au Commissaire Wladimir Spidla pour exprimer son ressentiment au nom du gouvernement italien. Le fait incriminé. A l'occasion du sommet de Bruxelles sur les Roms, la sous-secrétaire d'Etat pour l'Emploi et les politiques sociales, Maria Roccella, n'a pas pu s'exprimer dans un climat serein à cause de quelques éléments perturbateurs parmi le public.

Episode d'autant plus déplorable que son intervention était centrée sur la politique d'inclusion de la communauté Rrom en Italie



DÉLIT DE CLANDESTINITE - Entre temps, le service juridique du Parlement européen a jugé non conformes au droit communautaire, les dispositions législatives italiennes qui considèrent le " statut"d'immigré clandestin comme un cas aggravant pour qui commet un délit, et le commissaire EU, .Jacques Barrot, a confirmé cette position sur différentes ondes radiophoniques.

L'avis négatif du service juridique de l'Europarlament a été communiqué à la commission des Libertés civiles qui avait promulgué le décret-loi sur la sûreté (publié en Gazette Officielle le 25 Juillet 2008 entré en vigueur le jour suivant) modifiant ainsi l'art.61 du code pénal italien, en y ajoutant la notion de résidence illégale.

Aggravant
Jacques Barrot a affirmé sur les ondes de la radio suisse : « Il semble que les textes prévoient qu'être un immigré irrégulier puisse constituer une circonstance aggravante dans les délits. Il a conclu que ceci n'est pas conforme au droit européen.
Sur la base de l'avis du service juridique du Parlement européen, l'eurodéputée roumaine Adina Valean (Alliance libérale démocratique Alde) n'a pas perdu temps et a demandé à la Commission EU « de déférer immédiatement l'Italie devant la Cour de Justice européenne pour violation de la réglementation communautaire en matière de discrimination parmi les citoyens communautaires ». Valean, qui est vice-présidente Alde et rapporteuse sur la directive européenne en matière de liberté de mouvement des citoyens EU, fait partie des sept membres " officiels" de la délégation du Parlement européen qui jeudi et vendredi se rendra en Italie pour rencontrer le ministre Maroni et y visiter trois camps Rrom dans la périphérie romaine.





Source Corriere della Sera - traduction libre

16:55 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

17/09/2008

Sommet de Bruxelles sur les Rroms - L'Italie rouge de honte

IMG_0022.jpg


La représentante du gouvernement italien, Eugenia Maria Roccella, sous-secrétaire d'Etat pour l'Emploi et les politiques sociales, a subi de plein fouet le ressentiment des Rroms. Ils ont quitté la salle lors de son intervention, puis sont revenus pour la conspuer et la siffler. Ils ont montré les T-Shirt sur lesquels étaient inscrits "Non au profiling ethnique".

La pauvre Roccella qui s'accrochait tant bien que mal à son texte, lu à toute vitesse, débitant un discours mensonger sur les efforts d'intégration des Rroms en Italie. Puis à force d'être huée, sifflée, elle a fini par interrompre son monologue.

Le rouge au front qu'on lui voit sur cette photo vient moins d'avoir été conspuée que d'avoir raconté une litanie mensongère sur son pays qui plutôt que d'intégrer préfère désintégrer.

IMG_0020.jpg


Tandis que Rudko Kawczynski, président du Forum européen des Roms et des Gens du Voyage, s'est demandé à quoi servait cette conférence.

"Nous subissons aujourd'hui un gentil blabla sur l'intégration, alors que cela fait 800 ans qu'on essaie de nous expulser d'Europe, et personne aujourd'hui ne nous a dit ce qui va être fait pour nous débarrasser des comportements anti-Roms", a-t-il lancé, applaudi par l'assistance.
Au Conseil de l'Europe, il y a des représentants qui planchent depuis des années sur le problème de l'intégration et qui n'ont même pas été invités à ce sommet. Il déplore de voir tout le travail repartir à zéro, et encore de nouveaux rapports,et encore d'autres groupes de travail. Avec tous ces rapports on pourrait alimenter un feu pendant trois ans, rajoute-t-il.

Mais quelle bonne idée ! On pourrait faire transporter ces tonnes de rapports par camion en Italie et les livrer dans les camps, où au moins ils serviront à quelque chose. A alimenter le feu en attendant des conditions de vie décente.


13:40 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

16/09/2008

Sommet européen sur les Rroms /Maria Roccella sifflée

Ambiance éléctrique dans la salle qui accueille le premier sommet européen sur les Roms.

Après une matinée consacrée au thème de l'inclusion sociale des Rroms et a l'issue de laquelle Georges Soros s'est vu remettre un T-Shirt qui le consacrait "citoyen Rrom". Mon voisin de gauche qui ne manque jamais une occasion de faire de l'humour, lâche tres philosophe : Bienvenu au club, on le traitera aussi de *sale tzigane*. Bernard Kouchner absent se fait remplacer par quelqu'un qui s'excuse de ne pas s'appeler Kouchner, toujours le même voisin de gauche précise que ca se soigne

Georges Soros recevant son T-Shirt des mains de Rudko Kawczynski, président du Forum européen des Roms et des Gens du Voyage,
IMG_0014.jpg

Georges Soros ne mache pas ses mots pour dénoncer le fascisme italien qui rappelle les heures sombres de l'histoire.



Soraya Post, présidente du réseau international des femmes rroms renchérit et ne peut concevoir une union européenne avec un membre comme l'Italie qui s'écarte radicalement de l'esprit de l'Europe.


Quand c'est au tour de Eugenia Maria Roccella, sous-secrétaire d'état pour l'emploi, la santé et les politiques sociales de nous faire le portrait d'une Italie soucieuse d'intégration, c'en est trop pour de nombreux Rroms dont certains distribuent des sifflets, exhibent les T-Shirt avec inscrits dessus stop au profiling ethnique, elle doit s'interrompre sous les huées et sifflements.

Oui, les Rroms sont très en colère.




19:32 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |

15/09/2008

Echo au sommet européen sur les Rroms à Paris

affiche2_copy_copy.jpg



source : http://lesrroms.blogg.org/

14:53 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

12/09/2008

Italie : Rroms torturés par des carabinieri

Un déjeûner en famille qui vire au cauchemar. Dans une caravane postée à Bussolengo près de Vérone, Giorgio Campos, 18 ans, ses parents et ses trois petits frères, se rendaient aux alentours de Brescia rendre visite à leurs proches. Au bord de la route, ils sortent une petite table devant la roulotte pour manger. Des vigiles s’approchent leur demandent s’ils vont repartir, ils répondent par l’affirmative. Mais ils reviennent en force peu de temps après avec une brigade de carabinieri.
Le maréchal les menace immédiatement de les emmener à la caserne pour les passer à tabac comme les autres Rroms attrapés la semaine précédente et expulsés.
Le père et le fils résistent, les carabinieri sortent les matraques et commencent à frapper. Emmenés, menottés à la caserne de Bussolengo, ils sont allongés par terre et piétinés.
Le pire est arrivé après, quand ils les ont emmenés dans les cellules du sous-sol. A nouveau frappés, torturés, les têtes plongées dans les bassines d’eau. Les carabinieri se disaient fiers d’être racistes. Un des carabinieri filmait la scène de violence avec son portable après les avoir dénudés. Transférés dans une autre caserne, les mêmes scènes se répètent : insultes, menaces, les carabinieri ont demandé à ce que les personnes arrêtées leur fassent des fellations.
L’Association de Brescia "Nevo Gipen" et l’institut de culture tzigane "Sucar drom" de Mantoue sont en train de s’occuper de ce cas. C’est un des actes de racisme le plus grave commis en Italie, comme le confirment les plaintes des victimes - dit Carlo Berini de "Sucar drom" - Un épisode comparable aux tortures de la caserne de Bolzaneto pendant le G8 de Gênes en 2001.




Source : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article70963

23:58 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

06/09/2008

Le peuple Rrom prend son destin en main

Un statut pour le peuple Rrom en Union européenne et rédigé par le réseau rrom de spécialistes et d'activistes sur les questions juridiques et politiques (RANELPI) et réactualisé en août 2008.

"
Bien qu’initialement prévu pour être adressé à l’Union européenne, ce document est un guide précieux pour toutes les autorités nationales et internationales en Europe et il tombe à nouveau à point nommé. En effet, nous sommes en un moment crucial dans les développements européens. Les organisations intergouvernementales européennes (UE, CoE et OSCE) ont pris conscience que les questions rroms doivent être prises en considération sérieusement et traitées d’une manière efficace.
Dans ce contexte, le projet d’un Statut-cadre du peuple rrom en UE, rédigé il y a huit ans par un réseau d’activistes rroms et non-rroms et ayant reçu l’aval de spécialistes du droit international, vient comme une contribution interne. Sa plus grande caractéristique est la considération du peuple rrom comme un segment des réalités européennes et des Rroms comme des citoyens actifs et acteurs de ces réalités.
Il est vrai que la plupart des considérations exprimées dans ce Statut-cadre sont déjà mises en place en pratique dans plusieurs pays européens. Cependant, le but du présent document est de doter ces pratiques d’une forme juridique afin de faciliter les relations et les discussions entre partenaires, de réduire le risque de régression à des pratiques antérieures, moins propices aux Rroms et à promouvoir une harmonisation raisonnable des pratiques politiques ciblant les Rroms dans le domaine de l’Union européenne."

suite sur .........
http://www.rroma-europa.eu/fr/sc_fr.pdf

sur le site


http://www.rroma-europa.eu/

09:19 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |