04/12/2018

Le millénaire rrom - Kannauj, berceau originel et terre d'accueil

DSC01016.JPGQue dire de cette arrivée à Kannauj, de l'émotion, des larmes versées, un chant puissant de "Gelem,Gelem", le chant national rrom, en choeur s'est élevé dans le bus. Une délégation qui vivait un moment historique de ce millénaire et se souvenir qu'il y a 1000 ans leurs ancêtres partaient par milliers réduits à l'esclavage vers Ghazni en Afghanistan emmenés par les troupes du Sultan de Ghazni, Mahmoud, les contraignant à l'errance et à l'exil. Le 20 décembre 1008, une date fatidique.

La ville de Kannauj a offert un accueil qui dépassait tout attente. D'abord un passage au temple hindouiste, où chacun a pu participer à cet instant empreint de spiritualité, au son des cloches assourdissantes. Les habitants sortis dans la rue ou accoudés à leur balcon à regarder passer ce cortège, furent émus par ces retrouvailles avec leurs frères et qui va sans doute ce qu'ils ignorent encore transformer, leur ville en lieu de passage obligé pour tout rrom qui remonterait à ses lointaines racines.
Puis réception à l'hôtel, boissons, ensuite visite de la fabrique de parfums, une tradition aussi millénaire et rappeler que " les rroms sont les parfums du monde", une belle métaphore. Chacun a pu remplir un gobelet de la terre de ses ancêtres.
Discours, encouragements, musique, une journée exceptionnelle, point d'orgue de la manifestation sur cet événement unique.
Le plus extraordinaire fut la visite du musée consacré à l'histoire des rroms et la prise de Kannauj, il y a mille ans. Une exposition mise sur pied en quelques mois pour l'accueil de cette délégation. Un travail fabuleux a été réalisé avec des statues grandeur nature quasi réelles. Des mois d'acharnement sous le contrôle de la cheville ouvrière, Marcel Courthiade qui est venu plusieurs fois de Paris, auparavant, conseiller le directeur du musée et de me raconter cette anecdote amusante: pour traiter d'un thème en lien avec des étrangers, en Inde, il faut des autorisations sans fin des autorités centrales. Le directeur du musée, Deepak Kumar, a alors rappelé à la direction des musées d'Uttar Pradesh que les Rroms  sont des Indiens, pas des étrangers ce qui lui a permis d'obtenir immédiatement l'autorisation requise au lieu de devoir attendre qui sait des mois pour l'avoir.
En conclusion, les Rroms sont bien des Indiens, la langue rromani est construite de cet héritage sanscrit-hindi, il va de soi qu'en Inde il n'y a pas de Rroms, il n'y a que des Indiens et que pour rien au monde un Rrom souhaiterait redevenir un citoyen indien car il perdrait cette identité qui est devenue la sienne au fil des siècles. Une errance, un exil, une langue habitée par le grand départ; redevenir des citoyens indiens à part entière et quitter la nation sans territoire des Rroms pour une terre les condamneraient à la disparition de cette identité qui leur est propre.

L'Inde restera aussi la terre de refuge car il ne fait aucun doute pour les Rroms que le nazisme n'est pas mort, il se cache sous d'autres formes comme la stérilisation forcée et l'exclusion sociale, l'annihilation de tout ce qui est différent;   il est tapi dans l'ombre et n'attend que le moment opportun pour jaillir dans toute sa violence, dans toute sa barbarie et dans toute sa laideur. La Hongrie, la Pologne, la Tchéquie sont sur la liste des pays nostalgiques des politiques génocidaires. L'Inde, un endroit où se réfugier lorsqu'il faudra fuir une Europe reprise dans la tourmente de ses vieux démons: l'extermination de l'autre à tout prix! 

---------------------------------------------------------------------------------

Cette série de billets du voyage en Inde pour le millénaire Rrom  se termine avec celui-ci.

@Copyright photo et vidéo D.Chraïti 


 



 

 DSC01109.JPG

DSC01112.JPG

DSC01135.JPG

DSC01077.JPG

DSC01108.JPG

DSC01016.JPG

DSC00847.JPG

DSC01083.JPG

DSC01074.JPG

DSC01073.JPG

DSC01071.JPG

DSC01089.JPG

DSC01067.JPG

DSC01059.JPG

DSC01046.JPG

DSC01041.JPG

DSC01028.JPG

DSC01018.JPG

DSC00967.JPG

DSC00953.JPG

DSC00947.JPG

 

DSC01003.JPG

DSC01000.JPG

 

DSC00968.JPG

 

09:56 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

03/12/2018

Le millénaire rrom - retour aux sources

DSC00878.JPGLakhnau -Debout à 4 h du matin, partis à l'aube de New Delhi, nous avons laissé derrière nous, non sans un certain soulagement, cette mégapole plongée dans l'obscurité et la pollution. Nous voilà arrivés à Lakhnau, ville-étape, après un long voyage en bus d'une durée  de sept heures, en route vers Kannauj, lieu de départ de l'exil des rroms en 1008 et qui se trouve, à une heure de là, située au Nord, région autrefois connue pour ses distilleries d'attar , le parfum des sultans obtenu à partir d'huile végétale.
La délégation de représentants rroms a été accueillie avec éclat par les représentants politiques de Lakhnau (Lucknow). Dès l'entrée de la ville, la police escortait dans sa jeep la délégation composée de  trente personnes issues du monde entier et parmi lesquelles le  président de l'Union internationale Romani, Normunds Rudevics, et  à qui a été réservé le traitement fait à un chef d'Etat, sécurité inclue. Mais notre bus soudain à dû les suivre est s'est mis à rouler dangereusement zigzaguant entre tuk-tuk et motos surchargée pétaradant à qui mieux mieux et créant un brouhaha fracassant, klaxons en continu et tout ceci pour  accompagner le groupe descendu du bus, bloquer la circulation et nous faire traverser la route, à pied, pour rejoindre l'endroit où nous devons loger; un véritable gymkhana tandis que chacun traîne sa valise observé par des chiens errants et galeux et des passants curieux formant très rapidement une foule compacte et silencieuse médusée par le spectacle de ces "traversants."
Accueillie dans deux établissements VIP, -standard indien, rat tapi sous le lit- et après s'être rapidement installée, la délégation, s'est ensuite, au pas de charge,  rendue à l'Université de Lakhnau pour y animer une conférence sur les origines indiennes des rroms. Musique, fleurs, rafraîchissements, presse, rien n'a été laissé au hasard. Les Indiens sont étonnés de découvrir "ces frères" si semblables et si différents à la fois, les voir revenir de tous les coins du monde. Les jeunes journalistes timidement s'approchent des membres de l'équipe pour poser des questions, carnet en main et stylo tremblant tandis que les plus aguerris tendent micro et pointent les caméras, l'ampithéâtre est quasi comble.

Demain, c'est le grand jour, départ, à l'aube pour Kannauj, le berceau des Rroms, l'émotion monte d'un cran.

 

@crédit photo D.Chraïti

DSC00879.JPG

DSC00883.JPG

DSC00878.JPG

DSC00869.JPG

DSC00860.JPG

DSC00863.JPG

DSC00847.JPG

DSC00835.JPG

 

 

09:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |