• ONE THOUSAND YEARS AGO EXACTLY TODAY

    Imprimer

    photo1.pngOn the 20th of December 1018 (namely 8 of Shaban 409 – Hegira calendar), Sultan Mahmūd of Ghaznī – ruler of a modest city in today's Afghanistan, arrived in front of the main gate of the city of Kannauj – in today's Uttar Pradesh (India).

     As the British historian Cunningham reports: "The situation is a commanding one and before the use of the canon, the height alone must have made Kannauj a strong and important position". Kannauj had been the capital city of Northern India in the 7th century A.D. and had remain since a major cultural, spiritual, artistic and economical centre, even a bone of contention between the three main dynasties of Indian: the Pala, the Rashtakuta and the Gurjara-Pratihara.

    The sultan was coming to this former imperial city in search of artists and craftspersons, whom he needed to raise his local capital Ghaznī in Zabulistan at the rank of most beautiful city in the world. On the next day he entered the seven fortress of Kannauj, ransacked and looted the whole city – famous for its some 10,000 temples of all sizes, and after a few weeks of battles in surrounded areas, he headed back to Ghaznī with 53,000 prisoners "rich and poor, light and dark [...] most of them noblemen, artists and craftsmen, by entire families", 385 elephants and 16 huge chariots full of jewellery.

     This forcibly displaced captives - especially musicians and temple dancers, but also outstanding artisans, architects and perfumers, will form the core of what will become the core of the Rromani people. As they did not comply with the sultan's demands in terms of arts, they were sold to rich families of Khorasan, where they met the Turks on their way to today's Turkey. After the battle of Dandanaqan (1040), they all continued Eastward to Baghdad and later Northward to the Byzantine lands – where the soldiers could freely loot, since these were not Muslim countries.

     Linguistic evidences indicate that the area of the Rroms' origin was comparatively restricted (the kingdom of Kannauj) and the departure occurred in one go. However other populations (Persian, Turkish etc.) intermingled with the prisoners from Kannauj and inflated their number.

     End of Nov. – Beginning of Dec. 2018: prominent Indian institutions have commemorated the Millennium of this exodus: the ARSP (Indian Council for International Co-operation), supported by the ICCR (Indian Council for Cultural Relations – a branch of the Foreign Office), the National Museum in New Delhi, the National University of Law in New Delhi, the University and the City Hall of Lakhnau and the Government Archaeological Museum of Kannauj – newly opened for this event etc. Several conferences were held, with a total of over 60 presentations (to be printed soon) and two Rromani exhibitions inaugurated. A festival is scheduled for 2019.

     The Foreign Minister of India, the Hon'able Sushma Swaraj, confirmed in a private meeting with European and American Rromani participants her will to acknowledge the Rroms as the very first historical diaspora from India (earlier expatriations from India concerned very small numbers of tradespersons and preachers – not enough to develop into a diaspora).

     

    SOME VIEWS OF THE EVENTS:

    photo1.png

    Some of the participants in front of the National Museum in New Delhi (29 Nov. 2018)

    photo2.png

    Another poster (within the Museum): the president of the International Rromani Union – dr Normunds Rudevičs and the Indian researcher in Rromani studies Zameer Anvar.

    photo3.png

    Opening of the Scientific Conference at the National Museum in New Delhi (29 Nov.2018) in presence of the ambassadors of Austria, Germany, Croatia, Greece, Hungary, Serbia and Romania and many Indian high civil servants (from ICCR, ARSP, Indian Foreign Office etc.). There were 23 contributions – to be published soon.

    photo4.png

    The president of the International Rromani Union, dr Normunds Rudevičs' delivering his presentation on "The significance of the Indo-Rromani link in terms of recognition, dignity and social harmony".

    photo5.png

    Some participants in a coffee break with his Exc. the Ambassador of Austria to India.

    photo7.png

    Invitation to the exhibition "The Millennium of Migration of Rromani People from India" at the National Museum in New Delhi (opening on 30 Nov. 2018).

    photo6.png

    Views from the exhibition "The Millennium of Migration of Rromani People from India" at the National Museum in New Delhi (opening on 30 Nov. 2018).

    photo8.png

    The Hon'ble Sushma Swaraj, Foreign Minister of India and Shri Shyam Parande, General Secretary of the ARSP during the private meeting with the Rromani participants in the Scientific Conference.

    photo9.png

    Seminar at the University of Lakhnau (Uttar Pradesh) – from left to right: dr Marcel Courthiade (IRU Commissionner for Language and Linguistic Rights), Orhan Galjuš (IRU Media Commissionner), dr Normunds Rudevičs (president of the International Rromani Union), Hon'ble dr Virendra Gupta (ARSP president), dr I. P. Singh (rector of the University), Sanyukta Bhatia (mayor of Lakhnau) and Bajram Haliti (vice-president of the WRO).

    photo10.png

    In front of the Government Archaeological Museum of Kannauj

    photo11.png

    Visiting the hall dedicated to Rromani Culture at the Government Archaeological Museum of Kannauj (temporary exhibition to be replaced by a standing gallery) 

    photo12.png

    Traditional welcome to the Rromani delegation to Kannauj – "back home after 1000 years"

    photo13.png

    The importance of Rromani women (from left to right : dr Ana Dalila Gómez – a lawyer from Colombia, Maja Familić – a poet and painter from Serbia and Sonia Styrkacz – a researcher in psychology from Poland)

     

    photo14.png

    Proud of our roots.

    photo15.png

    With the renowned poet and fighter for justice Jeevan Shukla, from Kannauj.

    photo16.png

    The main session of the Conference on linguistic justice at the National University of Law in New Delhi (05 Dec. 2018).

    photo17.png

    View of the assistance (there were three sessions in parallel).

     

    WHAT ABOUT THE INTEREST OF THE RROMS IN ALL THAT?

    1) First of all the affirmation of historical truth about the Rroms' origin – and discarding of all fake assumptions about origins from Egypt, Israel, Sumer, Atlantis and even... European garbage or people without any origin. As the historian Benjamin Stora states "Life in denial always exposes you to dangerous memory returns". Historical lies and omissions have never resulted in sustainable progress. Locking Rroms into a fake identity of "travellers" is by no means a better solution – even though it is very fashionable even today.

    2) A basis to convince mainstream society change their vision of Rroms from potential or actual extraneous bodies (first called Gypsies and renamed *Roma [!!!]) to their recognition as Rromani citizens of the World, with their specific history, heritage and capacities – indeed disregarded and scorned in most historical periods but nonetheless extant and even rich.

    3) The first benefit should be the recognition of the Rroms as an entity, allowing to combat the new (soft) methods of elimination: namely conceptual elimination – based on the assumption that this people does not exist at all (except when it is a target of slanders and accusations) and therefore that any manifestation arising from the Rroms is void and non existing, deserving no reply or response.

    What was the "figure of the Gypsy" so far (irrespectively of the label in use) ?

    • poor, dirty and ragged, with dark complexion, lazy and idle, vagrant and beggar, liar, deceiver and thief (even children's thief), cheater, ignorant and careless, parasitic and greedy (today profiteer of social benefits), quarrelsome and violent, even dangerous, fierce and resistant to any form of integration, backward, irresponsible, opportunistic, disbeliever, homeless and without stable religion, of course without morals,
    • but beautiful and seductive, indeed mischievous but resourceful, paramount musician and no less good dancer, generous in his hospitality, holder of fantastic occult knowledge and particularly skilled for the adventure, loving freedom and wide spaces, always merry – in a word an accomplished marginal, almost an extraterrestrial...
    • and also today – after the fashion of bigotery a passive victim, scapegoat, excluded, persecuted, ill-treated, harassed, marginalized and nothing else – not a citizen, not a partner, not a fellow-national.

    Unfortunately, human-rights bigots have been satisfied with the simple change of the label from "Gypsy" to "Roma", with hardly any modification of the stigma behind the words.

     

    However, thanks to the affirmation of a thousand year long history of excellent integration of the Rroms into various society (except obviously when rejected, excluded, chased, literally hunted as wild beasts, hung, burnt, gassed and slaughtered), the Rromani people should now finally access again the dignified place, they should never have lost and be recognized as one of the constitutive nations of Europe – as proclaimed in Prague in July 2000 at the Rromani World Congress, a nation with no compact territory developed from the very first historical diaspora from India.

     

    MORE PRAGMATICALLY:

    • The Rromani people’s benefit

    Recognition of a real cradle of origin and therefore acquisition of dignity and a “speaking up voice” – ceasing to be orphans or Lilith's step-sons...

    Access to high level training in various fields (science, medicine, media, arts etc.).

    Access to fiscal and customs facilities for business and investments.

    Access to high level technologies of communication and applied psychological knowledge.

    Support of a powerful state, with skilled lawyers and Human Rights fighters, to combat discrimination of all kind.

    Mainly motivation for commitments by the youth – liberation from pure materialism

    • The benefit for India

    Promotion of Indian cultural, spiritual and industrial wealth all over the world among social classes with poor access to it.

    Integration into Indian culture of Rromani musical and artistic heritage and all the forgotten page of Indian history – the Rromani page.

    Use of Rromani networks for business (import export, agriculture etc.).

    Combat against worldwide rampant deceptive clichés underrating the Indian heritage.

    • Common benefit

    Diffusion and implementation of a more human approach of economics.

    Subjects for Bollywood productions.

    Promotion of the Rromani spirit of peace beyond religious boarders (modern version).

     

     Dr Marcel COURTHIADE

    @copyright crédit photos D.Chraïti

    Lien permanent 0 commentaire
  • L’exode des Rroms de l’Inde a 1000 ans

    Imprimer

    exode.jpgL’hiver 2018-2019 marquera l’histoire des Rroms – appelés tour à tour Gitans, Sinti, Romanichels, Tsiganes ou Zigeuner, Bohémiens, Manouches… On avait cru ce peuple sans territoire venu de nulle part, et on lui a attribué des dizaines d’origines: Égypte, Sumer, Bohème, Caucase ou même Atlantide… On l’a aussi imaginé errant depuis la nuit des temps, sans histoire, sans racines, sans but ni lendemain.

     La nation sans territoire des Rroms se formera peu à peu, d’Asie-Mineure au Nouveau Monde

    Ces clichés tombent peu à peu, depuis la découverte récente du Kitâb-I -Yamini,  une chronique rédigée par le secrétaire du sultan Mahmoud de Ghazni (dans l’actuel Afghanistan) et relatant l’expédition de l’automne 1018 de ce dernier dans le cœur de l’Inde du nord: c’est le 20 décembre que le Ghaznévide arrive devant l’immense portail de l’ancienne capitale impériale – Kannauj. Le lendemain commence le pillage et en février 1019 un long cortège d’artistes et d’artisans du cru, 53 000 personnes en tout, est conduit à Ghazni pour servir les ambitions de faste du sultan, lequel songeait grâce à leurs talents élever sa ville de Ghazni au rang de plus belle ville au monde. Ces captifs – surtout musiciens et danseurs sacrés ou bayadères, mais aussi artisans hors pair, architectes et parfumeurs, formeront le noyau de ce qui deviendra le peuple rrom.

    La nation sans territoire des Rroms se formera peu à peu, d’Asie-Mineure au Nouveau Monde. Leur langue, la rromani ?hib, dérive du sanscrit et elle reste vivante partout dans le monde, tandis que leur tribunal coutumier, la Kris, fondé sur le principe de la médiation, reste d’actualité. Cette nation sans territoire a su préserver une identité propre durant mille ans – souvent méconnue derrière l’écran séculaire des clichés et calomnies.

    Une délégation conduite par le linguiste rrom Dr Marcel Courthiade s’est rendue en Inde, du 28 novembre au 5 décembre 2018, pour commémorer cet événement. Reçue à bras ouverts par la ministre des Affaires étrangères Sushma Swaraj, la trentaine d’intellectuels rroms venus du monde entier a animé une série de conférences à New Delhi, Lakhnau et enfin à Kannauj, leur ville berceau. Tous sont repartis avec la promesse d’être reconnus comme la première diaspora indienne, donc un statut spécial facilitant les contacts avec l’Inde: commerce et bourses d’études pour les jeunes, notamment dans les nouvelles technologies – où l’Inde est pionnière.

    Pas question cependant de redevenir indiens car ceci conduirait à la disparition de ce peuple européen qu’ils sont devenus au fil des siècles. Rappelons qu’il n’y a pas de Rroms en Inde mais seulement des Indiens. C’est l’arrachement à cette Inde, puis l’exil et ses mille contacts, qui ont créé ce peuple que nous connaissons, un peuple pétri par le voyage et le temps, brassé par les tourmentes historiques. L’officialisation des racines ancestrales permet dorénavant non seulement l’intégration dans l’histoire mondiale au lieu de subir le cliché de vagabonds écornifleurs et inquiétants, mais aussi d’envisager le soutien et la protection par cette Mother India contre les vieux démons européens de l’exclusion, bien vivants derrière les sourires de façade.

    Te oven baxtale!

     

    Billet écrit avec la précieuse contribution du Dr Marcel Courthiade

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Le mot « Rrom »  vient du rromani, c’est-à-dire la langue du peuple rrom.  L'usage du double rr pour indiquer le son spécifique remonte au dictionnaire hongrois-rromani de Ferenc Sztojka en 1890 - un Rrom de Paks en Hongrie, et il se trouve - par hasard, à l'initiale du nom du peuple rrom. En fait le r simple du rromani provient en droite ligne d'un r simple du sanskrit, tandis que le rr spécifique provient de consonnes propres aux langues indiennes, prononcées avec la pointe de la langue recourbée en arrière vers le palais (un peu comme le "t" dans la prononciation américaine de "water").Rrom signifie « homme » en langue rromani. Ainsi écrit, il permet de surcroît de bien distinguer les Rroms des Roumains et surtout d’éloigner au mieux le mot « tsigane » à forte connotation raciste qui désigne surtout en Roumanie, les descendants d’esclaves. Le  nom Rrom vient du sanskrit tardif Rromba "percussioniste, musicien, acteur ou danseur des temples.  (définition par le linguiste enseignant à INALCO, Dr. M.Courthiade)

    Lien permanent 2 commentaires
  • Le millénaire rrom - Kannauj, berceau originel et terre d'accueil

    Imprimer

    DSC01016.JPGQue dire de cette arrivée à Kannauj, de l'émotion, des larmes versées, un chant puissant de "Gelem,Gelem", le chant national rrom, en choeur s'est élevé dans le bus. Une délégation qui vivait un moment historique de ce millénaire et se souvenir qu'il y a 1000 ans leurs ancêtres partaient par milliers réduits à l'esclavage vers Ghazni en Afghanistan emmenés par les troupes du Sultan de Ghazni, Mahmoud, les contraignant à l'errance et à l'exil. Le 20 décembre 1008, une date fatidique.

    La ville de Kannauj a offert un accueil qui dépassait tout attente. D'abord un passage au temple hindouiste, où chacun a pu participer à cet instant empreint de spiritualité, au son des cloches assourdissantes. Les habitants sortis dans la rue ou accoudés à leur balcon à regarder passer ce cortège, furent émus par ces retrouvailles avec leurs frères et qui va sans doute ce qu'ils ignorent encore transformer, leur ville en lieu de passage obligé pour tout rrom qui remonterait à ses lointaines racines.
    Puis réception à l'hôtel, boissons, ensuite visite de la fabrique de parfums, une tradition aussi millénaire et rappeler que " les rroms sont les parfums du monde", une belle métaphore. Chacun a pu remplir un gobelet de la terre de ses ancêtres.
    Discours, encouragements, musique, une journée exceptionnelle, point d'orgue de la manifestation sur cet événement unique.
    Le plus extraordinaire fut la visite du musée consacré à l'histoire des rroms et la prise de Kannauj, il y a mille ans. Une exposition mise sur pied en quelques mois pour l'accueil de cette délégation. Un travail fabuleux a été réalisé avec des statues grandeur nature quasi réelles. Des mois d'acharnement sous le contrôle de la cheville ouvrière, Marcel Courthiade qui est venu plusieurs fois de Paris, auparavant, conseiller le directeur du musée et de me raconter cette anecdote amusante: pour traiter d'un thème en lien avec des étrangers, en Inde, il faut des autorisations sans fin des autorités centrales. Le directeur du musée, Deepak Kumar, a alors rappelé à la direction des musées d'Uttar Pradesh que les Rroms  sont des Indiens, pas des étrangers ce qui lui a permis d'obtenir immédiatement l'autorisation requise au lieu de devoir attendre qui sait des mois pour l'avoir.
    En conclusion, les Rroms sont bien des Indiens, la langue rromani est construite de cet héritage sanscrit-hindi, il va de soi qu'en Inde il n'y a pas de Rroms, il n'y a que des Indiens et que pour rien au monde un Rrom souhaiterait redevenir un citoyen indien car il perdrait cette identité qui est devenue la sienne au fil des siècles. Une errance, un exil, une langue habitée par le grand départ; redevenir des citoyens indiens à part entière et quitter la nation sans territoire des Rroms pour une terre les condamneraient à la disparition de cette identité qui leur est propre.

    L'Inde restera aussi la terre de refuge car il ne fait aucun doute pour les Rroms que le nazisme n'est pas mort, il se cache sous d'autres formes comme la stérilisation forcée et l'exclusion sociale, l'annihilation de tout ce qui est différent;   il est tapi dans l'ombre et n'attend que le moment opportun pour jaillir dans toute sa violence, dans toute sa barbarie et dans toute sa laideur. La Hongrie, la Pologne, la Tchéquie sont sur la liste des pays nostalgiques des politiques génocidaires. L'Inde, un endroit où se réfugier lorsqu'il faudra fuir une Europe reprise dans la tourmente de ses vieux démons: l'extermination de l'autre à tout prix! 

    ---------------------------------------------------------------------------------

    Cette série de billets du voyage en Inde pour le millénaire Rrom  se termine avec celui-ci.

    @Copyright photo et vidéo D.Chraïti 


     



     

     DSC01109.JPG

    DSC01112.JPG

    DSC01135.JPG

    DSC01077.JPG

    DSC01108.JPG

    DSC01016.JPG

    DSC00847.JPG

    DSC01083.JPG

    DSC01074.JPG

    DSC01073.JPG

    DSC01071.JPG

    DSC01089.JPG

    DSC01067.JPG

    DSC01024.JPG

    DSC01059.JPG

    DSC01046.JPG

    DSC01041.JPG

    DSC01028.JPG

    DSC01018.JPG

    DSC00967.JPG

    DSC00953.JPG

    DSC00947.JPG

     

    DSC01003.JPG

    DSC01000.JPG

     

    DSC00968.JPG

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le millénaire rrom - retour aux sources

    Imprimer

    DSC00878.JPGLakhnau -Debout à 4 h du matin, partis à l'aube de New Delhi, nous avons laissé derrière nous, non sans un certain soulagement, cette mégapole plongée dans l'obscurité et la pollution. Nous voilà arrivés à Lakhnau, ville-étape, après un long voyage en bus d'une durée  de sept heures, en route vers Kannauj, lieu de départ de l'exil des rroms en 1008 et qui se trouve, à une heure de là, située au Nord, région autrefois connue pour ses distilleries d'attar , le parfum des sultans obtenu à partir d'huile végétale.
    La délégation de représentants rroms a été accueillie avec éclat par les représentants politiques de Lakhnau (Lucknow). Dès l'entrée de la ville, la police escortait dans sa jeep la délégation composée de  trente personnes issues du monde entier et parmi lesquelles le  président de l'Union internationale Romani, Normunds Rudevics, et  à qui a été réservé le traitement fait à un chef d'Etat, sécurité inclue. Mais notre bus soudain à dû les suivre est s'est mis à rouler dangereusement zigzaguant entre tuk-tuk et motos surchargée pétaradant à qui mieux mieux et créant un brouhaha fracassant, klaxons en continu et tout ceci pour  accompagner le groupe descendu du bus, bloquer la circulation et nous faire traverser la route, à pied, pour rejoindre l'endroit où nous devons loger; un véritable gymkhana tandis que chacun traîne sa valise observé par des chiens errants et galeux et des passants curieux formant très rapidement une foule compacte et silencieuse médusée par le spectacle de ces "traversants."
    Accueillie dans deux établissements VIP, -standard indien, rat tapi sous le lit- et après s'être rapidement installée, la délégation, s'est ensuite, au pas de charge,  rendue à l'Université de Lakhnau pour y animer une conférence sur les origines indiennes des rroms. Musique, fleurs, rafraîchissements, presse, rien n'a été laissé au hasard. Les Indiens sont étonnés de découvrir "ces frères" si semblables et si différents à la fois, les voir revenir de tous les coins du monde. Les jeunes journalistes timidement s'approchent des membres de l'équipe pour poser des questions, carnet en main et stylo tremblant tandis que les plus aguerris tendent micro et pointent les caméras, l'ampithéâtre est quasi comble.

    Demain, c'est le grand jour, départ, à l'aube pour Kannauj, le berceau des Rroms, l'émotion monte d'un cran.

     

    @crédit photo D.Chraïti

    DSC00879.JPG

    DSC00883.JPG

    DSC00870.JPG

    DSC00878.JPG

    DSC00869.JPG

    DSC00860.JPG

    DSC00863.JPG

    DSC00847.JPG

    DSC00835.JPG

     

     

    Lien permanent 0 commentaire