21/10/2018

Le millénaire rrom- BARO TELǍRIPEN ou Le grand départ

1.jpgBARO TELǍRIPEN signifie en rromani, le grand départ, l'événement fondateur qui en l'occurrence est l'exil, voire le grand départ de l'Inde en 1008, soit un millénaire, aujourd'hui.  Pour commémorer ce tournant historique, une délégation de plusieurs personnalités et chercheurs rrom animera  une série de conférences, à New-Delhi ,   Lakhnau et  dans la ville même d'où l'exode s'est réalisé, à Kannauj, ville de l'Uttar Pradesh, située au Nord de l'Inde, sur les bord du Gange et d'où sont originaires les Rroms. Un moment intense d'émotion, pour se   rappeler ensemble,   ces ancêtres emmenés en esclavage,  en décembre de cette année fatidique.

incursic3b3n-en-kannauj.jpgDécembre 1008 -  Le Sultan Mahmud de Ghazni surnommé Yamin Al-Dawla (la main droite de l'empire),  - Gazni, aujourd'hui en Afghanistan-  est  parmi les premiers conquérants de l'Hindustan et qui enverra ses troupes capturer la population entière de Kannauj,  alors considérée déjà comme un joyau où artistes et artisans y déploient leur art. 53'000 personnes seront déportées et réduites à l'esclavage. Contrairement à ses habitudes, le Sultan décide de les épargner pour reconstruire Ghazni et la hisser au rang de la plus belle ville du monde. Et pour cela, il a besoin de laisser vivants, artistes et  artisans, plus tard Gengis Khan en fera de même aussi avec les philosophes et tous les talents identifiés et qui échapperont aux massacres. 

C'est le Kitab Al-Yamini (كتاب اليميني) écrit par Muhammad ibn 'Abd al–Jabbar 'Utbi et rédigé en arabe en 1021, le chroniqueur et secrétaire personnel du Sultan Mahmud de Ghazni qui nous décrit ce raid dans le menu détail. Il aura fallu des siècles aux Rroms pour revenir à ces sources premières qui rappellent qu'ils ont une histoire et que  ce ne sont pas des Egyptiens/Gypsies mais des Indiens,  à l'origine.  Au fur et à mesure des siècles, on perçoit les tâtonnements, c'est la langue rromani entre autres qui ramènera les Rroms à la source du Gange, si proche du sanscrit. 

 A la fin du mois de novembre, c'est une délégation d'hommes et de femmes rrom sous  la houlette de Marcel Courthiade, professeur à l'Inalco (Institut national des langues et civilisations orientales, Paris) qui se rendra à Kannauj pour restituer  ce contexte historique et planter définitivement dans une histoire renseignée l'Histoire de ce peuple à qui l'on a voulu faire croire qu'il appartenait depuis la nuit des temps, à  un groupe honni de simples "voyageurs- errants" sans racines. Un voyage historique et qui fait dire,  empli d'émotion, à un  poète de Kannauj qui a combattu le système des  "castes"  Dr. Jeewan Shuklā : "Your arrival to the city of your forefathers has filled me with emotion as if my lost blood had reached to my doors tracing the footsteps of your ancestors.”

 

 

 "Kitab Al-Yamini" traduit en Anglais  du Perse par James Reynolds -MDCCCLVIII (1858)

https://www.wdl.org/ar/item/17782

 

Sources : Marcel Courthiade - Back to Kannauj

Sarah Carmona- Nuevas perspectivas sobre historia Rroma

 

 

12:31 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |