25/08/2010

SARKON ET BERLUSKON I NUOVI MOSTRI -DEUX CERVEAUX REPTILIENS

berlusconi.jpgsarkozi[1].jpg - Silvio, comment va, mon vieux ! Ici, ça pourrait aller mieux, tu sais ce que c'est la rentrée en France.  Ils m'attendent tous au tournant. Les rentes, le chômage, les restrictions budgétaires. Les Rroms, voilà pas que l'Eglise s'y met, elle aussi.  Je repars direct au Cap Nègre en vacances.   En plus mon docteur a demandé un scanner de mon crâne, ils ont identifié une anomalie.

- Managgia ! Et ils ont trouvé quoi,  mon p'tit Nico ?

- Tu devineras pas Silvio, c'est surprenant ! mon docteur dit que j'ai le cerveau reptilien surdéveloppé alors qu'il devrait être plutôt réduit et qu'il écrase le né-cortex et le limbique.

- Poverino ! Et ça fait quoi au juste d'avoir un gros cerveau reptilien qui mange toute la place dans la tête  ?

- Ben le médecin, il me dit que c'est un cerveau primitif, archaïque et primaire qui aurait environ 400 millions d'années. Il remonterait à l'époque des poissons. Que c'est un cerveau rigide et compulsif, il n'aime ni la nouveauté, ni le changement.

- Alors mieux vaut être un requin qu'un poisson rouge, t'es pas d'accord,  mon p'tit Sarko ? Est-ce que tu souffres ?

- Pas du tout, mais la Faculté précise qu'on ne souffre pas personnellement  mais qu'on est toujours sur la défensive, la protection du territoire et de l'espèce et que ce cerveau reptilien mal vécu serait à l'origine des pogroms et des génocides, de la xénophobie et de la haine raciale. Ce sont des cases vides qu'on remplit avec nos peurs ancestrales et primaires.

- Oh  Dio mio ! Le diagnostic est sérieux.   Heureusement que ça ne te touche pas personnellement, fratello mio, si toi tu te sens bien, c'est le principal !  En y réfléchissant bien, je me demande si moi aussi, je n'aurais pas un cerveau reptilien surdéveloppé, c'est aussi le cerveau des oiseaux, n'est-ce pas ?

- Des oiseaux et des serpents, Silvio !

- Parfois, je me sens comme un petit moineau, tout m'effraie et je finis par ramper comme un serpent devant la Lega :  les Noirs, les jaunes, les Roumains, ma femme, du moins mon ex.....  , tout m'effraie. C'est fou, c'est pour cela qu'on s'est tout de suite entendus, toi et moi,  nous sommes sur la même longueur d'ondes de nos cerveaux reptiliens.  Tu vois, je n'ai même pas besoin d'un scanner, je le sens vraiment là, présent qui prend toute la place :  Piou ! Piou ! Piou !

 

 

 

18:20 | Tags : sarkozy, berlusconi | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ce qui me choque dans les divers reportages sur le renvoi de Roms, c'est que l'on voit des personnes dans leur village d'origine vivant dans des baraques faites de bric et de brac en se plaignant que l'Etat ne s'occupe pas d'eux... Mais les hommes du village au lieu de gémir pourraient retrousser leurs manches et construire de vraies maisons, cultiver leur jardins potagers et récolter, nettoyer et brûler leurs ordures... au lieu de cela, ils préfèrent se faire assister, faire des enfants que les familles de chaque clan revendront aux maffias pour commettre des larçins en Europe (les mineurs souvent très jeunes ne sont pas poursuivis). Bref, les Roms d'Europe de l'Est (Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Tchéquie, Kosovo...) trempent dans des affaires de prostitution, d'encouragement à la mendicité, dans des vols aux bancomats et cambriolages dans les habitations,...). Pourquoi l'UE donne des millions d'euros chaque année pour l'alphabétisation et l'éducation des Roms dans les pays cités plus haut et ne demande pas de compte et surtout des résultats.Où va l'argent ? Dans les caisses des Etats qui se permettent de critiquer les autres Etats européens ? Tant que les aides sociales seront de 1€/jour dans ces pays au lieu des 3-4€/jour dans les pays d'Europe de l'Ouest alors le va-et-vient des Roms ne s'arrêtera pas.
Récemment, un ministre du gouvernement tchèque préconisait de mettre les enfants Roms (les médias et les défenseurs des droits humains ont crié au loup) sous tutelle dans des pensionnats avec une éducation autre que la leur et une possibilité de scolarisation pour éviter l'enrôlement des jeunes dans des bandes organisées, je pense qu'il faudra peut-être en passer par là pour couper "le carburant" de ces familles qui pensent à leurs enfants comme de la matière première. Il faut tarir la source...

Écrit par : La pieuvre | 26/08/2010

Les commentaires sont fermés.