06/07/2010

Les Roms, citoyens européens sans droits ?

affiche_roms.jpg

Le CODAP vous invite à un Café des Libertés, sur les droits des Roms à la Barje (bar-terrasse des Lavandières)* le 8 juillet à 17h.


Les Roms qui mendient à Genève sont victimes de préjugés et de stéréotypes. Nombreux sont ceux qui les voient comme des voleurs, des délinquants, alors que la réalité sociale et culturelle de cette communauté stigmatisée est souvent méconnue.

Présents dans presque tous les pays membres de l'UE, la plupart des Roms en sont citoyens. Toutefois, ils ne sont pas reconnus dans leur pays d'origine et sont victimes de nombreuses discriminations dans l'accès au travail, au logement, ou à l'éducation.

Dans ce contexte ! actuel, ce débat a pour objectif de faire le point sur la situation des Roms à Genève, autour des questions suivantes:

Quelle place pour les Roms à Genève?
Comment les accueillir dans le respect des droits fondamentaux?


en présence des intervenants suivants:


Sofie Lauer, association Mesemrom
Eric Roset, photographe indépendant
Luis Sartorio, Service Social Ville de Genève, coordinateur de l'abri PC des Vollandes
Serge Châtelain, Maréchal de la gendarmerie genevoise


Après le débat, nous vous invitons à découvrir les photos d'Eric Roset et écouter des musiciens Roms de Genève

*En cas de pluie, le débat aura lieu au Café Gavroche, Boulevard James-Fazy 4.

10:32 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ils ont les mêmes droits que n'importe quels autres citoyens de l'UE:

- Voyager en tant que touriste dans l'espace Schengen.
- S'établir en liaison avec un contrat de travail.

Il n'y a aucune autre place pour eux a Genève. S'accaparer la voie publique pour y pratiquer leur illégal business de la mendicité n'est pas un droit fondamental. Squatter des immeubles en démolition ou établir des bidonville dans les bois (en laissant le tout dans un état absolument révoltant), c'est contraire au droit.

Écrit par : Eastwood | 06/07/2010

Celui qui a été victime de gitans français n'oublie jamais.
Si je retrouve celui qui a frappé et volé mon grand oncle je lui fais la peau à lui et à sa famille.

Quant aux Roms ou gitans balkaniques c'est du même tabac. Nouvel arrivage en Suisse de souteneurs en provenance de Roumanie pour qui la Suisse est un terrain de chasse béni des dieux grâce aux naïfs qui prennent leur défense.

Écrit par : Hypolithe | 07/07/2010

Montrez-nous la réalité sociale et culturelle de cette communauté stigmatisée et peut-être on changera d'avis. D'ici là je pense que l'image qu'on s'en fait n'est pas fausse. A méditer.

Écrit par : Davide | 07/07/2010

C'est marrant, on ne parle jamais que des DROITS, mais jamais des DEVOIRS. Or sans les devoirs, on n'a pas de droits non plus.

Jusqu'à preuve du contraire, les Roms ne font rien, ne contribuent en rien, n'assument aucune obligation. Et par dessus le marché, mendient, escroquent (bonneteau), voire volent, parfois avec violence.

Admettons que leur situation dans leur pays soit pénible - cela n'excuse pourtant pas l'apparente passivité extrême de cette population. Quant on pense à ce qu'on pu réaliser des peuples en exil, voire régulièrement persécutés, comme les Juifs! Ou même tout simplement, disons les émigrants Irlandais aux Etats-Unis, poussés par la famine.

Les Roms, eux, les générations passent, et ils semblent se complaire à ne savoir ni lire, ni écrire, ni correctement parler aucune langue pas même la leur, ni travailler, ni jouer correctement de la musique, ni rien. Il est clair qu'à se complaire dans l'ignorance de tout, et dans la paresse absolue, il n'est guère possible d'espérer le moindre progrès.

Écrit par : antoineb | 09/07/2010

Les commentaires sont fermés.