22/06/2010

Rroms et Sintis- Comment l'Italie fabrique ses sans-abris

L'Italie a été accusée de cibler de façon disproportionnée les Roms et les Sintis "les menant à l'état de sans-abri", lundi lors d'une audition publique au Conseil de l'Europe.

Devant le Comité européen des Droits sociaux (DECS), le Center on Housing Rights and Evictions (COHRE) a dénoncé des mesures récentes de sécurité, dite d'urgence, et les discours xénophobes dans la péninsule.

"Cela a abouti, affirme cette organisation de défense, à des expulsions et des campagnes illégales ciblant de façon disproportionnée les Roms et les Sintis, les menant à l'état de sans-abri".

La réclamation du Centre pour le droit au logement et contre les évictions, déposée en mai 2009, dénonce des violations du droit au logement, à la famille et à la protection sociale et juridique, en infraction de la Charte sociale européenne. Elle souligne aussi un manquement à l'article 30 de la Charte (protection contre la pauvreté et l'exclusion sociale).

Dans la capitale italienne, les Roms ont été régulièrement expulsés de leur domicile et ont dû reconstruire des camps illégaux, observe l'organisation.

Le gouvernement italien, qui s'est défendu d'être raciste, a évoqué "les ressources déployées et les nombreuses mesures concrètes prises par les autorités pour garantir les droits inhérents à la Charte". Le Comité européen des droits sociaux fera connaître sa décision au plus tard en septembre. (belga)

21/06/10 20h50

ME SEM ROM - UN FILM QUI VAUT PLUS QUE DES MOTS

Me sem rom", l'ultimo anno del Casilino 900

Un documentario sullo smantellamento

Lo scorso febbraio il Casilino 900, il campo rom più grande d'Europa, è stato smantellato. E' uno dei progetti  del "Piano Nomadi" messo a punto dal sindaco Gianni Alemanno e dal prefetto Giuseppe Pecoraro. Ora un documentario intitolato "Me sem rom" ripercorre le tappe dello smantellamento dando voce alle perplessità e alle speranze dei residenti del campo, poi trasferiti in altri campi con container più puliti e dignitosi. Ma la soluzione è soltanto apparente, visto che ancora una volta ai rom viene negato un alloggio vero e proprio.
Il filmato è stato girato da tre giovani registi Ermelinda Coccia, Davide Falcioni, Andrea Cottini.


http://www.youtube.com/v/1lOJHI9jH1w&hl=fr_FR&fs=1&">

06:58 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

16/06/2010

ANA DALILA GOMEZ BAOS - LE JET D'EAU A L'HEURE RROM

_DSC3036.jpgActuellement à Genève pour suivre un cours sur les Droits de l’Homme aux Nations Unies, Ana Dalila Gomez Baos est la première femme rrom universitaire de Colombie, ingénieure industrielle spécialisée en gestion. Coordinatrice générale de l’association PROROM (Proceso Organizativo del Pueblo Rrom de Colombia) pour la Colombie, organisation qui a des antennes dans de nombreux pays et qui défendent les mêmes principes : égalité dans le travail, accès au logement et à l’éducation, reconnaissance de la culture Rroma, de sa langue et de ses traditions.

 

 

Un grand merci au photographe Eric Roset pour cette photo http://www.eric-roset.ch

07:39 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

08/06/2010

LA CROIX-ROUGE, PAS SI BLANCHE QUE ÇA !

 

croix_rouge_286x284.jpgLa Croix Rouge collecte et récolte

 


Le texte distribué à Paris lors de la collecte organisée par la Croix Rouge sous forme de tract


En Europe la Croix Rouge participe aux charters organisés par l'agence européenne de contrôle aux frontières Frontex. Ces charters ont permis de déporter 1622 personnes en 2009 et il est prévu qu'ils en déportent le double en 2010. La Croix Rouge est présente sur ces vols en tant qu'observateur neutre. Grâce à elle les États européens peuvent dire qu'ils expulsent dignement et avec humanité. Les remarques éventuelles qui pourraient être faites par leur observateur ne peuvent être rendues publiques.

Ainsi, au Luxembourg, où elle participe aux charters d'expulsion. Dans un communiqué de presse publié en 2007, la Croix Rouge reconnaît que «Malgré l'absence d'une convention cadre officielle, la Croix Rouge a accompagné, depuis le mois d'aout 2007, 6 retours forcés vers Pristina, Sarajevo, Skopje, Lagos, Conakry et Abuja, comprenant des adultes célibataires et des familles avec leurs enfants. La Croix Rouge assume son rôle avec la plus grande discrétion et confidentialité sur les expulsions et les conditions rencontrées. Elle rédige par ailleurs après chaque mission un rapport confidentiel à l'intention des autorités compétentes.»

En France la Croix Rouge participe avec la même discrétion à tous les charters d'expulsion mais il n'y a pas que dans les avions qu'elle est aux côtés des flics. En effet, dans toutes les évacuations de campements Roms ou de certains gros squatts elle est présente avec les forces de l'ordre. Son sigle est utilisé comme caution humanitaire et ses véhicules transportent les expulsés pour les éloigner des lieux d'où on les a chassés ou pour les emmener au commissariat. La Croix Rouge est également rémunérée pour travailler dans la zone d'attente de Roissy, une prison où sont enfermés hommes, femmes et enfants à qui l'accès au territoire français est refusé. Aucun témoignage ne peut en sortir, cela fait partie du contrat. Si un employé se risquait à déroger à cette règle il serait poursuivi en justice par la Croix Rouge elle-même, comme Anne de Loisy pour la publication de son livre Bienvenue en France.

En Italie, la Croix Rouge assure la gestion de plusieurs centres d'identification et d'expulsion, c'est-à-dire des prisons où les personnes sans papiers peuvent être enfermées pendant 6 mois en attendant d'être reconnues pour être expulsées. Elle participe également au fichage ethnique des Roms ordonné par le gouvernement italien en allant dans les campements pour relever les empreintes de leurs habitants,

Au Danemark la Croix Rouge gère 7 des 9 centres de rétention présents sur le territoire.

En Espagne, elle accueille les réfugiés qui débarquent pour leur donner à boire puis les livrer aux flics. Elle collabore aux centres d'internement pour étrangers dont celui ouvert par le gouvernement espagnol en Mauritanie pour enfermer les candidats à l'immigration directement sur leur lieu de départ et qui, en référence aux conditions de vie infligées aux prisonniers, est surnommé Guantanamito (le petit Guantanamo).

Toutes ces activités, la Croix Rouge les cautionne. La Croix Rouge revendique les exercer dans la plus parfaite neutralité et en toute impartialité. La neutralité et l'impartialité, cela signifie que même si elle constate des «dysfonctionnements» lors d'une de ces missions d'enfermement ou d'accompagnement d'un charter de déportation, la Croix Rouge n'en fera pas part au public. Au mieux, elle rédigera un rapport aux autorités. En contre-partie de ses missions d'assistance de la police dans les centres de rétention ou les avions, comme tout collaborateur, la Croix Rouge est rémunérée. En plus de cette rémunération, elle se voit aussi distribuer des dons, la plupart de ses dons étant attribués par les gouvernements et la commission européenne. Rappelons-nous le poids de la neutralité de la Croix Rouge durant la 2e Guerre mondiale. L'organisme de charité pouvait exercer un droit de visite dans les camps de concentration. On sait aujourd'hui ce qui s'y est passé : on peut donc s'interroger sur le rôle et l'utilité réelle de la Croix Rouge.

Pour un monde sans frontières
Liberté de circulation et d'installation pour toutes et tous

 

La Croix Rouge
Quand vous entendez parler de la Croix Rouge, sans doute pensez vous à un organisme de charité qui aiderait les plus démunis partout dans le monde. En réalité la Croix Rouge est surtout une société qui prospère sur le dos de la misère humaine et aide les gouvernements quels qu'ils soient à trier, enfermer, déporter toutes celles et ceux qu'ils ont décrétés indésirables.

 

Indymedia Paris, 7 juin 2010.

 

source :

http://juralibertaire.over-blog.com/article-la-croix-roug...

 

13:02 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |