21/01/2010

Le kidnapping officiel des enfants rroms

photo-1340105-L.jpgLa Suisse n'a rien retenu des leçons de l'histoire. Souvenez-vous, de 1926 à 1973, la fondation Pro Juventute et sa scandaleuse  oeuvre d'entraide "Les enfants de la grand-route", dont le but était de lutter contre le "vagabondage" en séparant les enfants jenisch de leurs parents.   600 enfants ont été ainsi placés chez des parents nourriciers, dans des homes pour enfants, des orphelinats, des cliniques psychiatriques et des maisons d'éducation. Cette oeuvre d'entraide a bénéficié du soutien des autorités cantonales, mais aussi de la Confédération. Face aux dégâts psychiques, aux souffrances infligées aux familles, dès 1985, des efforts ont été entrepris pour réparer le tort causé aux personnes concernées et des excuses à la pêle.

 En 2010, on s'assied et avec un magnifique mépris sur ce chapitre peu glorieux de l'histoire suisse, et on occulte en  tournant  la page. Oublier  et recommencer tout comme avant.  En décrétant des mesures tout aussi aberrantes qui démontrent le refus absolu de voir des gens vivre autrement.  Des mesures qui ne mèneront à rien, si ce n'est alourdir déjà la facture de l'assistanat alors que de nombreux  Suisses n'y ont même pas accès. Derrière, cette volonté, c'est surtout vouloir  stigmatiser les pauvres qui mendient en les menaçant d'enlever leurs enfants.   Sous prétexte d'aider, on  véhicule et on applique des clichés avec les mêmes motivations qu'autrefois, une motivation pas  sociale pour deux sous mais plutôt eugénique. Quelle protection des enfants ? On a vu des enfants emprisonnés l'été passé, des campements détruits par la police, des enfants réveillés à l'aube dans leur bunker et arrachés à leurs parents.

Derrière les arguments bienfaisants, c'est toute la politique du compassionnel  caritatif détestable qui engendrera bien des maux à long terme. Ne menons pas une politique qui nous forcera juste à devoir présenter nos excuses  encore une fois face à notre incurie.  La solution doit être pensée et appliquée au niveau européen et avec les pays concernés et dont son originaires les rroms.

La prochaine étape ? La stérilisation des femmes rroms  peut-être. Il n'y a qu'un pas !

 

15:05 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (26) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci pour ce billet! a donne un peu d'air dans cette atmosphère étouffante...

Écrit par : Diane Gilliard | 21/01/2010

Donnons-leurs la chance d'étudier!
Vous proposez quoi, mis à part la liberté de mendier?

Écrit par : Riro | 21/01/2010

L'enfer est pavé de bonnes intentions !

Écrit par : duda | 21/01/2010

Tiens c'est marrant, quand les mesures vont dans un sens qui ne vous plait pas, ou qu'elles mettent en peril l'industrie de la mendicité organisée en menaçant de leurs retirer leurs outils de travail (les enfants), voilà que soudain ce n'est plus a la Suisse de s'en occuper mais il faut se retourner vers les pays d'origine avec une solution au niveau européen.
.
Mais au fond je n'en demande pas plus, qu'on règle ça avec leurs pays d'origine et qu'ils ne viennent pas mendier là ou c'est illégale.

Écrit par : Eastwood | 21/01/2010

excellente idée la stérilisation!
plus sérieusement, je crois que le but c'est de faire en sorte qu'ils ne s'en servent pas de leurs enfants pour mendier, ce qui est ô combien légitime! Et je suis sûr que l'effet voulu sera atteint - à moins Babarchi et autres pleurnichards n'empêchent la mesure d'être appliquée!

Écrit par : sidymer | 21/01/2010

Il faut arrêter de prendre les gens pour des (choisissez le mot qui vous vient à l'esprit). Cela ait 5 ans que je vis en Roumanie, et ces braves rromi ont droit à des postes SPECIALEMENT réservés pour eux. Simplement ils ne veulent pas travailler.

Regarder le nombre d'Audi Q7, de Porsche Cayenne, et autres BMW / Mercedes que ces braves gens conduisent, pour ne pas nommer les H2 Hummer, rien que 3 pour une ville de 250000 habitants !!! Ici, les gens ne donnent pas d'argent aux rromi. Ils disent eux-mêmes qu'ils ne sont pas roumains. Dont acte.

J'oubliais, passez en Roumanie par un village appelé Chendu / Kand en hongrois, et vous verrez des palais de 4 étages INHABITES appartenant aux rromi... Merci bien.

Au fait, la prochaine fois que l'on vous réclâme une obole ... répondez ceci (phoenétiquement) : "Nou daou nimik la tsigan"

Ils vont vite comprendre. Ras-le-bol des avocats qui jouent sur les mots pour transformer en victimes des gens qui ont choisi ce mode de vie.

Viktor, Nettoyeur !

PS: aurez-vous le courage de me publier ?

Écrit par : Nettoyeur Viktor | 21/01/2010

Est-ce vraiment une idée tordue de la part de nos Autorités d'enlever les enfants à la garde des parents mendiant dans les rues, pas vraiment car sans eux, les habitants s'apitoient carrément plus et le chiffre d'affaire pourrait être en baisse et peut-être qu'ils iront voir ailleurs. A moins qu'ils n'en aient rien à faire car peut-être ce ne sont pas leurs propres enfants, qui sait les Rroms sont-ils eux aussi tordus.

Écrit par : demain | 21/01/2010

@Tous. Ce soir la TSR diffuse un reportage sur les clans mafieux rom qui dressent et utilisent ses propres enfants au vol, au larçin... Vous verrez une autre facette de la réalité que les défenseurs des Rroms à Genève essaient à tout prix de dissimuler. C'est une affaire organisée, juteuse, illégale et punissable.

Écrit par : Demain | 21/01/2010

Il ne s'agit pas d'arracher les enfants à leurs parents mendiants, mais de tous les arracher à la pauvreté ! Je vous rappelle qu'en Suisse, il existait autrefois des bandes d'enfants abandonnés qui erraient dans les campagnes à la recherche d'un emploi journalier et qui avaient parfois à peine 6 ans. Jules Michelet en 1938 décrit ces hordes de pauvres qui errent et vendent leur sang et celui de leurs enfants pour manger ! La Suisse bourgeoise a la mémoire courte et le jugement bien facile.

Écrit par : duda | 21/01/2010

Ces enfants doivent absolument apprendre à lire et écrire, il en va de leurs avenirs, ce n'est pas "aux petits esprits de ce blogue" de décider pour eux!

Écrit par : dominiquedegoumois | 21/01/2010

Les bobos de gauche bouffent trop, ils ne peuvent de ce fait plus réfléchir!

Écrit par : dominiquedegoumois | 21/01/2010

Merci de nous rappeler ce qu'on souffert les Roms et les autres minorités !
Malheureusement, j'ai l'impression horrible que l'histoire se perpétue, que l'humain n'en retire aucune leçon, prêt à massacrer des peuples entiers, pour le fric, la terre, les biens, et au nom de je ne sais quoi qui pourrait être une race ou une couleur.
Salut les Roms, Amitiés,
Serge.

Écrit par : serge | 21/01/2010

c'est vraiment triste de stigmatiser toujours une minorité. Je pense afin de les aider, il faut leur apprendre l'estime de soi.Je ne pense pas que ça soit une bonne idée d'arracher ses enfants à leur propre parents.

Ce n'est pas facile mais avec une volonté de la part de chacun de nous, nous y arriverons. Il faut qu'on arrête de regarder l'autre comme l'intrus.

Je travaillais dans une association en Inde en temps que bénévole, Rag pickers. Je trouvais leur méthode bénéfique. Cette association aidaient les mendiants à apprendre à valoriser l'argent. Au lieu de mendier, ils devaient récupérer les ordures dans les ménages et les trier, en échange ils recevaient un salaire correct.

Il n' y a rien de pire que l'oisivité

Écrit par : La Franchise | 21/01/2010

L'Ecole obligatoire est o-bli-ga-toire. Et au nom de quoi peut-on affirmer qu'il vaut mieux pour un enfant être dehors en hiver dans la rue toute la journée, plutôt qu'au chaud à se garnir le cerveau? Craint-on que, une fois que cela lui aura ouvert des horizons, il ne veuille plus servir d'esclave tout juste bon à mendier, hypothéquant ainsi toute son existence future puisqu'il ne saura rien faire? L'école est obligatoire, et la loi est la même pour tous.


Par contre, pour ce qui est d'enlever un enfant à ses parents, là je suis d'accord, c'est vraiment une mesure qui doit rester exceptionnelle, uniquement en cas de mauvais traitement. Même si, certes, à nos yeux privilégiés, le traitement que reçoivent ces enfants des rues (enfants forcés à mendier, bébés utilisés comme poupées publicitaires exposées au froid toute la journée pendant que les femmes, elles, se relaient pour ne pas avoir trop froid justement), est assez grave pour que, s'il s'agissait de parents non-mendiants, ils s'exposeraient à des poursuites, ou du moins de gros ennuis. Donc on peut au moins se poser la question de savoir pourquoi la loi ne serait pas la même pour tous.

Revenons maintenant sur le pénible épisode historique des Jenish, et là je crois qu'il ne faut pas faire l'amalgame. Dans les années 20 et au moins jusqu'aux années 50, l'Europe, et les Etats-Unis, étaient largement eugénistes, et la majorité des scientifiques ne raisonnaient qu'en formes de crânes et différences de capacités des races. Certes les Allemands, toujours mieux organisés que les autres, ont poussé tout cela à l'horreur et à des dimensions insoutenables. Mais est-ce que le reste de l'Europe s'émouvait beaucoup du sort des Juifs? Pas du tout, ma bonne dame, et les gouvernements occupés comme celui de la France étaient tout heureux de livrer les prisonniers, et de confisquer les biens (qui n'ont d'ailleurs jamais été rendus). Oh, certes, des hommes et femmes de bonne volonté cachaient, accueillaient, sauvaient.
Bref, cette "affaire" des enfants Jenish, rappelons donc que cela a eu lieu dans un tout autre monde, avec des perspectives très différentes. Et rappelons aussi qu'il ne s'agit que de 600 enfants, c'est-à-dire à peu près le nombre annuel de morts sur la route, en Suisse. Et qui peut affirmer qu'il n'y en a pas eu une partie pour qui cette nouvelle vie a été bien meilleure que ce à quoi ils étaient destinés?
Mais bon, mon propos est juste de dire qu'il est difficile de trancher d'une part, et qu'il est trop facile de se permettre de juger le passé d'autre part (et qui sait, les plus violents juges d'aujourd'hui, auraient peut-être été les meilleurs collabos d'hier). Et sur le fond, je suis d'accord: même si la loi est enfreinte (mauvais traitements sur les enfants), inutile d'aller trop vite, ou trop fort.

Écrit par : antoineb | 22/01/2010

@antoineb : seulement 600 enfants, dites-vous, comme si c'était une goute d'eau. Mais pour chacun de ces 600 enfants, ce fut un 100% de douleur. Quant à savoir s'ils ont été mieux traités que dans leurs familles, ce fut peut-être vrai pour certains, mais pour nombre d'entre eux, ce fut vraisemblablement très dur. J'ai une tante qui a été élevée en orphelinat catholique, de 1940 à 1952, croyez-moi, elle n'a pas souvent ri et ça ressemblait plutôt à une prison.
Pour revenir aux décisions du Conseil d'Etat, je suis très partagée : d'un côté, je désapprouve totalement le fait que des enfants mendient, qu'ils y soient contraints ou qu'ils le fassent de leur propre vouloir. Les scolariser me paraît bien, mais il faut aménager cela. Et je trouve également inacceptable que les mères exposent ainsi leur nourrisson losrqu'elles mendient, que ce soit au froid ou lorsqu'il fait beau.
Mais enlever les enfants à leurs parents, je ne peux pas approuver. La solution doit être cherchée avec ces personnes.

Écrit par : Anne-Marie Brunner | 22/01/2010

Pour quiconque s'intéresse à la question, il faut impérativement voir le Temps présent d'hier! Aller sur tsr.ch
http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=100000
- en haut à droite sélectionner l'émission... (disponible une semaine)
Tout est dit. Bazarbachi n'a qu'à bien se tenir!

Écrit par : sidymer | 22/01/2010

"En décrétant des mesures tout aussi aberrantes qui démontrent le refus absolu de voir des gens vivre autrement"...parce que mendier en étant abusés par des réseaux qui profitent de la détresse d'une communauté vous appelez cela "vivre autrement"...!?

Cela relève également d'un pur délire que de prétendre que, selon vos dires, "stigmatiser les pauvres qui mendient en les menaçant d'enlever leurs enfants" s'apparente encore une fois tout simplement à un mode de vie "différent" ! Ces pauvres gosses ne recoivent aucun enseignement, vivent dans des conditions inacceptables et seront ainsi condamnés à reproduire le schéma vécu par leurs parents, entretenant le cercle inépuisable et fort lucratif qu'est la misère humaine...

On ne parle pas là de kidnnaping, mais bien de protection des mineurs..

Écrit par : Liberté | 22/01/2010

@Anne-marie Brunner. Comment négocier avec des parents qui utilisent leurs enfants comme un gagne-pain et rien d'autre. Difficile aussi de leur parler d'horaires, de travail, de contraintes puisqu'ils vivent en toute liberté et selon leurs rituels (mariage de fille de 14 ans interdit par nos lois). Le reportage très partial fait par ce cinéaste Roumain est très révélateur d'une situation très réelle de l'organisation très pointue des clans Rroms dont les plus faibles sont exploités, détenus contre leur gré et poussés au vol pour que les plus nantis puissent se payer de superbes maisons en Roumanie.

Écrit par : demain | 22/01/2010

J'ai une bonne idée!
En Suède, les clients de prostituées sont poursuivis et amendés...
Appliquons ce principe à la mendicité: poursuivez ceux qui entretiennent cette prostitutions de bas étage dans nos rues!!! Oui, vous avez bien lu; les mendiants me rappellent les p... des Pâquis, le même faux sourire aguicheur, la même hypocrisie à fleur la peau! Mais les p... au moins apportent qqch à leur clients, donnent qqch d'eux-mêmes! Les mendiants ne font que voler odieusement ce qui reste encore de compassion crasse et de pitié pitoyable chez nos contemporains...

Écrit par : sidymer | 22/01/2010

Ce que beaucoup de gens oublient, que ces Roms sont autorisés à rester trois mois en Suisse et personne ne parle de ça. Mais ils ont une avocate DINA BAZARBACHI qui devrait leur expliquer leur retrour.

Écrit par : DE SOLA | 22/01/2010

AntoineB, vous vous trompez. En France comme en Suisse, l'école n'est pas obligatoire. Seule l'instruction l'est. Libre à vous de donner des cours particuliers à vos enfants, tant que c'est contrôlable.
De les instruire par correspondance, ou autre.
L'école en bâtiment scolaire n'est pas obligatoire, ni en Suisse, ni en France.
DOnc ces gens devraient pouvoir justifier d'une certaine éducation de leurs enfants, preuves à l'appui (savoir lire et écrire suivant l'âge de l'enfant est insuffisant)
Seulement, voilà, ces gens sont là de passage, et je doute que l'on ai le moindre droit de tester leur niveau scolaire. Les empêcher de mendier dans la rue est une chose, mais le droit de les scolariser en est une autre.

Je me demande ce que dit la loi.
Les bonnes intentions sont là, mais je doute que la légalité soit du même côté.

Problématique complexe...

Écrit par : vieuxschnock | 22/01/2010

...problématique complexe qui révèle l'inadéquation totale de nos lois face à la "globalisation". Commes les délinquants multirécidivistes maghrébins, les mendiants roms devraient être expulsés (ou enfermés en attendant) sans la moindre hésitation et sur-le-champ! C'est le bon sens dicté à tout citoyen ordinaire honnête... après, pour divers motifs, se faire connaître (Bazarbachi et c'est réussi!), pour emm... les bourgeois, énerver l'UDC etc. les gauchistes et autres bien-pensants en mal de pauvres sur lesquels s'apitoyer travaillent contre nature si j'ose dire... et font à terme le jeu du camp adverse!!

Écrit par : sidymer | 22/01/2010

Faudra-t-il bientôt se munir d'un spray au poivre pour aller retirer son argent au bancomat?

Écrit par : Johann | 23/01/2010

@ sidymer:


"Commes les délinquants multirécidivistes maghrébins, les mendiants roms devraient être expulsés (ou enfermés en attendant) sans la moindre hésitation et sur-le-champ!"


Humaniste, je suppose???

C'est pas vous qui pestiez à juste titre contre les fachos islamistes (du Hamas, d'Iran,etc...) et leurs pratiques barbares, non? Genre fouetter les tire-au-flanc, couper les mains aux voleurs... etc...



"pour emm... les bourgeois, énerver l'UDC etc. les gauchistes et autres bien-pensants en mal de pauvres sur lesquels s'apitoyer travaillent contre nature si j'ose dire... et font à terme le jeu du camp adverse!!"


Et alors??? Cela devrait faire plaisir à un crâne rasé identitaire?!? Ou ai-je mal compris?!?


Comme si la droite n'était pas déjà majoritaire dans les exécutifs, tant genevois que fédéral..... Des faits, des faits et encore des faits.... Décidément, ça a du mal à rentrer!



Cordialement.



PS: Le vol et la mendicité sont les exemples même d'activités libérales: pas de taxes professionnelles ni d'impôts à payer à l'état fasciste!!!!


.

Écrit par : Libéralisme et atlantisme | 31/01/2010

Vous avez mal compris effectivement et c'est bien là tout le drame:
ce genre de discours (le mien donc), grâce aux excès conjugués des gaucho-fachos et des islamo-fachos, sont désormais tenus par "l'homme de la rue"!!!
comme je l'avais prédit il y a un quart de siècle, nous y allons droit au fascisme tout azimut et NON, ce n'est pas ce que je souhaitait comme société idéale!!!

ps. pour tout vous dire, Bakounine fut mon modèle dans ma jeunesse, alors ne me la faites pas à moi l'anarchiste!

Écrit par : sidymer | 01/02/2010

ps. droite majoritaire? c'est ventre mou politiquement correct qui gouverne en Europe!! vous allez bientôt savoir ce que c'est la vraie droite!
et "merci à qui??" --- aux musulmans!

Écrit par : sidymer | 01/02/2010

Les commentaires sont fermés.