08/12/2009

Lyon - Des Rroms s'associent pour défendre leurs droits

"Si nous obtenons les mêmes droits que les Italiens ou les Espagnols, les Rroms n’exerceront plus les activités illicites qui leur sont nécessaires aujourd’hui pour vivre. Aujourd’hui, on a rien, c’est normal qu’on fasse la manche !”.

Des-Roms-lyonnais-s-associent-pour-defendre-leurs-droits_large.jpgIl s’appelle Onofrei Miclescu et vit depuis quinze ans en France, dans l’agglomération lyonnaise. Comme tous les autres Rroms de l’Est, il connaît les bidonvilles et les squats. Mais lui a eu plus de chance. Après l’expulsion en août 2007 du squat de La Soie où il vivait parmi 500 autres personnes, il a été relogé par la mairie de Villeurbanne.

Désormais, il vit dans une petite maison avec trois de ses enfants, à quelques encablures du terrain. Pour autant, il n’a pas oublié les autres qui continuent à errer. En mai 2007, il a créé son association, Caravana Romilor qui vise à “défendre les Rroms pour l’accès à leurs droits à l’emploi, à la scolarisation, à la formation, au logement ou à la santé” mais également à “changer l’image des Rroms en France et dans l’agglomération”. Pour l’instant, son association recrute essentiellement parmi les Rroms de Craiova, ville du sud de la Roumanie dont lui-même est originaire. Actuellement, ses “associés” squattent dans l’ancienne usine de Saint Jean Industries, avenue Viviani à Vénissieux.

C’est en matière de logement que les Rroms de Caravana Romilor ont le plus avancé. Ils demandent une “platz” (un terrain) pour y installer des mobil homes. “Il faudrait que les habitants touchent les prestations familiales de la CAF et un petit revenu pendant quelques mois pour apprendre le Français et se former. Ce n’est pas impossible. Nantes et Paris l’ont fait”, précise Onofrei Miclescu. Deuxième revendication majeure : le droit au travail encore fortement limité jusqu’en 2012. “J’ai travaillé en Roumanie comme conducteur professionnel. Mais ici, avec la taxe que les entreprises doivent payer, il m’est difficile de trouver un emploi”. Le président de l’association fait “une promesse au préfet” : “si nous obtenons les mêmes droits que les Italiens ou les Espagnols, les Rroms n’exerceront plus les activités illicites qui leur sont nécessaires aujourd’hui pour vivre. Aujourd’hui, on a rien, c’est normal qu’on fasse la manche !”.

Article Burlet Laurent source
http://www.lyoncapitale.fr/lyoncapitale/journal/univers/A...

21:04 Publié dans Solidarité | Tags : rroms lyonnais | Lien permanent | Commentaires (32) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Les mêmes droit que les Italiens et les Espagnoles ? En tant que citoyens Roumains membre de l'UE, pourriez vous précisez quel droit en moins ils ont ?

J'ai plutôt l'impression qu'ils veulent d'avantage de droits mais sans les devoirs.

Par exemple je n'était pas au courant qu'un Italien pouvait simplement se pointer a Lyon et "exiger" un terrain pour son mobilehome ou une maison, un revenus et des prestations familiales...

Écrit par : Eastwood | 09/12/2009

en ce qui concerne le terrain pour le mobilehome... n'importe qui peu le faire français, italien, roms, suisse, etc... c'est la Loi française, toute commune doit disposer d'un terrain d'accueil... cette loi n'est pas respecter par la majorité des communes mais elle existe bien...

Écrit par : matthieu | 09/12/2009

Et dire qu'il y a des touristes assez stupides pour payer (assez cher) le camping pour son mobilehome alors que toutes communes doit fournir un emplacement gratuit...

Écrit par : Eastwood | 09/12/2009

ouais... bon la Loi ne dit rien sur le confort...

Écrit par : matthieu | 09/12/2009

Je les voient à Genève avec des téléphones portables, et les enfants en âges de scolarités mendient, plutôt que d'être à l'école et pas une politicienne de gauche pour rouspéter!

Ils pillent les vêtement qui sont dans les caisses métalliques, aux 4 coins de la ville. Ils jettent ensuite les vêtement qui ne sont pas à leurs goûts, j'en ai retrouvé des tas près de la gare, sous la pluie la semaine dernière!

Ils vont manger gratos et dorment dans les abris de la PC!

Écrit par : dominiquedegoumois | 09/12/2009

Je les voient à Genève avec des téléphones portables, et les enfants en âges de scolarités mendient, plutôt que d'être à l'école et pas une politicienne de gauche pour rouspéter!

Ils pillent les vêtement qui sont dans les caisses métalliques, aux 4 coins de la ville. Ils jettent ensuite les vêtement qui ne sont pas à leurs goûts, j'en ai retrouvé des tas près de la gare, sous la pluie la semaine dernière!

Ils vont manger gratos et dorment dans les abris de la PC!

Écrit par : dominiquedegoumois | 09/12/2009

@dominiquedegoumois: et?... où voulez vous en venir exactement?

Écrit par : matthieu | 10/12/2009

Il est inacceptable de laisser ces personnes à la charge des contribuable!
Voilà où je veux en venir! Prenez les chez vous cher @Matthieu!

En pillant les caisses de récupération de vêtements, ils enlèvent du travaillent aux précaires locaux, et surtout ils ne respecte pas nos règles!

Nous avons aujourd'hui combien de roms en Suisse, demain nous en aurons le double et que feront nous avec?

Entendu que l'on ne s'occupent pas des précaires locaux!

J'ai beaucoup de peine à comprendre comment on peut laisser venir ici des gens qui n'ont aucuns moyens financiers. Pour eux la seul solution est de mendier, de se prostituer ou de voler. Vous trouvez ça normal, moi pas!

Il ne suffit pas de s'indigner pour régler les choses, commencez pas vous occuper des pauvres qui vivent dans votre rue, dans votre immeuble!


Et bonne année!

Écrit par : dominiquedegoumois | 10/12/2009

vous vous exprimez toujours avec autant de calme et de mesure...? vous souhaitez débattre, échanger des idées, des arguments, ou simplement agressé celui que vous ne pensez pas être de votre avis? car comme vous le constaterez vous n'avez même pas pris la peine de me le demander...

décidément, le débat démocratique suisse prend une tournure très très très inquiétante... un petit coup de poing à la stauff pour assoire la "véracité" de vos propos... allez ouste le contradicteur à l'hosto... c'est vrai que cela simplifie la démocratie...

Écrit par : matthieu | 11/12/2009

ouh la la... beaucoup de fautes... par avance... excusez moi

Écrit par : matthieu | 11/12/2009

Ce qui ce passe dans cette ville est aujourd'hui inaxceptable.

Il y a quelques semaines j'ai été témoin de 2 tentatives de voles, commissent par des roms.

1ère
Dans un magasin de chaussures à la rue de la Servette, un rom a tenté de volé un portefeuilles dans le sac d'une jeune femme brésilienne.
Particulièrement robuste elle lui a jeté un tabouret très lourd sur le dos, il est alors sorti en grommelant! Est ce que cette jeune femme est raciste?

La 2ème
Un soir près de chez moi, j'ai vu 3 roms qui ont tenté de faire un vol à l'astuce avec 3 billets de 200.- dans un dépanneur.
Il ont demandé à la patronne de la monnaie, tentant de lui soustraire, non selement les 6 billets de 100.- mais également les 3 billets de 200.-!
la police est arrivé mais n'a pas arrêté ces personnages!
est ce que la patronne de se dépanneur est raciste?

Et C'est comme ça partout: Dans les rues, aux Marché aux Puces (des voles) etc...

Une vieille dame ma expliqué il y a quelques semaines, qu'elle avait été conspuée et insultée au resto gratuit de Saint Gervais (ancien Bouby) par des roms qui prenaient toute la place!
cette vieille dame est elle raciste?

Nous n'avons pas de raison de continuer à accueillir ici ce genre de personnes!

Genève à 14 milliards de dettes, que l'on commence par assister correctement les pauvres d'ici, la majorité n'ose pas fréquenté les resto gratuits, parce qu'ils ont honte!

Écrit par : dominiquedegoumois | 12/12/2009

J'ai un ami qui fait aussi du bénévolat à Lyon, où ils se conduisent de la même façon qu'à Genève: avec violence, sans respect, et en insultant tout le monde!

Écrit par : dominiquedegoumois | 12/12/2009

Ayant quelques connaissances dans les grossièretés utilisées dans les Balkans envers les rom, tziganes & Cie je les injurie toujours très copieusement en serbo-croate langue qu’ils comprennent fort bien puisque avant la chute du communisme ils avaient pour habitude se semer la m…e en Yougoslavie et tout spécialement en Voïvodine.

Les femmes soit tentaient de dire la bonne aventure, soit mendiaient, soit pour les plus jeunes se prostituaient, les machos de service eux volaient.
Pour les faire déguerpir la milice utilisait la méthode du pied-au-cul et expulsion directe soit vers la Roumanie, soit vers la Hongrie.

Chez nous, les enfoirés récupérateurs de la gauche désunie veulent nous imposer la présence et le soutien à ces gens que les anciens partis communistes désignaient sous le nom de parasites, de profiteurs et de fainéants.

Écrit par : Jacqueline | 12/12/2009

Mouais...
Donc vous condamnez les Rroms ou les voleurs ?
Parce que des voleurs(euses), des violent(e)s et prostitué(e)s, il y en a partout !
Sont-ils tous Rroms ? Non !
Il me semble qu'il y a là un amalgame entre des faits et vos aprioris.
La misère et le rejet permanent de cette population ne permet pas leur intégration.
Alors je souhaite vous poser deux questions:
Pourquoi respecteriez-vous un système qui ne vous respecte pas ?
Pourquoi essayeriez-vous de vous intégrer dans une société qui ne veut pas vous intégrer ?

La peur, la haine d'autrui est un sentiment tellement puissant simple à instaurer... regardez le retour du FN de ces derniers mois en France...
C'est le rejet de ses erreurs sur les autres.

Écrit par : Matthieu, un autre ! | 12/12/2009

Je rejoins Matthieu car effectivement on fait trop souvent l'amalgame entre rroms et voleurs .. S'il en existe ils ne sont pas tous rroms sinon ils peupleraient les prisons françaises ..et ce n'est pas le cas..
Non, ils n'ont pas les mêmes droits que les italiens, espagnols et portugais puisqu'ils n'ont pas accès à l'emploi (conditions très restrictives soumis à conditions jusqu'en 2012 ; taxe à payer par l'employeur, procédure très longue soumis à l'avis de la préfecture qui généralement refuse quand il s'agit d'un rom)..alors oui ils n'ont pas les mêmes droits, sinon ils travailleraient (car certains sont de bons artisans) et n'auraient pas besoin de faire la mendicité pour survivre..car ce sont avant tout des femmes, des hommes et des enfants et ils ont le droit aussi au respect!!!

Écrit par : Marie | 13/12/2009

Ouvrez les yeux, je ne parle dans ce cas précis que des Roms, pour les autres c'est la même chose de toute façon!

Prenez les chez vous, pour ma part je préfère aider des personnes qui vivent ici!

C'est bien sûr du racisme et de la xénophobie de ma part!

Êtes vous sûr que les vieilles femmes qui mendient dans nos rues, le font librement, je suis sûr du contraire!

c'est toujours la même chose, on parle d'amalgame, c'est comme le deal de drogue, je vois bien la tronche des dealers qui bossent en bas de chez moi, ils viennent tous du même endroit!

La libre circulation permet à n importe qui de venir ici, demain vous en aurez 100'000 de plus à Genève, qu'il faudra nourrir et soigner gratuitement!

Qui paye votre assurance maladie, et la nourriture que vous mangez tous les jours, c'est eux peutêtre?

Tous ceux que je vois ses jours, ont des portables, celui du pont de l'Ile rousseau, à même le dernier modèle Ipod, qu'il exhibait il y a quelques semaines, à 2 de ses copains!

Lorsque vous êtes vraiment dans la précarité, le portable n'est pas une priorité, j'en sait quelques chose!

c'est comme ses bébés, est il normale qu'ils soient toute la journée dans la rue, j'espère que non!

Il y a des mafias derrière tout ça!

Écrit par : dominiquedegoumois | 15/12/2009

que de certitudes...!

Écrit par : matthieu | 16/12/2009

Je vois de nouveau ce matin dans les rues de Genève des bébés, des petits enfants, et de vieilles femmes, qui n'ont rien à y faire par ce froid!

Leurs protecteurs qui doivent se prélasser dans les 5 étoiles du pays, ne s'en inquiètent pas pas plus que nos politiciens, ça n'a pas l'air non plus de gêner non plus l'ambassade roumaine, les grosses moquettes ça isole très bien du froid!

Est ce raciste de s'en indigner?

Écrit par : dominiquedegoumois | 17/12/2009

Faire la manche avec un gamin, ça paye à Genève.

J'ai observé: un mendiant avec un enfant fait 20 à 30 CHF de l'heure. Beaucoup de femmes glissent une pièce.

Écrit par : enfait | 17/12/2009

Genève sans ses Roms ne serait plus Genève!
Bientôt, ils feront partie du patrimoine local. Faut surtout pas les embêter les pauvres.

Écrit par : Riro | 17/12/2009

Une décision de justice est tombée. Les amendes données aux mendiants Roms seront annulées avec dommages et intérêt que leurs avocats (payés par les deniers publics) réclameront. La loi sur la mendicité existe mais il semblerait qu'elle ne serve à rien car jamais appliquée. Quand la population genevoise en aura marre de voir des mères de famille se servir de leur progéniture pour quémander, de voir des femmes demander de l'argent aux carrefours, de voir les hommes jouer leur sempiternelle musique dans les bus bondés et de nettoyer sans votre accord vos vitres contre argent, de se faire cambrioler et voler par les adolescents (qui ne peuvent pas être poursuivies), alors oui, quand Genève en aura marre de voir les Roms compter sur l'argent des autres, alors peut-être qu'un déclic se fera mais il sera peut-être trop tard. Car dans la communauté des Roms, le bouche à oreille fonctionne bien et le laxisme genevois a déjà dépassé les frontières.

Écrit par : demain | 17/12/2009

Ils ont une bonne avocate "genevoise" pour les protéger. Ne vient-elle pas de leur pays ?

Écrit par : Ivan Skyvol | 17/12/2009

@Ivan - Quel pays ? En ont-ils un ?

Écrit par : duda | 17/12/2009

C'est vrai qu'ils ont une avocate à Genève, je ne sais pas si elle a des gamins, j'espère que non, autrement pitié pour eux!

C'est absolument inacceptable pas une seuls politicardes de gauche qui s'indigne de ce business!

Il y a quelques semaines la voirie à débarrassé les bords de l'Arves des matelas et autres objets et ça a coûté 130'000.- aux contribuables, on devrait envoyer la facture à cette avocate!

Genève est une poubelle sociale

Écrit par : dominiquedegoumois | 17/12/2009

L'été dernier je me suis baladé avec mon vieux camping car en Suisse, inutile de vous dire que Genève est la pire ville de ce pays, à tout niveau, et pourtant je suis né ici!

Donc j'était sur le parking de la Gruyère, il était 22.30 j'entends des cris et de la musique à tout bersing.
Je regarde dehors, et que vois-je, 3 camping cars flambants neufs plaques italiennes et 2 coupés Mercédèce derniers modèles qui s'arrêtent, 2 hommes viennent vers moi pour me demander la direction de Villeneuve.

Quelques jours plus tard, passant sur l'autoroute devant le camps de "Gitans Riches" qui est à la sortie de Villeneuve, j'ai reconnu l'une des voitures, orange et blanche, y'avait pas de risque que je la rate celle là!

Je ne ferais pas de commentaires sur les millions en euros qu'il y avait en bagnoles, en camping cars et en caravanes dans le camp!

C'est amusant mais vous ne verrez jamais de gitans pauvres dans ce camp, on ne se mélange pas entre gitans riches et gitans pauvres!

Vive la solidarité donc, même chez les manouches!

Écrit par : dominiquedegoumois | 17/12/2009

"Matthieu me semble à court d'arguments ce soir, ça doit être le froid, 6 heures dans la rue avec la neige, c'est normal non?

Écrit par : dominiquedegoumois | 17/12/2009

Les gens du voyage ne sont les Roms qui mendient dans les rues genevoises qui sont des migrants des pays de l'Est notamment la Roumanie, Kosovo, Bosnie-Herzégovine, Hongrie , Slovaquie, Slovénie et Tchéquie et Bulgares. Généralement,les gens du voyage travaillent dans les foires ou font des petits boulots d'artisanat et possèdent effectivement comme seul biens des caravanes et voitures assez grosses pour les tirer. Ce sont des nomades. On les appelle les Tziganes. Ces évangélistes se retrouvent chaque année dans de grands rassemblements.
A Consulter
http://actualite.aol.fr/actualite-france/quelque-30000-tziganes-evangeliques-rassembles-a/article/20090830145051702249982

Écrit par : demain | 18/12/2009

Que de haine, de violence et de peur dans vos propos ... Les Rroms n'ont pas de pays, personne n'en veut. Alors oui, ils volent, ils mendient, ils se prostituent, pour certains et certaines d'entre eux et elles. Pas pour tous! Et ceux-là, ont-ils le choix ? Je ne me pronocerais pas si facilement sur la question. Est-il possible de s'intégrer dans un pays qui ne veut pas de vous ? Alors pouruquoi ne reste-il pas "chez eux" ? me direz-vous. Et bien parce qu'ils n'ont pas de chez eux ! Ils n'ont pas de pays, ils n'ont pas de patrie, ils n'ont pas de terre ... Et ce depuis des siècles, où ils ont été exclus, persécutés, tenus en esclavage, exterminés ... Si on essayait un tant soit peu de comprendre et d'écouter ce peuple, il aurait tellement à nous apprendre ... Et croyez-moi, je sais de quoi je parle, pour avoir passé plusieurs mois en Roumanie, où même là-bas ils sont totalment exclus et condamnés à des pratiques tellement humiliantes ...
N'oublions pas que dans l'histoire, tant de haine et de peur ont conduits à des drames humains tellement honteux ... Pensez-y ...

Écrit par : Noélie | 21/12/2009

@Noémie. Les Rroms ont des parties et viennent des Balkans (Macédoine, Bosnie, Serbie), de Hongrie, de Tchéquie, de Bulgarie et de Roumanie, donc ils ont donc tous des citoyennetés. Qu'ils ne soient pas intégrés cela est différent. Plein de programmes sont subventionnés par l'ONU, de la Suisse et de l'UE existent notamment de scolarisation, de formation, d'acquisition de métiers, de logement. Le travail de fonds doit se faire dans les pays cités plus haut pour les éveiller aux différentes minorités qui vivent dans leurs pays. Juste pour signaler que la Roumanie que vous connaissez bien a plusieurs petites ethnies et ultra minorités comme les Allemands, les Macédoniens, les Tatars turco-musulmans, les Arméniens, les Albanais, les Tchèques, les Polonais,les Ruthènes.... et les Magyars qui représentent 6,6% de la population alors que les Rroms représentent seulement 2,5% de la population et ce sont les seuls à poser problème. Demandons-nous pourquoi ?

Écrit par : demain | 22/12/2009

@demain... j'ai très peur de vous demander la réponse à votre dernière question... ca sent le point godwin...

Écrit par : matthieu | 22/12/2009

Il ne faut pas dire que la Suisse ne s'engage pas mais il faut voir que les efforts apportés ne sont pas optimales car certains clans ne tiennent pas à sortir de ce modèle coutumier é savoir les petits larçins, la mendicité....

Réponse du Conseil fédéral du 15.12.2006 déjà préoccupé par cette question :

1. L'engagement du Conseil fédéral en faveur des minorités entre dans le cadre des activités suisses de promotion des droits humains, fondées sur la loi fédérale sur des mesures de promotion civile de la paix et de renforcement des droits de l'homme (RS 193.9). Comme le Conseil fédéral l'a répété dans son rapport du 30 mai 2006 sur la politique suisse en matière de droits de l'homme pour les années 2003-2007, il incombe à la Suisse, du fait de sa propre multiculturalité, d'assumer une responsabilité particulière: celle de s'engager en faveur du respect des droits des minorités partout dans le monde. D'où l'importance que la Suisse accorde à la situation des Roms en tant que première minorité d'Europe, qui appelle une politique exhaustive en matière de minorités sur le continent européen. Les Roms font partie des communautés le plus durement frappées par le processus de transition de l'Europe de l'Est amorcé après 1989. Ils sont donc tributaires d'un soutien particulier, dans le domaine de l'éducation, entre autres. Selon les estimations, 600 000 enfants roms ne bénéficient d'aucune forme de scolarisation en Europe centrale et en Europe de l'Est. Le Conseil fédéral s'attache par conséquent à faire bénéficier d'autres pays de la vaste expérience acquise par la Suisse dans l'approche des minorités.

2. Le Conseil fédéral accorde une grande importance aux droits humains et aux droits des minorités dans sa politique extérieure. L'engagement de la Suisse est particulièrement marqué en Europe centrale et en Europe de l'Est: dans cette région du monde, les principes de la démocratie et de l'Etat de droit n'y ont été instaurés qu'au début des années 1990 et les expériences faites par les institutions locales dans le domaine des droits humains et des droits des minorités y sont en effet encore limitées. Les efforts déployés par le Conseil fédéral pour lutter contre la pauvreté, l'exclusion et la discrimination des Roms rejoignent l'objectif suprême de la décennie pour l'intégration des Roms.

Correspondent eux aussi aux principes de la décennie des Roms les quatre volets spécifiques de la politique extérieure de la Suisse dans les pays de l'Europe du Sud-Est, à savoir:

a. stabilisation de la région;

b. amélioration de la situation sécuritaire;

c. promotion des relations économiques; et

d. renforcement de la collaboration dans le domaine de la migration.

La stabilisation de la région exige le respect systématique des droits humains. Dans le domaine de la collaboration dans le domaine de la migration, la Suisse oeuvre en faveur de l'instauration de conditions-cadres appropriées lors du retour de minorités ethniques au Kosovo.

Au plan multilatéral, la Suisse participe activement aux projets menés dans le cadre du pacte de stabilité pour l'Europe du Sud-Est, notamment en alimentant utilement les discussions sur l'approche des minorités. Le Pacte de stabilité soutient la coopération régionale, en particulier dans les domaines des droits humains et de la démocratie.

3./4. Vu la complexité des problèmes auxquels sont confrontées les minorités roms, l'engagement de la Suisse en faveur de ces populations se manifeste tant au plan bilatéral qu'aux plans multilatéral et international.

Au plan bilatéral, le soutien de la Suisse se traduit par plusieurs projets, surtout dans le domaine de la formation scolaire et professionnelle dans les Balkans occidentaux. Elle a ainsi consacré en 2006 près de 1 million de francs à quatre projets en faveur des Roms de Serbie. Au Kosovo, elle a financé entre 2000 et 2006 différents projets visant à améliorer les conditions de vie de la minorité rom pour un montant total de 7 millions de francs. Le Conseil fédéral soutient en outre la promotion du dialogue entre dirigeants politiques kosovo-albanais et activistes roms kosovars dans le cadre du projet "Confidence Building Measures in Kosovo". La Suisse mène aussi plusieurs projets dans le domaine de l'éducation en Ukraine et en Albanie, Etats qui ne figurent pas au nombre des partenaires de la décennie des Roms, mais dans lesquels la présence de ces minorités est importante. Le Conseil fédéral prévoit en outre de soutenir, dans le cadre de la campagne de sensibilisation à la décennie des Roms, l'exposition itinérante consacrée à la situation des Roms dans les pays des Balkans occidentaux. Le coup d'envoi de cette exposition aura lieu à Skopje le 8 avril 2007 (Journée mondiale des Roms).

Au plan multilatéral, la Suisse soutient l'instrument principal de mise en oeuvre de la décennie des Roms qu'est le "Roma Education Fund" (REF, fonds pour l'éducation des enfants roms). Oeuvrant en tant que fondation suisse depuis 2005, le REF a pour but d'élever le niveau d'éducation des enfants roms. A ce titre, il a bénéficié, entre décembre 2004 et décembre 2006, d'un soutien fédéral de 620 000 francs. La deuxième étape de ce projet prévoit un versement additionnel de 600 000 francs.

Au plan international, enfin, la Suisse contribue au soutien des Roms grâce à diverses interventions en faveur de la protection des minorités au sein de l'OSCE et du Conseil de l'Europe.

Écrit par : demain | 22/12/2009

@Mathieu. Demandons-nous pourquoi ? Tout simplement il est plus aisé de vivre aux crochets des sociétés des pays dits riches en mendiant, en ne prenant aucune responsabilité, en se faisant nourrir, loger, soigner sans aucun retour et en s'achetant des natels pour communiquer entre eux car ces clans sont des bandes organisées et pas de vrais mendiants. Ils s'habillent comme des va nu pieds mais ont peut-être plus d'argent que certains travailleurs en fin de mois. Oui, cela est choquant tout comme les dealers qui profitent de la misère ambiante pour vendre leur drogue et vote aller consommer des habits de marque en contre-partie. Il y a des milliers de clandestins qui vivent en dehors du seuil de la pauvreté et qui serrent les poings pour survivre...

Écrit par : demain | 23/12/2009

Les commentaires sont fermés.