22/09/2009

Discrimination raciale : la Suisse a encore du pain sur la planche

519098474_small.jpgPublié le 15 septembre, le rapport sur la Suisse de l’ECRI – Commission européenne contre le racisme et l’intolérance - instance indépendante de monitoring du Conseil de l’Europe dans le domaine des droits de l’homme spécialisée dans les questions de lutte contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérances, malgré les progrès accomplis, montre que nous avons encore du chemin à faire.

Selon le rapport certains points demeurent préoccupants.
“ Concernant les dispositions juridiques pour lutter contre le racisme et la discrimination raciale, la norme pénale pour lutter contre le racisme, l’article 261bis du code pénal, a été publiquement remise en cause à plusieurs reprises ces dernières années notamment par des propositions d’abrogation. Bien que, en général, cette disposition fasse l’objet d’une application satisfaisante par les autorités de poursuite et les tribunaux, il reste encore des zones d’ombre et des failles dans son interprétation, ce qui conduit à limiter son efficacité. En outre, le dispositif actuel du droit pénal en Suisse n’est pas suffisamment complet pour lutter efficacement contre tous les actes racistes.

De nombreuses sources et nombreuses études mettent en lumière des problèmes de discrimination raciale directe pour ce qui est de l'accès à l'emploi, au logement, aux biens et services, et notamment à l’assurance-automobile, ainsi que dans d’autres domaines tels que la naturalisation par voie de démocratie directe. Apparemment, les victimes seraient surtout originaires de la région des Balkans, de la Turquie ou de
l’Afrique et/ou de confession musulmane.
Face à ces discriminations, les dispositions applicables en droit suisse ne sont apparemment pas suffisantes ou présentent trop d’inconvénients. Il manque une législation antidiscriminatoire complète en droit civil et administratif. Dans ce domaine comme dans d’autres, l’étendue des pouvoirs cantonaux prévus par le droit suisse rend encore plus important le développement d’un dispositif visant à coordonner et à partager des bonnes pratiques pour lutter contre le racisme et la discrimination raciale en Suisse.
On assiste à un inquiétant durcissement dans le discours politique. En particulier, le ton du discours politique du parti de l’UDC, qui a obtenu le plus grand nombre de voix (29%) aux élections législatives fédérales de 2007, a pris ces dernières années une
tournure raciste et xénophobe se traduisant par des généralisations racistes concernant les non-ressortissants, les musulmans et d’autres groupes minoritaires dans la parole, les images et les propositions concrètes faites ou soutenues par ce parti au Parlement ou directement au peuple. Les attaques répétées des membres de l’UDC contre les droits fondamentaux des étrangers et contre l’interdiction du racisme et de la xénophobie ont conduit à un profond malaise dans la société suisse en général et au sein des groupes minoritaires en particulier.
A ce jour, les tentatives de combattre cette exploitation des peurs de certains membres de la population majoritaire se sont révélées insuffisantes pour contrer ce phénomène. En outre, les idées racistes et xénophobes disséminées par certaines figures politiques ont un effet dévastateur sur le
climat en Suisse à l’égard des groupes-cibles.
L’ECRI note la persistance de désavantages dont souffrent les enfants immigrés et d’origine immigrée dans l’accès à l’éducation en dépit de mesures prises par les autorités pour leur permettre de surmonter les obstacles linguistiques. Lorsque les enfants immigrés et d’origine immigrée sortent de l’école ils rencontrent parfois des difficultés à trouver des postes d’apprentissage en raison de discriminations résultant de stéréotypes et de préjugés à leur encontre, un phénomène qui touche également les jeunes issus de groupes tels que les Gens du voyage, les Sinti, les Yéniches et les
Roms.

Les médias suisses véhiculent parfois des stéréotypes et préjugés racistes et xénophobes et le problème de la mention dans les médias de l’origine ethnique d’une personne suspectée ou convaincue de délinquance alors même que celle-ci est sans pertinence est encore fréquent.
Mêmes s’ils demeurent marginaux en nombre, il existe des groupements néo-nazis et d’extrême droite actifs en Suisse qui manifestent parfois violemment leur hostilité envers les non-ressortissants et défendent des idées islamophobes et antisémites.
Les Gens du voyage et les membres de la communauté yéniches qui ont un mode de vie itinérant rencontrent encore des difficultés en termes de place disponibles de stationnement ou de transit. Ils continuent de souffrir de préjugés et de stéréotypes qui conduisent parfois à des discriminations. Les Roms en général souffrent en Suisse des mêmes préjugés, stéréotypes et discriminations.
Les Noirs vivant en Suisse sont confrontés à des réactions hostiles de la part de certains membres de la population majoritaire, générées par le discours de certains hommes politiques à leur encontre. Selon plusieurs sources, des Noirs ont été la cible d’abus racistes et de profilage racial de la part de membres de la police. Ce problème toucherait également d’autres personnes dont l’origine étrangère est visible.
Les non-ressortissants et les demandeurs d’asile doivent faire face à un durcissement de la législation concernant leur statut juridique, entrée en vigueur en 2008, ainsi qu’au discours politique stigmatisant de certains hommes politiques."

Pour accéder au rapport complet
http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/ecri/default_fr.asp

21:51 | Tags : racisme, suisse | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonsoir, c'est toujours un plaisir de vous lire.

Écrit par : M.U.R | 22/09/2009

J'espère bien que la Suisse laissera ce rapport là où il doit être: dans les archives avec le dernier signé Doudou Diène.

Très drôle ce sermon. Surtout le passage sur l'islamophobie... Après un siècle d'anticléricalisme radical de la gauche que vous représentez, pourtant, on n'a jamais associé l'anticléricalisme au racisme... Étrange...

Les islamiste ont une victoire à leur actif: le fait que les institutions internationales soient tombées dans le panneau et ai adopté le terme... Celà sert le fantasme du monde arabe de devenir victime à la hauteur de leurs vieux riveaux juifs, victimes de la Shoah qu'on dirait parfois qu'ils leur envient... Vaste sujet....

Mais plus sérieusement: comment ce fait-il que nos voisins, français notamment, admirent notre politique d'intégration (qui est en train de partir en couille ceci dit, cf. Pâquis et compagnie), et ce quand bien même nous avons le pourcentage de non-atochtones le plus élevé d'Europe, et que en plus on doive aveler une telle couleuvre?...

On sera polis, le temps de présider la commiission pour peut-être enfin défendre nos intérêts plutôt que ceux des fantasmes néo-macartistes du Conseil de l'Europe.

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 22/09/2009

"Bonsoir, c'est toujours un plaisir de vous lire."

Hé, cette fois vous avez oublié d'ajouter: Camarade!

Qualifier les religions d'opium du peuple (y compris l'islam), est-ce une atteinte aux droits humains? Une pensée raciste? Un incitation à la haine?...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 22/09/2009

haha...Carlitos...

on a pas besoin de s'appeler "camarade" à toutes les sauces...nous apprécions les billets et les critiques développées dans ce blog, que nous découvrons au fil du temps...voilà tout.....!! :o)

et noon, ce n'est pas une injure raciste ou même blasphématoire...il me semble que Sartre est l'auteur de cette citation...(ou je me trompe peut-être...??)

c'est simplement un point de vue qui peut être pertinent dans certains cas...

Écrit par : M.U.R | 22/09/2009

Vous voulez mon gilet, pour pleurer dedans? Ce rapport et ses conclusions est un amalgame de généralisations accusatrices qui n'ont aucun fondement dans la réalité.
"il existe des groupements néo-nazis et d'extrême droite actifs en Suisse qui manifestent parfois violemment leur hostilité envers les non-ressortissants et défendent des idées islamophobes et antisémites."

Chacun à le droit d'exprimer son opinion. Manifestations violentes - citez-en quelques-unes ....

Il y a bien plus de ressortissant de pays islamistes qui agressent ou tuent au nom de leur religion, souvent même les membres de leur famille.

Et où est le rapport avec le racisme : religion = race?

Poubelle !

Écrit par : benpal | 22/09/2009

"et noon, ce n'est pas une injure raciste ou même blasphématoire...il me semble que Sartre est l'auteur de cette citation...(ou je me trompe peut-être...??)"

Vous voulez rire: elle est de Marx! Revoyez vos références révolutionnaires!

C'est la base même du mépris absolu des communiste pour toute manifestation religieuse en dehors de celles qu'ils ont réinventées (du petit livre rouge devenu Bible matérialiste à la momie de Lénine, inspirée par une pratique orthodoxe de vénération de momies monastiques!)

Donc prétendre:

1) Que l'islam est une religion intolérante qui s'est largement répandue comme toutes les autres par les armes;
2) Que l'islam est une religion sexistes et homphobe;
3) Que Mahomet n'a probablement jamais existé;
4) Que la Charia est une forme archaïque et barbare de justice;

N'est pas raciste.

Pourtant c'est ce que ce rapport, et bien d'autres sous-entendent.

Ce rapport est donc innaproprié.

Donc, David, vous êtes d'accord avec moi: le terme "islamophobie" est une aberration, et la critique de l'islam, fût-elle désagréable à l'entendre, est légitime.

Merci.

Encuite je rejoins benpal sur la violence et l'extrême-droite: aujourd'hui les violences racistes commises par des néo-nazis sont statistiquement largement inférieures à celles commises par des ressortisants, nottament, des Balkans. Ce qui ne m'empêche pas de ricaner très fort quand je tombe sur des sites qui prétendent que les camps de concentration étaient des camps de vacances, ou quand je vois des néonazis jouer de la musique Oï qui n'a jamais été inspiré que par la contre-culture d'extrême-gauche (ce qui est parfaitement vrai aussi pour les identitaires, et le plus drôle c'est que certaines de leur références intellevctuelles sont issues de l'axtrême-gauche). D'ailleure le look skin néo-nazis est inpirés des redskins ouvrier anglais, preuve que l'extrême-droite s'abreuve de l'extrême-gauche (National-SOCIALISME oblige).

Bref tout un débat pour une heure si tardive...

Bonne nuit quand même.

Ce rapport est partial (Europe: Caca beurk de toute manière).

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 23/09/2009

et oui, a ce propos, je vous renvoie aux écrit de Nieztsche, qui avait écrit "Dieu est mort...c'est moi qui l'ai tué¨....

on peut voir ce deni religieux dont vous faites mention aussi bien chez les coco, que les fachos...et même durant la Révolution française, n'avons nous pas instauré "le culte de l'être suprême"..??
je pense que tout pouvoir autoritaire de droite comme de gauche, a besoin de détruire l'emprise morale de la religion sur le peuple...dans bien des cas, les conséquences sont dramatiques,pertes de repères identitaires et religieux, révoltes...le cas du Tibet démontre bien cette pratique...

Maintenant, oui, je pense que l'on doit pouvoir remêttre en cause le dogme religieux comme ses us et rituels...mais cela doit se faire de façon transparente et expliquée... de simples caricatures à la va vite peuvent heurter les plus sensibles.

et concernant le dernier point sur les violences...les violences néo-nazies sont commises au nom d'une idéologie, d'une croyance raciale folle et lubrique... les violences commises par des ressortissants d'origine étrangère, ne le sont pas sur des bases raciales ou de croyances sectaires...il s'agit simplement de faits de société parfaitement logiques dans l'analyse globale des phénomènes sociologiques et urbains dans le monde entier...

Écrit par : M.U.R | 23/09/2009

ou alors comme le cas de l'Espagne ..le pouvoir franquiste fit l'opposé...il conserva une très forte autonomie et puissance au clergé, qui participa activement aux exactions du régime...livrant, dénonçant et condamnant des citoyens en les faisant passer pour des revolutionnaires républicains....

Écrit par : M.U.R | 23/09/2009

En Suisse, la petite délinquance et la criminalité sont souvent le fait de ressortissants des Balkans, de l'Europe de l'Est, d'Afrique du nord et d'Afrique noire parce que ces personnes sont toutes liées à des trafics de drogue, prostitution ou autre. Pensez-vous que le citoyen suisse ne fasse pas la différence entre son concierge kosovar, son voisin sud-africain ou son épicier maghrébien ? Bien sûr que oui, car il a en face de lui des personnes qui bossent, paient leurs impôts et participent à la vie citoyenne dans le respect des lois nationales. Que pensez-vous du Président Mobutu qui exerce encore des exactions sur les derniers fermiers blancs pour qu'ils quittent le pays ? Racisme ou nationalisme ?

Écrit par : demain | 23/09/2009

Quand les vieux réflexes nationalistes fleurissent, il est évident que ceux qu'ils visent n'ont aucune chance de se faire entendre...
Mon Dieu que tout cela est petit, petit,petit

Écrit par : anaxagore | 23/09/2009

Mugabe, demain, Mugabe, pas Mobutu...

Écrit par : Anaxagore | 23/09/2009

@Anaxagore. Merci, c'était bien Mugabe qui m'était venu à l'esprit mais mon esprit a confondu avec l'autre tyran...

Écrit par : demain | 24/09/2009

Bonjour,

J'ai tout d'abord été attiré par une annonce d'une entreprise basé en suisse pour un poste qui m'intéressait tan par le métier, que par le salaire (en gros je devrais doubler mon salaire).

Etant métis ( Afrique noir et Français), je me suis posé la question du racisme. Je connais le niveau de racisme dans mon pays ( la France), et j'ai voulu me renseigner un peut, vu que j'ai subi le racisme en France en étant plus jeune, mais très légèrement ( et cela ne ma pas plus du tout).

Dans mon pays, je dis au racistes : " mais mon pays c'est la France , d'ailleurs, ma mère est surement plus française que la tienne" ( elle doit l'être depuis plus de 5 génération , mais un jour elle c'est dit, "tien un noir, pourquoi pas").

Tout ça pour dire , que j'ai peur maintenant, je suis noir, je suis français, et je risque d'affronter a nouveau des racistes qui vont me catégoriser...

Pourtant je n'ai jamais touché au shit, ni a la cigarette, alcool j'ai jamais été bourré, je mange pas de tripe, ni de tète, ni de pied de cochon, mais tout le reste oui .... et je ne regarde pas ce que le autres fond :)

un peu comme vous en faites? non? je suis neutre!

Écrit par : yom | 15/02/2014

Les commentaires sont fermés.