23/04/2009

FOOTBALL RACISTE ? LA SOLUTION, INTERROMPRE LE MATCH –

tiforaciste-1.jpg


Les tribunes sont assurément à l’image de la société italienne - Haine, racisme, insultes. Le stade n’est finalement peut-être qu’une représentation de ce qui se passe depuis quelques mois en Italie, sous l’égide d’un gouvernement d’extrême droite mené par Silvio Berlusconi. Elu sur un programme que l’on peut résumer par “les Rroms dehors”, Berlusconi et son gouvernement continuent de stigmatiser les étrangers, coupables selon eux de tous les maux du pays. Quand ce même président possède une bonne partie des chaînes de télé italiennes, ce n’est pas étonnant que le bourrage de crâne fonctionne à plein régime. Les groupuscules nazillons s'en donnent à coeur joie.

Michel Platini, président de l’UEFA, promet de prendre le taureau par les cornes : “Quand ce genre de situation se produira, la rencontre sera suspendue pendant 10 minutes et des annonces seront faites à l’intérieur du stade. Et si le problème persiste le match sera arrêté. Il faut faire preuve de courage quand le racisme frappe dans une enceinte. C’est la mission de l’UEFA.” Des paroles répétées depuis des années en forme d’effet d’annonce.

Des supporteurs de la Juventus ont continué de s'en prendre au joueur de l'Inter Milan Mario Balotelli en marge de la demi-finale retour de la Coupe d'Italie, à Turin, entre la Juve et la Lazio, quatre jours après les incidents survenus en Championnat. Deux groupes de supporteurs ont continué d'insulter le joueur d'origine ghanéenne, qui n'était pourtant pas sur le terrain, en chantant "Balotelli est un fils de p.
..". La Juventus a déjà été sanctionnée d'un match à huis clos après les chants et cris racistes de ses supporteurs qui avaient visé le jeune attaquant de l'Inter samedi en Championnat, au Stadio Olimpico de Turin.


La direction de la Juventus Turin s'est excusée pour des chants et cris racistes de ses supporteurs, qui ont particulièrement visé l'attaquant de l'Inter Milan Mario Balotelli, 18 ans, samedi en championnat (1-1).
"Au nom de la Juventus et de la grande majorité de nos supporteurs, je veux condamner sévèrement les cris racistes contre le joueur de l'Inter Milan Mario Balotelli", a déclaré le président de la Juve, Giovanni Cobolli Gigli, dans un communiqué publié dimanche soir. Balotelli, international espoir italien, est né de parents ghanéens et a été adopté par une famille italienne. "Il n'y a ni excuse ni justification pour ce type de comportement (...) des incidents comme celui-là sont inexcusables", poursuit le président du club: "Nous devons ensemble essayer de promouvoir une culture sportive fondée sur le respect de l'adversaire et la lutte contre le racisme". Balotelli, victime d'un coup de pied du milieu de terrain de la Juve Tiago, s'est effondré, provocant l'expulsion de Tiago et la fureur des supporteurs turinois, qui l'ont couvert de cris et d'injures racistes pendant le reste du match. La police étudie des vidéos du match pour tenter d'identifier les responsables. "Des affaires comme celles-ci ne peuvent se produire sans que des mesures soient prises", a déclaré Sergio Campana, le président du syndicat italien des joueurs. "Cette démonstration de racisme, de surcroît contre un joueur italien, est absolument inacceptable", a-t-il poursuivi. "On ne s'attend pas à quelque chose de ce genre dans une ville civilisée comme Turin", a-t-il dit. "Nous parlerons de tout cela lors de la prochaine réunion de la Fédération italienne. Je ne sais pas encore quel type de décisions nous allons prendre mais nous ne laisserons certainement pas passer de tels débordements", a-t-il conclu.
Marcello Nicchi, président de l'association italienne des arbitres (Aia), a estimé que les incidents de samedi étaient "très sérieux".




balotelli-1.jpg
Mario Balotelli. C’est le nouveau nom de la lutte anti-racisme en Italie. Samedi soir, lors du choc entre la Juventus Turin et l’Inter Milan, l’attaquant italien de l’Inter est victime d’insultes et de cris racistes de la part d’une frange de supporters turinois. Déstabilisé et dans le collimateur des joueurs de la Juve puisqu’il est à l’origine de l’expulsion de Tiago, l’attaquant est sorti par José Mourinho, conscient que son joueur n’est plus dans des conditions psychologiques acceptables pour continuer le match.

Les condamnations

Rapidement l’attitude de certains supporters de la Juve est dénoncée. C’est d’abord José Mourinho, interviewé sur Sky à la fin du match qui se lamente de ces cris racistes ! Puis les invités de l’émission suivant le match Juve-Inter. Puis les joueurs des deux camps. Puis Massimo Moratti, qui après avoir vu le match à la télé, envoie un communiqué à la presse en expliquant qu’il est choqué, par ces injures racistes. Il précise que s’il avait été au stade, il aurait demandé à son équipe de quitter la pelouse. Rapidement cette affaire fait le tour de l’Italie. Le soir même, Coboli Gigli, président de la Juventus, présente ses excuses au nom du club et de la majorité des supporters turinois.

Tous unis contre le racisme

Le président de la Ligue de Football italienne (Lega Calcio), Antonio Matarrese, s’est déclaré attristé par cette nouvelle affaire de racisme. Il précise qu’il faudrait envoyer un signal fort - comme Massimo Moratti - en arrêtant un match et voir où cela mènerait. “Il ne faut plus parler et débattre mais agir” toujours selon Matarrese. Le président de l’association des joueurs italiens (AIC), Sergio Campana, attend des signes de la part de la fédération italienne de football (FIGC) et de la Lega Calcio. “Nous avons reçu beaucoup d’appels de joueurs qui manifestent leur soutien à Mario Balotelli et qui nous demandent d’agir. Nous ne metterons pas cette affaire de côté. Ces manifestations racistes sont inacceptables !”
Les hommes politiques, pas à une récupération près, ont aussi livré leur version. Le Ministre de la Défense, Ignazio La Russa, souhaite que l’on donne des consignes aux arbitres : tout d’abord on convoque les capitaines, et si cela continue, le jeu est arrêté. La Ministre de la Jeunesse, Giorgia Meloni, a même parlé de honte pour le pays et de cris racistes entonnés par des gens bien cachés dans la masse des supporters.

Balotelli, seul joueur concerné?

Samedi soir, Mario Balotelli, joueur d’origine africaine mais italien de nationalité n’a pas été le seul à être pris en grippe par les supporters de la Juventus. En effet, Zlatan Ibrahimovic, attaquant suédois, d’origine Bosniaque (par son père) et Croate (par sa mère) a lui aussi été victime d’injures racistes. Tout le match, Zlatan fut traité de "Tzigane". Une insulte qui revient fréquemment dans les stades italiens. Des vidéos ont d’ailleurs été postées sur Youtube, voir cet exemple avec le match de samedi soir.




Balotelli à moitié responsable?

Tout le monde est unanime. Tout le monde? Non. Un irréductible ex-entraîneur de l’Inter, Gigi Simoni, avance une autre théorie : “Samedi, je n’ai pas entendu un seul cri envers Muntari (ndlr : il aurait pu citer Chivu, roumain, ou encore Vieira). Je pense que tous les sifflets étaient plus pour l’attitude de Balotelli, que pour sa couleur de peau. Quand un joueur a un comportement incorrect, les autres suivent. Balotelli doit une bonne fois pour toute arrêter de provoquer tout le monde, des adversaires à ses coéquipiers, des entraîneurs aux supporters. Je suis d’accord avec la proposition de Moratti mais Balotelli est le premier à menacer et provoquer.” Même son de cloche chez Gigi Buffon, gardien de la Juve : “Nous, joueurs, devons faire attention à ne pas avoir des comportements qui pourraient faire réagir certains supporters. Balotelli est un bon joueur mais il doit faire attention à ce que son caractère ne devienne pas son talon d’Achille.” Il est vrai que Balotelli a un comportement irritant et s’était déjà confronté aux supporters de la Roma en allant les provoquer sous leur tribune et récoltant, là aussi, des injures racistes. Les ultras de la Juventus ont par ailleurs lancé un communiqué reprenant les arguments de Simoni, et expliquant que le comportement du joueur est à l’origine des sifflets. Mais pour Zlatan, pas un mot dans ledit communiqué…

Un cas unique en Italie?

Balotelli n’est pas le premier joueur à être victime de cris racistes. On peut citer pêle-mêle : Zebina, Dabo, Juan, Chivu, Vieira, Seedorf, … pour les plus récents ou Marc Zoro pour le plus médiatique. Lors de la saison 2005-2006 et au cours du match Messine-Inter, le joueur ivoirien, lassé d’être insulté par tout le parcage intégriste, avait pris le ballon à la main décidant d’interrompre le jeu en signe de protestation. Alors qu’il voulait quitter le terrain, les joueurs des deux équipes avaient réussi à le convaincre de reprendre le jeu.
La pelouse n’est pas le seul endroit où les symboles de la montée en puissance du racisme est visible. Les tribunes restent l’endroit privilégié pour faire passer un message ignoble. Ainsi croix celtes et croix gammées pullulent sur les traditionnelles bâches des groupes Ultra. La guerre des banderoles accouche souvent aussi de sentiments navrants : les Juifs d’un côté (Lazio, Roma), les Africains de l’autre (Hellas Vérone, …) !

Un cas unique en Europe?

L’Italie est-elle un cas unique? Evidemment non. Pas plus loin qu’à Lyon et Metz, le championnat de France a été confronté à ce fléau. Ouaddou d’un côté, Mensah de l’autre. La différence est que ces actions sont le résultat d’actes individuels. Si à Turin, une grande partie de stade imitait les cris de singe, à Metz et à Lyon, ce sont un supporter messin et un supporter havrais qui avaient provoqué le scandale. En Espagne, Samuel Eto’o ou Fred Kanouté sont régulièrement pris pour cible. Les matchs de Coupe d’Europe sont également une belle tribune pour des imbéciles en mal de sensations fortes, comme le groupe Ultra Sur qui avait immité un singe à chaque fois que Drogba touchait un ballon.

La prévention ne marche pas?

Stand Up, Speak up avec Nike et une ribambelle de stars n’aura donc servi à rien. Pas plus que les différentes actions où chaque année les joueurs rentrent sur le terrain avec des t-shirts “Non au racisme”. Si la prévention sympathique ne marche pas, il faut donc passer à une forme de lutte plus répressive.

Les clubs entre indignation et tolérance?

Si les présidents des clubs concernés sont les premiers à s’excuser ou monter au créneau, il s’agit souvent d’actions médiatiques pour montrer que non, leurs clubs ne peuvent pas être associés au racisme. Mais derrière cette façade se cachent le business et les rentrées d’argent. S’attaquer à un ou deux groupes de supporters provoquera des recettes aux guichets en baisse. Et puis dissoudre des associations n’aura pour but que de les mettre en liberté en tant qu’indépendants. C’est deux fois plus dangereux selon certains spécialistes.

L

Quelles sanctions?

Rarement, les instances italiennes auront réagi aussi rapidement, la candidature de l’Italie pour l’Euro 2016 n’y étant certainement pas étrangère. La Lega Calcio a en effet décidé de sanctionner la Juventus Turin d’un match à huit clos. A noter que cette sanction a déjà été donnée au club de l’Hellas Vérone pour injures racistes envers Ferdinand Coly, alors à Pérouse, lors du match de Série B entre ces deux équipes en 2005.
La Juventus Turin a décidé de faire appel de cette décision. Courageux pour dénoncer mais pas question d’assumer du côté de la Vieille Dame. La lutte commence aussi par là. Ne pas faire appel de cette décision aurait été un signe fort de la part de l’un des plus grands clubs italiens.


(Source: coupfranc.fr)

21:26 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je trouve dommage qu'un billet, censé dénoncer un comportement scandaleux et raciste, commence par des amalgames douteux... Le genre d'amalgame à la base de comportements tout aussi scandaleux et racistes.

"Les tribunes sont assurément à l’image de la société italienne - Haine, racisme, insultes."

Non. La société italienne n'est pas haineuse ou raciste. Mais vu de l'étranger, on se contente bien souvent de ne relever que les frasques de Berlusconi, comme pour la Suisse où à l'étranger on ne parle que de Blocher ou des campagnes scandaleuses de l'UDC... En ressort une fausse impression que tous les suisses sont plus ou moins xénophobes. Ce sont encore ce même genre d'amalgame qui font que certains qualifient tous les roms de voleurs par exemple et aimeraient les voir expulsés.

Alors dénoncer le comportement de cette partie des supporters, un grand OUI ! Mais ne faisons pas d'amalgames douteux.

Écrit par : David | 24/04/2009

c'est vrai, la société italienne vous de l'intérieur n'est pas toute raciste ni haineuse, elle quelque chose de pire,
S'il est vrai que en Italie il y aussi de braves personnes, il vrai aussi que la mentalité italienne est de plus en plus individualiste, absentéiste civiquement, et politiquement ignorante.Le démontre les dernier choix de la population sur les parlementaire, ministres et maires de villes importantes..

Il faut pas oublier que le gouvernement Berlusconi é tel grâce à un alliance avec un parti comme la "lega nord" que dans ses slogans demande la division de l'Italie en deux se basant sur la faille de la calotte terrestre Afrique et Europe , ces messieurs guident cote à cote le président du conseil en cas difficiles des travailleurs tout en déclarant ouvertement qu'il ne reconnaissent pas pas la moitié de ces italiens comme italiens en les appelant "africani" ou "teroni"( mot issu de la émigration pour designer au nord d'Italie les gens de la campagne du sud Italie qui arrivaient sois disant couverts de terre de la là le mot " teron " en dialecte lombard ) dans ce climat de non droit et d'injustice totale il se passe quelque chose de bien pire que ce que vous reprochais à l'article de madame..

En Italie un sport comme le "calcio" est une tribune et un facteur culturel de grande importance, sur les tribunes du football nous voyons tout la détresse de la société italienne en un jeu théâtrale qui montre à le style romain de la Rome ancienne le mal et le bien selon le bon vouloir de l'empereur ..

si vous voyiez comment les nazi e fasciste étaient sortis dans la rue sur des chars avec des drapeaux avec toute sortes de symboles totalement interdits en Europe , après la nomination du maire de Rome , un fasciste , très fasciste que dernièrement a même interdit le fontaines publiques d'eau potable aux roms de sa ville Rome , vous comprendriez que la décadence de l'Italie ne se quantifié plus en cas isolés de gens hors la loi qui ont le droit de faire et de défaire en Europe ce qui es considéré abomination ailleurs , là vous vous demanderiez s'ils ne sont pas en train de devenir ce que ils ne doivent pas devenir, cet à dire une nation xénophobe ...

il n'y aucun amalgame entre le mots de Umberto Bossi que crie depuis une tribune de son congres lombard de la "lega nord" contre les arabes en le taitant de chiens et qui incite la foule à se faire justice d'eaux mêmes et crie encore en disant que si le gouvernement ne fait pas ce qu'il lui a promis, gouvernement dont il est le pion important sans le quel le gouvernement tomberait , il crie en disant qu'il vont prendre les armes s'il le faut ,ceci est un fait exacte et en aucun cas un amalgame, c'est un cas exacte de racisme d'état de séparatisme et de terreur ..

Si après avoir de tels paroles , au moindre problème de criminalité se forment des "rondes" soi-disant de protection contre les extra communautaires ou clandestins ou roms ou roumains , et qui par la suite deviennent des rondes de punition , ou des gens se font massacrer à coups de matraques , alors la nous parlons de racisme de persécution raciale et autres..

si après vous voyez qu'un africain un adolescent étudiant fils d'un professeur d'une université italienne se fait arrêter par la police sans aucune raison particulière à part celle d'être noir et qui en suite après l'avoir rempli de coups e gonflé comme une citrouille ses mêmes policiers se font des photos avec lui a coté ,et lui collent un panneau sur la poitrine avec l'écrit " negro" comme s'il etait un trophée de chasse et que ces même gardiens de l'ordre par la suite essayent de cacher, de nier leur crime, suite à la plainte de la famille , alors là si vous persistez à dire que le fait que l'Italie n'est pas en train de sombrer dans la xénophobie et le racisme ..ben..

et en voyant que des nazis sur les tribunes qui chantent des immondes hymnes racistes contres des joueurs noirs et vous trouvez qu'on exagère en voulant responsabiliser de cela un peuple qui trouve dans le sens chauvins seulement la haine de l'étranger et

vous parlez de amalgames douteux en disant et trouvant cela folklorique ...

permettez moi de vous dire que la votre est myopie ..ou phénomène de l'autruche, puisque vous ignorez les dernier dis ans de absurdité et d'inadmissibilité dans la quel l'Italie vit ..

et je m'arrête là car les cas de racisme à ma connaissance et ils sont beaucoup plus de ceux que je connais, la liste est longue ...

la suisse est aussi un pays ou la xénophobie avance , certes

mais se baser sur cela pour justifier les horreurs qui se passent en Italie c'est très bas laissez moi vous le dire..

Écrit par : luzia | 24/04/2009

Bonjour,

Entre les copier/coller de ce blog qui stigmatise la société italienne sur tout ce qui se passe chez EUX et les comm. haineux de Luzia à propos des italiens, cela commence franchement à bien faire !!! Et je reste polie !!!!

Écrit par : Loredana | 24/04/2009

mes propos ne sont pas haineux

ce sont les dernières nouvelles sur le racisme d'Italie à partir de 2008 à 2009, si vous trouvez que c'est trop dégueulasse cherchez dans les journaux officiels comme repubblica.it corrieredellasera.it ou unità.it et vous verrez que c'est bien pire de ce que je viens de relater,..
après que vous n'acceptiez pas ce qui se passe dans votre pays et que vous préfériez vous voiler la face ...

ceci aussi est un des symptômes de l'ignorance civique dont je parlais plus haut ..

Écrit par : luzia | 24/04/2009

Très chère Luzia,

Je n'accepte pas ce qui se passe en Italie, le pays qui a vu naître mes parents, tout comme je ne l'accepte pas ailleurs.

Mais comme vous n'aimez surement pas que des personnes se permettent de porter des jugements réducteurs alors qu'ils ne vivent même pas dans le-dit pays, bin c'est pareil pour moi. Ne stigmatiser pas les italiens qui sont chez eux alors que vous vous êtes ici. Balayez devant votre porte !!

Quant aux symptômes d'ignorance civique, je partage mais vous signale qu'ici on en est pas loin.

Écrit par : Loredana | 24/04/2009

campanilismo a due balle il suo signora...

si je ne tenais pas à l'Italie pensez vous que perdrai mon temps à dénoncer la tragédie qui y a lieu ?

vous plutôt que avec votre chauvinisme à deux balles ne servez pas la patrie de vos parents..vous préférez vous montrer offensée, c'est plus facile que assumer la réalité n'est ce pas ?

Écrit par : luzia | 24/04/2009

Tragedia ?? a l'italiana ?

Quant à mon chauvinisme ou ma patrie je n'ai pas envie de la partager avec une personne aussi .... (je vous laisse le choix de l'adjectif !) que vous.

Sur ce, je vous laisse.

Écrit par : Loredana | 24/04/2009

Luzia : "mais se baser sur cela pour justifier les horreurs qui se passent en Italie c'est très bas laissez moi vous le dire.."

Je vous invite à relire mes propos, car à aucun moment je n'ai justifié ce qui se passait là-bas. Mais on ne peut pas dénoncer des propos ou actes racistes par d'autres propos racistes. Et ce que je lis ici y ressemble malheureusement, même si je ne doute pas que l'intention, à la base, soit bonne.

Je ne fais pas l'autruche, je n'ignore pas ce qui se passe en Italie, je ne fais pas de chauvinisme (d'ailleurs qui vous dit que je suis italien ? N'aurais-je pas droit de me révolter contre de tels propos, quelque soit les victimes ?). Mais si vous, vous préférez prétendre que je fais tout cela pour justifier le ton douteux de vos écrits, soit...

Écrit par : David | 25/04/2009

je m'adressais à loredana désolée ..

mais puisque vous me le demandez, je vous dis que tout le monde peut se révolter contre ce qu'il veut, mais à mon humble avis on se révolte pas contre la dénonciation d'une abomination, car de cela qu'il s'agit , parce que cela peut être perçu comme une consentement à elle ,..

révoltez vous sur ce que vous désirez ne vous inquiétez pas que je vais continuer à faire de même ..

Écrit par : luzia | 25/04/2009

franchement les supporters qui balance des cris desinge jles fume jles env se faire foutre jleur pisse dessus
je suis pa chauvin je di juste que le racisme n'a rien a foutre dans un stade et dans la société
tous les racistes sont des salauds des cons des enfoirés etc...

Écrit par : tom | 02/05/2009

Les commentaires sont fermés.