30/11/2008

UDC - Circulez y' a rien à voir en Suisse !

Pour résumer la position de l'UDC suisse, réunie en séance à Dietikon le vendredi 28.11.20008, elle recommande à l'assemblée des délégués de rejeter la libre-circulation des personnes et son extension à la Bulgarie et Roumanie.

Une des arguties mises en avant par l'UDC :
"
L’exemple italien illustre aussi le danger d’une criminalité croissante due à l’immigration. Depuis l’entrée de la Roumanie dans l’UE, les crimes violents ont massivement augmenté en Italie. La Suisse est d’ailleurs déjà la cible de bandes criminelles de Roms qui font des tournées de cambriolages en Suisse à partir de l’Alsace. Souvent ces malfaiteurs sont des enfants d’à peine dix ans!

D’une manière générale, la libre circulation des personnes a pour effet que les Roumains et les Bulgares – et plus particulièrement les Roms – obtiennent pratiquement un droit de libre immigration en Suisse. Mais il y a plus grave: l’UE négocie déjà les termes d’une adhésion de la Turquie et de la Croatie.

Pour toutes ces raisons, le Comité central a décidé par 49 voix contre 4 et 3 abstentions de recommander à l’assemblée des délégués de rejeter le “paquet” de la libre circulation des personnes.

L'UDC sur le modèle de la Ligue du Nord pourrait lancer aussi sa radio " Padania Libera" et déverser toute ses phobies en continu et créer une zone autonome de repli appelée l'Udcania Libera pour se protéger de l'invasion ennemie.

Concernant les crimes violents en augmentation en Italie, il serait indispensable de les chiffrer pour être sûr qu'ils n'augmentent pas seulement dans la tête des membres UDC.


22:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

LES RROMS, CITOYENS D'EUROPE



SEMAINE DE L'EGALITE- Les discriminations, c'est non !

Les Rroms, citoyens d'Europe

Conférence organisée par le MRAP 93

jeudi 4 décembre - 18h-22h30
St-Denis - Bourse du Travail




Tract-Roms-citoyens-d_Europe-A3.jpg





13:19 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

26/11/2008

LA RADIO PADANIA LIBERA : La radio nazi-llarde !!!

Qui sait où c’est la Padanie ? C’est la région où se réfugieront tous les xénophobes italiens, haut lieu de la Ligue du Nord. Padanie en référence au nom donné à l'entité que constitueraient les provinces dissidentes en cas d'éclatement de l'Italie, elle s’est dotée d'une chaîne de télévision (Telepadania) et d'une radio (Radio Padania Libera), elle a sa propre équipe de foot, élit sa Miss Padania- Et sa radio pour autant qu’on puisse appeler cela une radio, diffuse en continu des messages de haine raciale. Son animateur Léo Siegel est poursuivi pour propos haineux tenus lors d’une émission sur “Les Rroms, le peuple en trop” . Impossible de retranscrire tout ce qui s’est dit lors de cette émission au risque de salir le clavier.


Pour en savoir plus : les Hébreux, les Rrom et le signor Siegel
http://www.gadlerner.it/2008/10/21/gli-ebrei-i-rom-e-il-signor-siegel.html

Merci Luzia pour l'information

23:13 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

08/11/2008

Les gendarmes mendient 90 cts auprès des Rroms



Les Roms n´ont pas délaissé Genève. A l´approche de l´hiver, ils sont encore entre 20 et 60, selon les estimations. Cela malgré la panoplie de mesures policières, sanitaires et sociales prises mi-novembre 2007 par les autorités pour compliquer la vie des mendiants, et malgré la loi rendant la mendicité amendable votée le même mois.

La police avait alors affirmé qu´elle aurait d´autres priorités que de faire la chasse aux mendiants. Depuis, en une année, les agents sont néanmoins intervenus plus de 2200 fois pour verbaliser des Roms ou leur demander de se déplacer. Environ 1100 amendes leur ont été distribuées, a indiqué Eric Grandjean, porte-parole de la police.

Saisie de 90 centimes

Me Dina Bazarbachi, de l´association de défense des Roms MESEMROM, s´insurge contre ce "harcèlement" de la part des gendarmes. Elle s´érige aussi contre les saisies d´argent que les policiers effectuent à titre de garantie, au vu des faibles chances que les mendiants paient effectivement les contraventions.

Le plus souvent, les Roms n´ont rien sur eux, ou des sommes dérisoires. Selon M. Grandjean, pour éviter de se faire confisquer leur pécule, ils organisent des ramassages d´argent. Quatre fois sur cinq, les agents ne peuvent rien prélever. Pour Me Bazarbachi, la police ne leur fait cependant aucun cadeau: "Dans un cas, la saisie s´est montée à 90 centimes".

Les conditions de séjour des Roms à Genève se sont aussi péjorées. "Ils ne peuvent plus dormir sous les ponts, car la police les en chasse", affirme l´avocate. L´an dernier, pour passer la nuit, ils se regroupaient dans deux campements de fortune installés sous des ponts enjambant l´Arve. Ils en avaient été délogés le 16 novembre 2007.

Nuits dans les parcs

Les Roms dorment désormais par petits groupes dans des parcs, à l´air libre, confirme Philippe Bossy, responsable du secteur "exclusion" de la Ville de Genève. Avec l´hiver, ils pourront bientôt passer la nuit dans l´abri PC des Vollandes, qui rouvrira ses portes le 14 novembre. Destiné à tous les sans-abri, il offre une centaine de places.

Point positif selon Dina Bazarbachi: "On nous a promis qu´en cas de grand froid, les Roms pourraient y rester plus longtemps que les dix jours normalement admis". Et un second abri ouvrira en cas de forte affluence, explique M. Bossy, comme l´hiver dernier, où une structure de 40 places avait été mise spécialement à leur disposition.

La fréquentation de l´abri devrait permettre de connaître plus précisément le nombre de Roms présents à Genève. Selon Philippe Bossy, les structures d´accueil de jour de la Ville recensent 50 à 60 personnes issus de cette communauté. Un nombre "comparable ou un peu inférieur" à la même période l´an dernier.

MESEMROM repart au combat

De son côté, la police estime qu´ils sont entre 40 et 50. Pour Mme Bazarbachi enfin, ils seraient plutôt une vingtaine. C´est en tout cas le nombre de personnes qui ont assisté à une fête organisée pour eux par MESEMROM le mois dernier.

Même si Genève ne leur offre de loin pas un séjour paradisiaque, les Roms continueront à venir. "Ils n´ont pas le choix", résume l´avocate. MESEMROM s´active toujours sur le plan juridique pour améliorer leur sort. L´association présentera ces prochains jours une "action coup de poing" portant sur la légitimité des amendes.
(source Le Matin)

12:47 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

07/11/2008

Solidarité avec les Rroms italiens de Gaggiano

LPRC de Gaggiano et le Groupe EveryOne invitent les antiracistes et toutes les personnes qui croient dans la valeur des droits humains à opposer des voix indignées vis-à-vis des autorités de la commune de Gaggiano (Milan) qui prévoit l'expulsion des familles Rrom qui vivent à San Vito. Il y a quelques jours , en effet, la Commune de Gaggiano a communiqué l ordre d’expulsion aux groupes familiaux de la petite communauté Rrom, qui vivent là depuis plus que dix ans.

Le groupe est composé environ de 20 personnes dont au moins 10 mineurs. Les enfants fréquentent les écoles et leur futur est maintenant entièrement incertain. Nombreux parmi eux ont la nationalité italienne et en sont propriétaires de leurs bouts de terrains.

De fait, en réalité, les Rrom de San Vito auraient acquis le droit à la propriété ou au moins à l’usufruit viager de terrains et d’habitations, jamais remis en discussion jusque là, mais la haine raciale a radicalement changé les choses et peut-être aussi la spéculation immobilière sauvage y est pour quelque chose, un précédent à Naples nous en persuade.

Ces constructions précaires tout de bois sans eau courante et sans lumière n'ont jamais fait l'objet d'une volonté politique d'amélioration des conditions de vie en plus de 10 ans. Les femmes y font encore la lessive à la main comme au siècle passé.


Les enfants fréquentent les écoles et ceci grâce à la bonne volonté de quelques de maître qui maintenant se mobilisent contre la tentative d'expulsion.

Le Noyau PRC de Gaggiano et le Groupe EveryOne demandent aux Institutions d’obéir aux obligations d’assistance et d’inclusion, comme prévu dans la Constitution, par les Directives européennes et les réglementations internationales sur les droits humains. En l'espèce, il y urgence humanitaire face à laquelle nul ne peut déroger.
Deux poids, deux mesures, on détruit un camp pour construction abusive de quatre baraquements tandis que des constructions et des palais se construisent sous la barbe des règlements communaux et en toute impunité.


Le Noyau PRC et le Groupe EveryOne feront tout leur possible pour arrêter cet véritable acte de prévarication, en mettant en évidence l'incapacité d’une administration à ne rien faire pour améliorer la vie de ces personnes menacées d'expulsion. Les enjeux sont purement politiques et la droite veut s'attirer ainsi des voix sur le dos des Rroms.

Avec ce nouveau cas, on assiste à une tragédie humaine, le Noyau PRC et le Groupe EveryOne s’apprêtent à dénoncer de graves abus contre le peuple Rrom en vue de le soumettre à la Cour Européenne pour les Droits Humains et à la Cour Pénale Internationale.

On a besoin de votre mobilisation, de l'engagement de tous ceux qui croient encore en une société qui accueille les plus faibles et qui considèrent la solidarité, l’accueil et l’échange culturel comme un choix de civilisation qui apporte ouverture et enrichissement.

Petition de solidarité avec les Rroms Italiens

Signez la petition vite !

http://www.petitiononline.com/gagrom/

A la Commune de Gaggiano ; à la préfecture de Milan ; au Ministère de l'intérieur ; au Parlement Européen ; à la Commission Européenne ; à la Cour Européenne des Droits Humains ; CERD - United Nations

Pétition contre l’expulsion des Roms de Gaggiano, qui provoquerait une tragédie humanitaire


08:45 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |