21/09/2008

Même Dieu, fâché contre le cancre Maroni !

Rome, le 19 septembre- Maroni n’a pas de chance, après avoir dû envoyer sa copie à Bruxelles qui est assurément mauvaise comme on s’y attendait tous, la maîtresse – Madame la Commission européenne- lui a demandé de la corriger et rectifier le tir.
De surcroît, on vient voir sur place comment il traite exactement ses camarades, les rroms. Il paraît qu’il les malmène selon les dires des uns et des autres.

Le jour où la délégation européenne débarque dans un des plus grands camps de Rroms, voire d’Europe, Casilino 900 où y vivent 600 personnes. La pluie se met à tomber, sans relâche pendant cinq heures.

Le camp n’est plus que gadoue, on y patauge. Dieu semble verser toutes les larmes qu'il peut pour mettre en évidence toute cette misère. La montrer aux hommes, la révéler sous son vrai jour. Et il y est parvenu.

Le chef de la délégation de la Commission liberté civile, justice et affaires internes du Parlement européen, Gérard Deprez s’est écrié . “Une situation simplement absurde et désastreuse. "Aucune parole ne peut décrire ce que j’ai vu : une situation qui insulte la dignité humaine. “Certains eurodéputés sont surpris de ne pas trouver les monstres décrits par l’Italie, mais des hommes, des femmes qui travaillent, des gens de bien, qui malgré les conditions dans lesquelles ils vivent, parviennent à s’intégrer.

Maroni promet, qu’après trente-cinq ans de présence des Rroms dans ce camp vivant sans électricité et sans eau, il allait remédier à cela . Il se fait tout gentil, s’adresse aux Rroms sur place comme le meilleur ami du monde. Mais qui a dit que je traitais mal mes camarades ? – Mais regardez-moi, combien je les aime. Mais quel recensement ? quelle aggravation du cas en cas de clandestinité ? mais quelle expulsion ? Maroni tente de la jouer premier de classe.

A croire qu’avec la pluie, Dieu nous a envoyé l’ange Roberto Maroni.

Il promet pas de violation des normes communautaires. Il a déjà dépensé 3 millions d’euros pour le recensement et pas un sous pour l’amélioration des conditions sociales. La maîtresse va lui expliquer encore une fois où mettre l’argent. Elle a accepté de lui donner un cours privé. Il faut expliquer longtemps les choses à Maroni, il faut être très patient avec cet élève pas très brillant, ça finira bien pas lui rentrer dans la caboche, à force de le faire répéter :

Plus d’intégration, plus d’anticipation, plus d’humanité, plus d’empathie, plus de cohérence, plus de vision politique à long terme, plus d’écoute, plus de tolérance, plus d’ouverture. Et surtout, je ne battrai plus mes camarades plus faibles que moi.

Allez Maroni ! écrivez-moi encore une fois tout ça sur le tableau noir, s'il vous plaît.




pour mémoire :
roms.blog.tdg.ch/archive/2008/08/04/le-cancre-maroni-envoie-sa-copie-a- bruxelles.html - 4

23:02 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

C'est joli la poésie, quand cela arrange nos petites affaires.
Encore faut-il prouver l'origine des ... larmes.

Les scientifiques, ont passés des siècles pour démontrer l'existence des nuages, la science ... etc.

En 2008, lire ce genre d'affirmations : "A croire qu’avec la pluie, Dieu nous a envoyé l’ange Roberto Maroni."; ça fait pleurer ... les ignorants.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 22/09/2008

Les commentaires sont fermés.