07/09/2008

Berlusconi tient en laisse la Commission européenne ?



Berlusconi gagne ? ! Nous, Gitans Perdons ! un cri qui nous vient de notre route.com sur http://www.notreroute.com

Les mesures prises par le gouvernement italien en ce qui concerne le fichage des enfants gitans et ces mesures font apparaître une épée de Damoclès sur nos têtes.

Nous étions tellement heureux en sachant que le parlement européen et la commission elle-même s'étaient prononcées adversaires des autorités italiennes qui voulaient nous expulser !

Ensuite l'église catholique est arrivée et les associations d'émigrants qui, à l'unissons, se sont mises de notre côté, ainsi que les syndicats, le lobby juif avec toute sa force. Et nous Gitans qui avons manifesté à ROME, MADRID, VIENNE, BRUXELLES afin de démonter des mesures qui nous rappellent le temps des camps de concentrations et les fours "fumeux" que certains proches de Berlusconi appellent "détail de l'histoire" .

Michele CERCONE, porte parole de justice, liberté et sécurité au sein de la commission européenne a déclaré que : "après analyse de l'information remise par les autorités italiennes, il n'y a aucun indice démontrant que ni les décrets, ni les directives n'autorisent la récolte de données relatives à l'origine ethnique ou la religion des personnes rensées". Autant de cynisme est difficile à encaisser ? !

Tout ceci est totalement disproportionné. Nous croyons en outre que le gouvernement italien n'a rien fait d'autre que rénover les textes initiaux en "blanchissant" les expressions qui rapellaient clairement les époques de contrôles nazis avec leurs lots d'inscription à même la peau des personnes.

Le souci répressif était tellement évident, qu'aveuglés par le triomphe électoral, ils n'ont rien relookés, même pas les condamnations à mort.

C'est pourquoi la société civilisée a montré du doigt le gouvernement de Berlusconi et permis des réprobations les plus dures qu'un gouvernement "démocratique" n'ai jamais reçu depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

La position de la commission européenne est un pas en arrière grave, très grave. Et les gitans membres de l'UNION ROMANI, THEM ROMANO, NOTRE ROUTE entres autres n'acceptent pas les raisons invoquées par la commission européenne. Principalement quand cette dernière, porte parole de justice, reconnaîtra que ce que l'on prétend faire en Italie ne concerne pas tout le monde mais "qu'il s'agit d'un système limité aux plus pauvres, aux mendiants, aux plus bruns, aux enfants qui habillent les poitrines colorées" ? Ils disent qu'ils ne demandent pas aux pères des enfants si ceux-ci sont gitans. Ils pourront le faire quand les fichés rentreront dans un camp d'immigrants, de réfugiés ou plus simplement de pauvres marginalisés par le système ?

Le porte parole de justice de la commission à utilisé un terme frissonnant pour justifier ce recensement infame avec traces dactilaires, il a déclaré ceci "le gouvernement italien le fera comme dernière solution".

N'est-ce pas Adolf Eichmann qui a utilisé le terme de "solution finale" pour résoudre le problème juifs et commencé l'holocauste des juifs et gitans ?

Le gouvernement italien a dit qu'il n'y avait pas d'autres solutions que les traces dactilaires pour identifer "cette catégorie de personnes". Sommes-nous retournés au système de la "viande" identitifiée par fiche antropométrique, barbarie déjà écarté dans tous les pays démocratiques civilisés ?

- 1 - Nous exigeons cohérence aux autorités européennes,

-2 - Nous exigeons la suppression radicale de cette norme,

- 3 - Nous exigeons que le gouvernement italien annonce publiquement qu'il ne va pas apposer sur les fichiers policiers les traces dactilaires des enfants gitans,

- 4 - NOUS GITANS EUROPEENS, DEMANDONS SEULEMENT LE RESPECT DE LA LOI A LA LETTRE.

Mais l'esprit de la loi est celui qui dit que tous les hommes naissent égaux en droit et sont investis du même principe de dignité par le seul fait de notre naissance.


11:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.