30/08/2008

Les Rroms d'abord, tous les autres ensuite !

Un fort vent d'exclusion qui souffle sur l'Europe et qui fait de l'Union européenne une prison d'où le reste du monde devrait être tenu à l'écart ,avec à l'intérieur même de celle-ci, de nouveaux critères de ségrégation pratiqués sur les Rroms, citoyens européens à part entière.

La France et l'Italie semblent s'aligner, voire se ressembler étrangement dans une espèce de bling-bling attitude qui se manifeste à travers un médiatico-politico- narcissico- show-biz.

Chasse aux Rroms en Italie, camps brûlés, expulsions massives en France. La loi sur l'immigration Hortefeux qui s'autorise à les renvoyer et les voir revenir ensuite quelques heures après et aussitôt les chiffres sont gonflés, utilisés à souhait. Le boomerang humain de Hortefeux et cité par La Voix des Rroms (http://www.blogg.org/blog-44189-date-2007-12.html)

Puis ces mêmes politiciens-voyous dégainent leurs chiffres manipulés comme des armes pour réduire l'ennemi imaginaire à néant, créer un mouvement de panique et d'insécurité chez le citoyen lambda et faire passer des lois arbitraires et liberticides pour tous.

Pour ceux qui ne s'intéressent pas aux Rroms, rien ne les y oblige ! Toufefois, nous les rendons attentifs au fait qu'après les Rroms, tous les autres suivent. L'intolérance, telle une épidémie, se répand en général très vite et frappe très fort et tous.

Après les Rroms, les communistes (lire le blog www.nord-sud.tdg.ch). Démantèlement social, les plus faibles sont davantage exclus, on crache sur les acquis sociaux sans sourciller.

Et on ne peut s’empêcher de reprendre le mot attribué au pasteur Martin Niemöller, qui fut l’une des figures marquante de la résistance contre les nazis. Ce pasteur protestant, arrêté en 1937 et envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen puis transféré en 1941 au camp de concentration de Dachau, où il écrivit ces lignes que vous devez connaître ou alors c'est le moment ou jamais de les lire, de les retenir et de ne jamais les oublier :
" Quand ils ont arrêté les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste ; quand ils ont arrêté les socialistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas socialiste ; quand ils ont arrêté les juifs, je n’ai rien dit, je n’étais pas juif ; quand ils sont venus m’arrêter, il n’y avait plus personne pour protester. "

Sur la liste on peut rajouter d'ores et déjà les Rroms.

10:56 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.