31/07/2008

S'attaquer à la pauvreté, pas aux pauvres !



Incendies de camps de Roms à Ponticelli près de Naples, Milan, Gênes.
Cocktails molotov jetés dans un camp à Rome et cela peu après le recensement de sa population effectué par la Croix-Rouge italienne. Les camps ont la vie dure et cela depuis les déclarations intempestives d’éradiction des camps, annoncée le 11 mai par Maroni, lors d’une conférence de presse spécifiant “ que tous les camps Roms devront être démantelés, et leurs habitants seront soit expulsés, soit incarcérés ». On en recense 700 en Italie.

Il est nécessaire de rappeler que la plupart des camps Rom sont d'abord des lieux d’habitation avec leur organisation propre et contrairement à l’appelation fausse de « camp nomade » , ce sont des personnes sédentarisées qui y vivent et ce depuis plusieurs générations.

Le seul effet pervers d’une politique à court terme - qui tient plutôt lieu d'effet d’annonce - engendrera une multiplication de nouveaux camps “sauvages” puisqu'à ce jour, le gouvernement n'a pas proposé d'autres alternatives.
Il serait préférable de réaliser l’aménagement des camps actuels et en faire des lieux de vie décents avec eau et électricité, passage obligé pour initier des programmes d’insertion, entre autre la scolarisation des enfants.
Un exemple intéressant est fourni par le groupe EveryOne. A Terralba (Oristano) – un camp de 52 Roms devait être évacué sans autre alternative de relogement. En partenariat avec la commune, un représentant dynamique et obstiné du groupe a réussi à convaincre en faveur d’une solution humaine et créer avec le soutien d’autres Amis dei Rom di Terralba un Village de la solidarité dans lequel seront investis 500 milles euros . Un exemple d’un programme de solidarité positif et réussi et qui mériterait d’être renouvelé ailleurs.

En sus, à voir les conditions de vie de certains quartiers pauvres à la périphérie des grandes villes italiennes, autres ghettos des laissés-pour-compte, il est encore préférable de rester dans un camp rom et par conséquent de l’aménager. Moins dangereux et moins coûteux.

Le gouvernement italien devrait davantage s’appliquer à éradiquer la pauvreté plutôt que de s’attaquer aux pauvres !


22:34 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Une simple question...pourquoi ?

"Il est nécessaire de rappeler que la plupart des camps Rom sont d'abord des lieux d’habitation avec leur organisation propre et contrairement à l’appelation fausse de «camp nomade», ce sont des personnes sédentarisées qui y vivent et ce depuis plusieurs générations."

Pourquoi vivre depuis plusieurs générations dans des camps...il n'y a pas d'appartements en Italie ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 01/08/2008

Si l'on peut regretter les incendies criminels, en ce qui me concerne, je ne tolérerais pas ça en Suisse, c'est le débat sur les squatters "puissance 10". Les cause de la pauvreté? Les ROMS n'ont qu'à s'assimmiler, il parasitent toutes les sociétés dans lesquelles ils vivent, ne paient pas un franc de taxe, alors je ne vois pas pourquoi un Etat quelconque devrait en plus dépenser de l'argent pour leur bien être. Sans parler de ces petits cons arrogants qui mendient dans les trains et se montrent agressifs, de ces pseudos-musiciens qui jouent "Besame mucho" ou "Que sera sera" toute la journée à l'orgue électronique, et de ces vendeurs de tapis malhonnêtes qui roulent les petites gens (et je connais un cas dramatique dans ma famille). Pour moi c'est tolérance zéro, je suis avec l'Italie sur ce coup jà. Et la Suisse devra expulser à tour de bras dès que la Roumanie entrera dans l'Union, j'emmerde les ROMS, rien à cirer de leur situation, pas mon problème, qu'on s'occupe d'abord de nos citoyens avant de recueillir tous les parasites de l'Union.

Écrit par : Patriote | 01/08/2008

Vous y allez un peu fort, mais dans le fond je partage votre opinion.

Faut-il sous le prétexte de respecter les singularités des autres se laisser marché dessus?

La Roumanie doit une fière chandelle à son entrée en Europe, elle a pu exporter ses Roms (en France , Italie etc.. et maintenant en Suisse).

Je n'imagine même pas le bordel que ce sera en Suisse avec nos politiciens lâches,mous et incompétents si les Suisses acceptent d'élargir la libre circulation à la Roumanie et Bulgarie.

A tous les défenseurs de ces pauvres Roms je leur propose de faire le parcours suivant: Pont du Mont-Blanc gare Cornavin et ensuite de prendre le tram. Vous verrez une petite vieille recroquevillée postée tous les 50 métres environ (des fois accompagnées d'enfant en bas âge) une fois dans le tram vous aurez le choix entre le joueur de musique ou le faux sourd-muet qui vous persécute pour que vous signez sa fausse pétition et que surtout vous lui lachiez 20 ou 50 frs.

Les défenseurs de la libre circulation prétendent que la Suisse manque de bras pour l'agriculture et le batiment etc, les Roms n'ont qu'à s'intégrer (je sais c'est plus compliquer que rester assis par terrre toute la journée).

Et où sont les défenseurs de l'enfance maltraitée pour s'occuper de ces enfants mendiants?

Je n'ai rien contre les pauvres mais je ne tolère pas ceux qui exploitent sciemment ce "filon" pour nous appitoyer sur leur sort qu'ils ont volontairement choisi.

Il faut combattre la pauvreté, les aider à changer de vie car il n'y a rien de glorieux à les aider à rester dans la misère de génération en génération.

S'ils acceptent de respecter nos lois et notre façon de vivre ils sont les bienvenues, sinon ils n'ont qu'à aller ailleurs.

Écrit par : Boris | 01/08/2008

Boris, je m'inscris en faux !

"La Roumanie doit une fière chandelle à son entrée en Europe, elle a pu exporter ses Roms (en France , Italie etc.. et maintenant en Suisse)."

Les rroms, partent tout seuls, ce n'est pas la Roumanie, qui les exporte, ce ne sont pas des marchandises échangeables contre des devises sonnantes et trébuchantes...

Les rroms ont mis au point une nouvelle méthode de la mendicité.
Je vous laisse l'apprécier...

http://victordumitrescu.blog.tdg.ch/archive/2008/05/31/mendicite-nouvelle-methode.html

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 01/08/2008

La libre circulation a eu un énorme impact du point de vue de la mobilité des roms. Il y a toujours eu des communautés du voyage en Europe. Mais l'invasion de la France et de l'Italie mais aussi de l'Espagne et maintenant de la Suisse par les Roms originaires des Balkans et plus particulièrement de Roumanie est une conséquence directe de Schengen.

Je n'avais jamais vu de mendiant Rom en Suisse avant la fin de l'obligation pour les Roumains d'obtenir un visa pour venir en Suisse.

Concernant la nouvelle méthode de mendicité je la trouve plus innovante et plus agréable que celle des faux sourd-muets.On va voir la réaction des chiennes de garde ;-)

Je répéte que je n'ai rien contre les pauvres ou les Roms ou la Roumanie.Ce qui me désespère ce sont nos incompétents dirigeants (qui ne dirigent que leur carrière politique d'ailleurs) et nos concitoyens naifs qui les ont élus.

Écrit par : Boris | 01/08/2008

Boris,
Je vous prie de bien vouloir demander aux français (eux, ils savent mieux) depuis 1989 et la chute de Ceausescu, combien de rroms de Roumanie sont arrivés chez eux.

La prochaine votation sur les bilatérales, ne les empêcheras pas (en cas d'un oui majoritaire) de quitter la Roumanie...

Concernant votre dernier passage, j'aimerais juste le redire...Blocher, le milliardaire, n'en avait vraiment rien à battre des 400'000 francs / an de salaire de conseiller fédéral...c'est pour aller dans votre sens...TOUS POURRIS !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 01/08/2008

Les commentaires sont fermés.